Enchères à Scottsdale : Gooding & Co

On a pas fini avec les ventes de Scottsdale, en Arizona, qui auront lieu ce week-end. Après Bonhams et RM Auctions, petit point sur le catalogue de Gooding & Co.

Si les deux maisons de vente citées précédemment alignent les millions d’estimations, Gooding & Co ne sera pas en reste et proposera un catalogue très fourni en millionnaires.

On commence par Ferrari, qui comme d’habitude verra plusieurs voitures proposées, et toutes à des prix fous. La plus chère est une 250 GT LWB Califronia Spider de 1959 carrossée par Scaglietti.
C’est une des 50 seules voitures produites dans cette configuration. Encore plus rare, la voiture est superbe, et n’a pourtant jamais été restaurée, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Le prix de vente est estimé entre 8 et 10 millions de dollars.
Suit ensuite une 275 GTB/4 de 1967. Proposée entre 3.25 et 3.75 millions de dollars, elle est superbement restaurée et sera vendue avec tous ses outils et ses documents d’origine.
On trouvera ensuite une 330 GTS de 1968 carrossée par Pininfarina. Cette voiture est là aussi issue d’une petite production de seulement 99 exemplaires. Entièrement restaurée, elle a le même propriétaire depuis 1998. Elle est estimée entre 2.6 et 3 millions de dollars.
Une autre 250 est proposée, une GT Lusso de 1963 carrossée par Scaglietti et estimée entre 1.6 et 1.8 millions de dollars. Une autre 275 est aussi proposée, c’est une GTS de 1965, une des 200 voitures produites. Elle devrait se vendre en 1.35 et 1.65 millions.
Dernière voiture du cheval cabré proposée, et celle-ci on ne la verra pas sur les routes. C’est en effet une Ferrari 641/2, une F1 de 1990. Cette voiture a été celle de Nigel Mansell surant la saison et il a remporté à son volant le grand prix du Portugal, et signé deux podiums en Espagne et en Australie. Elle est estimée entre 800.000 et 1.1 million de dollars.

Ensuite on trouvera une belle brochette de Mercedes-Benz. Toutes sont des 300 SL. On trouvera un premier Roadster, blanc, de 1962 et équipé de toutes les dernières évolutions de la voiture, notamment les freins à disque, est estimé entre 1.75 et 2.25 millions de dollars. Ensuite, un autre Roadster de 1960 gris anthracite livrée avec son hard-top d’origine et estimée entre 1.7 et 2 millions de dollars. Un autre Roadster, noir, mais un des 211 produits en 1959 est aussi proposé avec une estimation entre 1.5 et 1.7 millions. Enfin, un coupé gris de 1956 devrait se vendre entre 1.55 et 1.85 millions.

Mais il n’y a pas que Ferrari et Mercedes.
Porsche est aussi représenté avec trois voitures. Tout d’abord avec une Porsche 906 Carrera 6 de 1966 et pilotée à l’époque par Gijs van Lennep et Ben Pon pour le Racing Team Holland. Avec une éligibilité possible dans de nombreuses courses, elle devrait se vendre entre 2 et 2.4 millions de dollars.
Suit ensuite une des 29 seules Porsche 959 Sport construites en 1988 (la version de base devait manquer de sportivité) et estimée entre 1.5 et 2 millions de dollars.
Enfin, une Carrera 2.7 RSH, là aussi une série limitée à 17 voitures de 1973 qui justifient l’estimation entre 1.25 et 1.5 millions.

Deux Cobra seront présentées, toutes deux sont des 289 de 1964, toutes deux sont dans leur jus. La différence c’est que la rouge est parfaitement préservée et estimée entre 1.2 et 1.4 millions, tandis que la noire, sort de grange et voit son estimation établie entre 1 et 1.4 millions.

Enfin, une dernière voiture dépasse le million d’euros d’estimation, c’est une belle Lamborghini Miura P 400 S de 1970 proposée entre 1.2 et 1.5 millions.

Tout le reste du catalogue est visible en cliquant ici.

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire