Souvenirs de quarante années, LA Mythique Course de Côte du Mont Dore.

Au programme du week-end pour les Auvergnats, la Course de Côte du Mont Dore. Cette nouvelle édition me ravive des souvenirs de quarante ans. Petit saut dans le temps.

Durant mes congés, dans les 75/85, j’ai pourtant essayé d’aller voir, d’autres épreuves, dans d’autres régions. Mais celle-ci, m’a empoignée d’entrée. Tellement d’atouts sont à son actif : des plateaux bien fournis en pilotes, qu’ils soient français où étrangers, et par la même, des autos que je n’ai jamais vu ailleurs, même si dans l’Ouest, on était loin d’être dépourvu de belles épreuves.

Mais là, ce sont 5kms de beau bitume, sinueux à souhait, avec beaucoup de visibilité pour les spectateurs. Des espaces publicsà tous les étages puisque la pente moyenne au Col de la Croix St Robert est  en moyenne à 7,2% pour un dénivelé de 377m.

Facile de camper ici, dans cette nature accueillante et à proximité du spectacle assuré sur deux jours de courses. Rien n’a changé, ou presque, dans ce lieu où il va bien falloir revivre ces sensations actuelles, ces futures prochaines années.


En 1977, c’était déjà ma troisième tournée Auvergnate. Jamais déçu, jamais rassasié, même si la météo n’est pas au rendez-vous… Je ne m’en fatigue pas, il faut découvrir la fête sous tous les angles… eh puis en montagne, au mois d’Août, le mauvais temps ne dure pas…

A cette époque, les têtes d’affiches ne manquaient pas à la Course de Côte du Mont Dore. D’ailleurs, la victoire, ici, est toujours aussi prisée. On pouvait encore retrouver J.Pierre Beltoise sur des autos, certes, moins rapides qu’à sa belle époque où il aligna cinq victoires d’affilée sur Matra (66 à 1970). C’est le meilleur performer de l’épreuve.
Les grands, Pierre Maublanc, Yves Martin, Jimmy Mieusset, Max Mamers, Guy Fréquelin, Christian Debias, Hervé Bayard, Marcel Tarrés, Marc Sourd, Michel Pignard, Yves Courage  et j’en oublie, ont tout essayé pour décrocher une victoire, ici, à leur palmarès.

J’en oublie un paquet, car dans tous les groupes, des Dosières et Alméras toujours présents, et autres Rossi, Ravenel, Stenger, Évrard, Mouétron, Grué, La Torche, Göring, les ribambelles de pilotes de Rallye2 se sont employés à gagner leurs séries. Eh puis les vedettes du Championnat européen, notamment en proto comme Nesti, Bos, Albertini, Duby, Lacaud, puis plus tard, Simone Faggioli qui détient le record avec 2’12’’983 depuis l’édition 2010.

Des éditions à 300 pilotes eurent lieu au Mont Dore, c’est dire l’engouement.

En 1977, le meilleur temps de la Course de Côte du Mont Dore était de 2’33’’52 pour le vainqueur du jour, Jimmy Mieusset sur une RALT- BMW. Des autos, des hommes, du grand spectacle souvent accompagné de stars de l’époque. C’est ma côte préférée et de loin….

La plus spectaculaire sortie de route, nous l’avons vécu de loin, à plus de 300m, ce tonneau effectué par l’avant, et en monoplace… pilotée par le célèbre Guy Fréquelin en 1979, qui en est heureusement sorti indemne. Pour l’histoire, du fait qu’il courait pour le Championnat de France, l’après midi, il effectuait les montées sur la Ford Escort Silhouette de JC Duby… des points à tous prix.

Que de souvenirs. En bas, la première année au lieu-dit « Les Moneaux », juste quelques bâtisses où durant ces quelques jours. Chaque année, le parc coureurs de la Course de Côte du Mont Dore bat son plein. Je m’souviens des essais subits du matin où du soir, sur la petite route du Bois de la Caire. Cinq jours de bonheur au bord du ruisseau, bien utile au camping sauvage

Vinrent ensuite des endroits plus tranquilles. Les campements, un peu plus haut, bien planqués à proximité du circuit et ses matins ou l’altitude ne favorisait pas des températures élevées. Les glacières prévoyantes pour trois jours sans provisions. Jambon et saucisson locaux ne se perdent pas ici…et puis ça parfume les nuits dans la toile de tente…Hummm. Tout sur place…Super.

Nostalgie, nostalgie….

Mon dernier passage fut effectué en 1990, cette fois à vélo, au mois de Juin. Très grand souvenir où, bien entraîné, j’ai pu emprunter le superbe ruban, et dans les deux sens. Ça m’a remémoré la montée de Bernard Darniche, en vélo, aux couleurs Motobécane, pour faire le spectacle de cette édition 1977.


 

Vous aimez ? Partagez !

Marc
Rédacteur et Photographe à News d'Anciennes
Jeune retraité, Marc avait du temps pour prendre des photos et aller à la rencontre des passionnés de l'ouest de la France, tant que sa Renault 8 est en restauration.
Il a rejoint News d'Anciennes au tout début 2016.

Laisser un commentaire