Belles surprises et bons résultats pour la vente Osenat du 24 Mars

Ce week-end il y avait de belles ventes aux enchères en France. Nous étions à Avignon pour assister à celle de Leclère, on en reparlera, mais du côté de Fontainebleau il y avait aussi de très belles autos. Retour sur les résultats de cette vente Osenat.

Salon Automédon 2018

La vente Osenat du 24 Mars

58 Automobiles et 77 lots d’automobilia étaient proposés lors de cette vente Osenat du 24 Mars. Elle se tenait au grand garage Napoléon, juste à côté de l’étude. On y trouvait de belles autos… et certains prix se sont bien envolés ! Quelques lots restent invendus mais à la vue des résultats, c’est un succès.

Les stars de la vente

Les estimations cachées deviennent des gros prix

Il y avait deux grosses estimations dans cette vente. Le lot le plus en vue… n’est pas le plus cher sous le marteau. La Testarossa ex-Johnny Hallyday est pourtant l’auto dont on a le plus parlé. Son estimation est restée cachée longtemps et l’auto se vend plus de deux fois le prix d’une Testarossa normale : 240.000 €.

Mais le plus gros prix reste pour une autre auto dont l’estimation n’était pas donnée au départ. C’est une Bugatti Type 44 Cabriolet de 1928. Elle part au joli prix de 360.000 €.

La plus grosse estimation annoncée (150-200.000 €) était pour la Talbot T15 Baby de 1938, déjà vue à Epoqu’Auto et où elle n’avait pas été vendue (les résultats sont ici)… et elle ne se vend toujours pas…


La collection Fleury cartonne

Dans la vente Osenat du 24 Mars la collection de Philippe Fleury occupait une grosse place. Les autos étaient diverses. Ainsi, on commençait avec des 2CV AZU, AZ SIE et une Acadiane publicitaires. Estimées entre 4 et 6000 €, elles partent bien au dessus entre 7 et 10.200 € (pour la “Vache qui Rit”).

Mais le gros de la collection de Philippe Fleury était composé d’autos de sport. Concernant les deux R5 Turbo les prix restent correct. La première, une voiture aux spécifications Tour de Corse, véritable estimée entre 80 et 120.000 € fait un heureux à 84.000 €. La R5 Turbo 2 de 1980, parfaitement fonctionnelle, estimée entre 50 et 70.000 € part elle à 60.000 €.

Deux NSU suivaient. La jaune, une TTS de 1967 que le nordiste pilotait en course de cote entre 1970 et 1980, estimée entre 20 et 25.000 € ne se vend pas. La blanche, une Prinz 4, estimée entre 2 et 3.000 € se vend en montant jusque 4200 €.

Deux Alpine suivaient. La berlinette A110 de 1974, une V85 comme celle que nous avons essayé ici. C’était une base de restauration estimée entre 30 et 40.000 € qui dépasse son estimation à 46.800 €. L’A310 V6 de 1980 était aussi une base de restauration. Estimée entre 10 et 15.000 € elle atteint pile son estimation haute.

Enfin, une BMW 2002 Turbo de 1977 était proposée, roulante mais avec du travail. Estimée entre 50 et 70.000 € elle ne se vend pas. La Ford Escort RS 2000 MkII de 1977, en très bon état, était estimée entre 22 et 32.000 € et part pour 24.600 €.

Les Sportives Françaises font des heureux

La vente Osenat du 24 Mars proposait deux autres belles sportives françaises. La R8 Gordini, celle qu’on a essayé dans cet article, était estimée entre 35 et 45.000 €. Estimation déjà très sympa, elle fait un vrai heureux en se vendant 39.600 € !
On trouvait aussi un Coach D.B vendu au Venezuela, revenue en Italie et proposée à la vente en France. Estimée entre 45 et 55.000 €, cette auto prête à courir part pour 54.000 €, joli prix pour une belle auto.

Les Youngs étaient énervées mais n’ont pas toutes trouvé preneur

Plusieurs youngs sportives, françaises, étaient au catalogue de la vente Osenat du 24 Mars. La jaune était la plus performante, une Venturi 260 APC, aurait dû faire l’objet d’un essai… mais le manque de temps nous a empêché de goûter à cette auto partie pour 42.000 €.

Plus “conventionnelles”, trois représentantes des bombinettes des années 90 et toutes trois sont estimée entre 8 et 10.000 €. La Clio 16 S de 1991 ne se vend pas, la 106 Rallye de 1994 non plus… seule l’AX Sport de 1990, part pour 9600 €.

Les belles étrangères cassent les estimations… quand elles se vendent.

Oon avait noté trois italiennes proposées à cette vente Osenat du 24 Mars. L’Alfa Romeo 6C 1500, était estimée entre 55 et 70.000 €. Elle s’envole finalement pour se vendre 121.200 € !
La Ferrari 308 GTSi de 1984, jaune, et en très bon état, estimée entre 65 et 80.000 € ne trouve pas preneur… ça se calme du côté des Ferrari des années 80 ! Enfin, on retrouvait une Lancia Flaminia Coupé, carrossée par Touring et non par Zagato, estimée entre 70 et 80.000 € elle atteint 82.600 € sous le marteau.

Autre glorieuse étrangère, la Rolls Royce Phantom II était une auto qu’on avait déjà pu voir à Lyon. Estimée entre 80 et 100.000 € elle monte au dessus de son estimation et se vend 144.000 €.

Une affaire ?

Comme affaire potentielle j’avais noté une des autos de la collection Fleury. Cette Mercedes 600 SEL de 1991 présentait bien et si on avait des actions chez Total on pouvait tenter le coup. Estimée entre 3 et 5.000 € elle monte quand même à 10.560 €. Finalement, toute proportion gardée, la R8 était une meilleure affaire.

Photo de couverture : capture de la vidéo d’Osenat.



Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.