Exposition Zagato au mythique Pantheon Museum de Bâle

Dans deux petites années, cela fera un siècle que la maison italienne de design Zagato aura vu le jour. Ainsi, depuis le 24 octobre 2016 et jusqu’au 17 avril 2017, le sublime Pantheon Museum de Bâle accueille une exposition éphémère consacrée au designer Milanais, constituée de 27 automobiles de prestige dont certaines sont des pièces uniques. Je vous emmène.

Célèbre carrossier automobile créé en 1919 à Milan par Ugo Zagato, l’entreprise italienne s’est directement spécialisée dans la conception et la réalisation de carrosseries automobiles pour différents segments.

Design au combien célèbre et réputé dans le milieu, la firme s’inspire directement de l’aéronautique, secteur connu pour Zagato puisque son fondateur Ugo a travaillé dans cette branche durant la Première Guerre mondiale. Alors si vous êtes du coin ou êtes seulement de passage par le territoire helvète, voici un petit résumé de ce que réserve cette sublime exposition aux passionnés d’automobiles sportives mais aussi de design !

Dans les premières années suivant sa création, la « Carrozzerie Zagato » commença principalement par le carrossage d’automobiles de courses, et plus précisément d’italiennes. C’est Alfa Romeo qui s’adressa en premier au jeune carrossier Zagato afin de fabriquer une robe pour la sublime Alfa Romeo 6C 1500 puis par la suite pour la 6C 1750 GS Spider Zagato. L’auto termina en outre deuxième des Mille Miglia de 1927 et remporta l’édition suivante.
La course était donc bien lancée pour le petit carrossier italien.

Par la suite, Zagato passera par plusieurs phases, allant des voitures de grand tourisme aux petites citadines, et même des ordinateurs à la fin du XXème siècle ! Travaillant beaucoup avec les constructeurs italiens, Lancia, Maserati, Alfa Romeo, Fiat, le deuxième pays de prédilection fut l’Angleterre.

Ainsi, pas mal de collaborations ont été effectuées avec Jaguar, Bristol, mais encore Aston Martin ou AC. Actuellement, Zagato ne fait plus que du design Neo-classique pour des séries très limitées d’automobiles de luxe et de prestige, comme par exemple la dernière Aston Martin Vanquish Zagato (99 exemplaires seulement). Les automobiles carrossées par Zagato disposaient d’un design d’avant-garde, étaient légères et avaient un profil aérodynamique.

Les autos sont exposées de la plus ancienne à la plus récente. Comme positionnées sur une grille de départ, cela permet aux visiteurs de voir l’évolution des différents designs, tous plus novateurs les uns que les autres. Partant de 1936 pour l’Alfa Romeo 6C 1750 GS Spider Zagato, on remonte le temps avec des voitures plus ou moins connues du grand public.

On passe des voitures de grand tourisme telles que la Lancia Flaminia Super Sport Coupé Zagato ou l’Alfa Romeo 2600 SZ Coupé Zagato, aux petites sportives comme cette Fiat Abarth 750 GT Coupé Zagato ou encore la très connue Lancia Fulvia Sport Coupé Zagato.

Bien sûr, des perles rares de l’histoire automobile seront visibles comme cette Porsche 356 Speedster Zagato, ressemblant étrangement à une Porsche 550 Spyder de la même époque, ou bien encore la très exclusive Aston Martin DB4 GTZ Coupé Zagato, produite à seulement 19 exemplaires au monde (ici dans une version réplique malheureusement). Pour finir, au milieu d’un bar, on pouvait apercevoir les deux micro-citadines électriques imaginées par Zagato dans les années 70, la Milanino (1972) et la Zele Electro Zagato (1974).

Ensuite on arrive sur la Carrera GT, première vraie supercar du constructeur de Stuttgart (non issue d’une 911). Equipée d’un moteur V10 de 5,7L délivrant 612ch issu de la compétition, l’auto aura été produite et vendue à 1270 chanceux propriétaires entre 2003 et 2006.

