La Seat Fura, une citadine originale à bien des egards

Personne ne sait dire combien il y a de Seat Fura en France. Dans tous les cas, c’est une auto qui ne court pas les rues. Cette auto, souvenir de Fiat et pas totalement une Seat est une originalité qu’il fallait essayer !

Cette auto, vous la connaissez peut-être, c’est celle de notre confrère blogueur Alex Renault qui tient le blog l’Automobile Ancienne.

L’histoire mouvementée de la Seat Fura

La Seat Fura est née du divorce entre Seat et Fiat. Le constructeur espagnol a longtemps été un constructeur de Fiat sous licence mais en 1981, le deal prend fin !

Seat n’a pas d’auto au catalogue qui ne soit pas une Fiat, mais ce serait un désastre pour la jeune démocratie que son fleuron industriel s’arrête. Alors on négocie, et dans le contrat de rupture, Fiat autorise Seat à continuer d’utiliser en grande partie ses véhicules. Mais la voiture doit être modifiée pour posséder 25% de pièces spécifiques.

Entre 1972 et 1981, Seat produit la 127, pendant hispanique de la Fiat 127. 1.345.203 exemplaires vendus, c’est un beau succès. Mais donc en 1981, il faut une nouvelle voiture… au moins pour un quart, et là commence le jeu des 7 erreurs.

Extérieurement, les phares, les rappels de clignotant, les vitres avant, le capot son différents. Sous celui-ci, Seat a décalé le moteur de 5 cm. Nouveau berceau, mais aussi, et là c’est plus problématique, nouveaux cardans.

Malgré une ouverture sur le marché européen, la Seat Fura ne se vendra qu’à 84.973 exemplaires en 3 ans. C’est peu, surtout que la voiture avait bien des choses pour elle…

Au volant de la Seat Fura

La ligne de la Seat Fura

La voiture n’est ni moche, ni superbe. C’est une auto pratique, avec un design très 80s. La parenté de la Fiat 127 se voit effectivement, et les détails sont nombreux pour nous montrer ce qui est différents.

Le tout est assez harmonieux, et surtout, c’est bien proportionné… pour une auto de cette taille ! En tout cas elle ne devait absolument pas faire tâche dans le paysage automobile de l’époque, même si, déjà, on en croisait peu !

La technique

Que dire de la technique à part que ce n’est pas mal du tout. La voiture reprend la mécanique éprouvée de la Fiat 127, un bon 4 cylindres de 903 cm³ qui sort 40ch. Derrière, et c’est assez rare pour une petite auto de ces années là, on accole une boîte à 5 rapports !
Le tout est transmis aux roues avant via des cardans spécifiques. C’est LE point faible de l’auto. Les cardans Seat ne sont pas aussi bien étudiés que ceux de Fiat. Résultat, une fiabilité douteuse et une nécessité de les remplacer fréquemment.

L’intérieur est spartiate mais bien équipé

Forcément en s’installant dans la Seat Fura je ne m’attendais pas à monter dans un pullman. Ce petit habitacle est logeable, on aura de la place à quatre, à cinq, j’ai comme un doute.
L’équipement est correct, franchement j’avais un souvenir de l’intérieur d’une Marbella bien plus désastreux que l’intérieur de cette Seat Fura.

Par contre, en tant que grand râleur avec les position de conduite, celle-ci innove. Tout tombe bien sous la main mais on est tordus ! Les jambes partent sur la droite, tandis que le buste doit rester droit. Ce n’est pas désagréable, juste un peu déroutant !

La conduite : celle d’une petite citadine

La voiture est dure à démarrer. Je dois même laisser ma place à Alex pour qu’il lance le moteur. La petite espagnole est capricieuse et n’obéirait qu’à son papa ?
Non en fait. Ensuite elle est facile à conduire. Le début se fait en ville, là la Seat Fura est à son aise. Son petit moteur est bien assez puissant. Même pour les côtes. C’est sûr que je ne ferais pas le Monté Carlo avec la voiture mais en tout cas au jour le jour, elle est facile. Les vitesses passent bien et la rocade permet même de rentrer la 5e ! Oui la petite auto pense à sa conso en se dotant d’un 5e rapport !

Le confort est là aussi celui d’une petite citadine. Pour faire 50 bornes sur toutes les routes, ça ira. Les suspension filtrent ce qu’il faut, et les sièges font le reste. Les siège ne sont pas exactement exemplaires en ce qui concerne le maintien latéral, mais on le répète, on ne fera pas le Monté Carlo en Seat Fura.

Les virages se prennent sans qu’on ait l’impression qu’on va se retourner. Simplement, le cardan avant droit fait parfois comprendre qu’il n’est pas du tout d’accord. Alex ne va pas tarder à lui faire comprendre que c’est la fin…

Conclusion

La Seat Fura me laisse le même genre d’impression que ma Simca 1100. En plus petit. Une voiture avec un moteur anémique, mais qui saura quand même vous transporter.
Et puis ça reste une ancien utilisable. Pas assez chère pour que vous ayez peur pour elle à chaque sortie, et suffisamment originale pour qu’on ne vous demande pas de vider les lieux à chaque rasso.

Conduire une Seat Fura

Ce ne sera pas facile ! 85.000 exemplaires, imaginez combien en France, et imaginez combien ont résisté aux Jupettes ? La voiture est extrêmement rare. Mais elle est aussi très peu recherchée. Comptez environ 1600 € pour un modèle dont les cardans seront à changer. Un modèle en bon état en fait !

Image
Entretien
Facilité de conduite
Facilité de prise en main
Plaisir de conduite
Les Plus Les Moins
Une voiture facile à prendre en main Une image absente
Une auto originale Une fiabilité de jeune constructeur
Un bon potentiel en Daily Driver Des prestation “justes”
Note Totale

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes

Passionné d’automobile ancienne, il a créé News d’Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.

Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu’elles sont un peu plus rapides !


1 commentaire sur “La Seat Fura, une citadine originale à bien des egards”

  1. Que de souvenirs avec cette Fura GL qui fut ma toute première voiture achetée avec mes petits sous d’étudiant en 1992. Utilisée pendant deux ans, je l’ai laissée partir pour une petite bouchée de pain car un peu abîmée par un usage “intensif”. (Quel idiot !)
    C’était une excellente voiture pour débuter; économique (consommation raisonnable, entretien facile), amusante à conduire (en dépit d’une puissance un peu juste, elle faisait tout de même preuve d’une certaine nervosité) et super équipée (compte-tours indispensable pour un amateur de sport auto, montre dotée d’un chronomètre et d’un minuteur permettait de “prendre des temps”).
    J’ai bien pensé en trouver une (rouge 3 portes) mais les annonces sont surréalistes ! Soit l’auto semble très abîmée soit les prix sont astronomiques (jusqu’à 3500 € !!!). C’est délirant pour une auto qui a une valeur sentimentale forte pour un quadra un peu nostalgique mais aucune sur le marché de l’ancienne. Je suis très déçu …
    Merci pour votre article qui m’a bien plu.
    Benoît

Laisser un commentaire