Les camions de pompiers de la collection Alves ont eu du mal à se vendre

Ce dimanche, la maison Osenat dispersait une impressionnante collection relative aux soldats du feu. Accessoires, équipement, véhicules, les pompiers de tous pays étaient à la fête. Mais c’est un hobby particulier et tout ne s’est pas vendu…

L’équipement a attiré les amateurs

Il faut dire qu’avec 500 lots, la partie équipement était clairement plus grosse que la partie véhicules.

On vous avait parlé d’une série de casques. Celui des pompiers des motocyclistes de Paris, de 1903, estimé entre 300 et 500 € se vend pour 682 €. Plus ancien, un casque Japonais, datant de la fin du 16e siècle et estimé entre 1000 et 1500 € part à 1488 €. Enfin les trois casques américains des années 80 estimé entre 200 et 300 € sont adjugés à 347 €.

Ce sont quelques pompes qui suivaient. On avait ainsi noté une motopompe Laffly à moteur Amilcar, estimée entre 300 et 500 €, partie à 372 €. Ensuite une motopompe Samdi à moteur Chenard et Walcker venue d’Auxerre en superbe état estimée entre 1500 et 2000 € et qui atteint 1984 €. Enfin la pompe à bras Vermorel de la défense passive, estimée entre 150 et 250 € grimpe elle aussi jusque 372 €.

Douche froide pour les gros camions français

On avait commencé avec trois camions Delahaye… Que ce soit le Delahaye 112 PS de 1929 estimé entre 20.000 et 30.000 €, le Delahaye Fourgon Mixte Type 83 de 192 estimé entre 15.000 et 20.000 € ou le Type 84 PS de 1920 estimé entre 20.000 et 30.000 €, le résultat est le même : ils ne se vendent pas.

Dommage ce sont des bijoux du patrimoine français.

Côté Peugeot on trouvait une automobile, une 190 S de 1929, estimée entre 6 et 8.000 € qui monte jusqu’à 9600 € et un utilitaire J7 nécessite une seconde jeunesse, estimé entre 300 et 500 € vendu 420 €.

Chez Renault, la collection Alves comprenait un Galion estimé entre 300 et 500 € mais qui grimpe à 840 €. Autre véhicule de la marque, un AGC de 1938, en bien meilleur état, estimé entre 10.000 et 15.000 € il atteint brillamment ces 15.000 € sous le marteau.

Dernière française qu’on avait noté, un Laffly BSS163 estimé entre 10.000 et 15.000 € grâce à son super état mais qui ne part pas…

Les autos se vendent bien

La collection Alves ne comprenait pas que des camions de pompiers, il y avait aussi plusieurs autos. La plus grosse, une Buick Electra de 1972 estimée entre 3 et 4.000 € part pour 6000 €.
Toujours dans le grand et luxueux, une Rolls Royce Silver Shadow II de 1977 estimée entre 10.000 et 15.000 € atteint un joli score de 13.200 €.
Pour la dernière, on retourne aux pompiers avec Jeep Willys 1946, fabriquée par Hotchkiss, estimée entre 10.000 et 15.000 € mais qui s’arrête à 9600 €.

Des camions du monde entier pour terminer

On avait commencé notre sélection de camion avec un fourgon Ford, made in France, à Poissy? En bon état et avec une belle patine, il était estimé entre 4 et 5000 € mais ne se vend pas.
Plus rare suivait un camion léger Daimler-Benz construit en 1942 et estimé entre 15.000 et 20.000 €. Lui monte à 18.000 € sous le marteau.

Pour les trois énormes camions américains… c’est moyen.
Le superbe Seagrave, mu par un V12 American Lafrance, unique en Europe, estimé entre 10.000 et 15.000 € ne se vend pas.
L’ American Lafrance de 1942, le plus long camion de la collection, estimé entre 10.000 et 15.000 € s’arrête à 8400 €.
Enfin l’autre American LaFrance ex-Maplewood dans le New Jersey, estimé entre 5.000 et 10.000 € s’arrête lui à 5750 €.

Le catalogue complet de la vente de la Collection Alves est visible en cliquant ici.

Photos Osenat

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes

Passionné d’automobile ancienne, il a créé News d’Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.

Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu’elles sont un peu plus rapides !


Laisser un commentaire