Tronquant littéralement avec le style habituel de ses autos, Porsche a su esquisser un sublime coupé découvrable, tout en y gardant l’ADN du constructeur. L’auto est devenue mythique et n’a pour le moins pas pris trop de rides depuis cette décennie. Dès lors déjà assez exclusive, certains propriétaires n’ont pas eu cette même opinion. C’est en effet le cas du pilote allemand de rallye Ernst Berg qui a demandé à Zagato de lui procurer une auto unique.

Le résultat en est tout autant intéressant. Opération complexe tant l’auto semble déjà parfaite, Zagato a su modifier la Carrera GT sans pour autant complètement casser les lignes de cette dernière. Les modifications sont assez subtiles et vont dans les détails. Bouclier avant légèrement retravaillé, le plus gros du travail se trouve à l’arrière de la bête. Nouveau capot moteur redessiné pour l’occasion, suivant ainsi les lignes du toit bosselé de la Carrera GT. Le bouclier arrière a lui aussi été modifié pour accueillir de nouvelles sorties d’échappements, affichant un nouveau dessin. Le résultat ? Un exemplaire unique au monde issue d’une rencontre germano-italienne. Chapeau Zagato.

Bien sûr, le musée n’accueille pas seulement l’exposition en hommage au designer italien. En plus de cette rétrospective temporaire, le Pantheon de Bâle contient une exposition permanente retraçant l’histoire de l’automobile depuis ses débuts. Allant des vélos datant du début du siècle dernier, accompagnés des premières voiturettes à vapeur, cette exposition est vraiment bien fournie et détaillée pour le public.

Les autos sont bien placées et on prend un plaisir fou à revivre l’épopée automobile. Des petits bijoux se nichent parmi cette exposition, je pense entre autres à cette magnifique et rare Allard K1 des années 50, l’incontournable Aston Martin DB5 ou bien encore, malgré le fait que ce soit une réplique, la sublime Bugatti Type 57 SC Atlantic.

Seul petit bémol à noter, tout au long de cette remontée de l’histoire automobile, les textes et autres écriteaux explicatifs posés à côté de toutes ces autos ne sont qu’exclusivement écrits en Allemand, dommage !

L’architecture du bâtiment est vraiment particulière et bien agencée. Les autos sont disposées le long sur une grande rampe qui monte en colimaçon jusqu’en haut de l’édifice. Etant seulement située sur le pourtour du bâtiment, cela permet aux visiteurs d’admirer les autos d’en bas sous un autre regard. Pratique et intuitive, cette rampe permet ainsi de monter ou descendre des autos très facilement.

On y retrouve même un petit bar à la fin, ancré dans une ambiance très automobile. Et si la faim vous en dit, vous serez sûrement bien accueillis au restaurant du musée.

Pour finir ce petit tour dans ce sublime musée helvétique, le musée entretient toutes ces autos lui-même à l’aide de son « Pantheon Classic Garage ». Situé juste à côté du bâtiment rond, ce garage regorge d’autos des années 30-40, mais n’est visible au public qu’à travers les vitrines situées en bas du musée.

Cette exposition Zagato est l’une des plus grandes jamais organisée en hommage au designer italien. Bien sûr il n’est pas indispensable d’aller voir cette galerie assez exclusive et bien fournie, mais il faut savoir que Zagato n’a pas de musée à proprement dit concernant son histoire. Il y a bien un petit lieu exposant ses plus belles créations au sein de l’usine à Milan mais ce dernier n’est pas ouvert au grand public.

Alors si vous êtes un fan incontesté du designer italien, votre week-end au pays du fromage et du chocolat doit déjà être pris avant le 17 Avril prochain.

Si vous avez aimés mes clichés, n’hésitez pas à me rejoindre : Instagram

Gaëtan Brunetti Photographie : Site web Instagram Facebook Flickr

Vous aimez ? Partagez !

Gaëtan on BloggerGaëtan on EmailGaëtan on FacebookGaëtan on FlickrGaëtan on InstagramGaëtan on TwitterGaëtan on Youtube
Gaëtan
Rédacteur-Photographe à News d'Anciennes
Jeune passionné d'automobile d'époque mais pas que, Gaëtan vous livre sa vision des anciennes à travers ses clichés. Propriétaire d'une BMW E30 de 1988, il aime se pavaner dans son coupé noir la dimanche après-midi façon 80's.

Laisser un commentaire