Un catalogue exceptionnel pour la prochaine vente Aguttes à Lyon

Le même jour que les ventes Osenat de Fontainebleau (dont la dispersion de la collection Perinet Marquet dont on parlait ici), Aguttes proposera une vente de superbes autos à Lyon. Un catalogue varié, avec des autos pour tous les goûts, et tous les portefeuilles.

212 lots au catalogue. Comme souvent avec Aguttes, 170 lots sont réservés à de l’automobilia. Mascottes, affiches, voitures pour enfant, le catalogue est riche.

Mais intéressons nous aux autos de la vente.

De belles italiennes dont une exceptionnelle Ferrari

On commence par les Ferrari, puisque l’une d’elle est la voiture la plus chère proposée à cette vente. C’est tout simplement une Ferrari F40. Si les « grandes » ventes en proposent régulièrement, c’est plus rare pour une maison comme Aguttes. L’auto est française et a été méticuleusement entretenue par le spécialiste Auvergne Moteur, une référence du milieu. Avec un entretien suivi, deux propriétaires depuis 1989 et 25.000 km au compteur, elle est estimée entre 850.000 et 1.050.000 €.

On enchaîne avec quelques autres autos au cheval cabré. La première est une Dino 246 GT de 1972. Parfaitement entretenue et gardée en état par un passionné, elle est estimée entre 260.000 et 320.000 €.
Ensuite on trouvera une des 500 Ferrari 365 GTC/4 de 1976. Restaurée récemment, l’auto est en parfait état, son moteur est presque en rodage ! Son estimation est située entre 240.000 et 280.000 €.
Enfin, une Testarossa, elle aussi de 1989. Son moteur a été revu et elle conserve sa belle peinture d’origine. Elle est estimée entre 70.000 et 90.000 €. Bonne idée, les Testarossa plus chères ayant du mal à se vendre en ce moment !

Pour rester dans le thème italien, on trouve une Alfa Romeo Giulia Sprint GTA blanche de 1965. Superbe auto, bien remise en état, équipée d’une 1600 aux bonnes spécifications, même s’il n’est pas d’origine, l’auto est une invitation au sport. Estimée entre 250.000 et 350.000 €, c’est une auto rare, produite à 501 exemplaires, qu’il faudra donc surveiller.

Des françaises variées pour Aguttes à Lyon

Deux Alpine A110 sont présentées. Celle que l’on vous montre ici est une 1600 SC de 1973. Entièrement restaurée en 2016, l’auto est magnifique. Son historique est clair, et l’estimation est logiquement élevée : entre 80.000 et 110.000 €.

Autre française, mais qui n’a rien à voir, une Salmson 2300 S Cabriolet. Elle fait partie des 6 seules autos construites ainsi, et sorties des ateliers de Chapron. On l’avait déjà vue, une première fois à Epoqu’Auto 2015 (reportage ici) où les 6 étaient réunies pour la première fois, et sur le stand Aguttes de Retromobile il y a trois semaines (reportages ici). L’auto est superbement restaurée et place son estimation entre 150.000 et 250.000 €.

On a également noté trois youngs françaises sportives. La plus ancienne est une R5 Alpine Turbo de 1982. Une bombinette de la première heure, affichant 120.000 km au compteur après trois propriétaires. Elle est estimée entre 17.000 et 23.000 €.
Ensuite une Peugeot 205 GTI. Pas une 1.6 comme celle que nous avions essayé (article visible ici) mais une 1.9 de 130 ch de 1987. Cette auto a toujours été méticuleusement entretenue et sort d’une grosse révision chez un spécialiste. Son estimation est située entre 14.000 et 18.000 €.
Enfin une Clio Williams de 1995. C’est une phase deux, là aussi différente de celle qu’on avait essayée, dans cet article, et initialement vendue en Espagne. Jamais modifiée, et préservée en bel état, elle est estimée entre 15.000 et 20.000 €.

Des autos du monde entier pour cette vente Aguttes

Dans un autre registre, on comptera trois japonaises dans la vente. Les deux premières sont des Honda S800 connues pour leur moteur exemplaire qui prend 9000 tr/min ! On commence par la coupé, une auto marron de 1967. Une auto qui mériterait une restauration mais qui présente quand même bien. Elle est estimée entre 15.000 et 25.000 €.
La cabriolet jaune est de 1968. Rouge à l’origine, elle a été restauré il y a une vingtaine d’année et mériterait elle aussi un bon rafraîchissement. Elle est estimée entre 23.000 et 28.000 €.

Autre Japonaise, mais beaucoup plus récente, une auto de compétition. C’est une Toyota Celica Turbo 4WD ST185 de 1992. C’est une ancienne auto d’usine. A son palmarès, Sainz a fait troisième en Australie en 1992 tandis qu’Auriol s’est fait disqualifier en 1993 ! Elle a ensuite été vendue plusieurs fois et parmi les propriétaires on note Henning Solberg, frère de Peter, lui même pilote de rallye. L’auto a ensuite été complètement restaurée et repeinte aux mythiques couleurs Castrol. C’est une des autos les plus chères de la vente, elle est estimée entre 180.000 et 240.000 €.

Les anglaises ne seront pas légions dans cette vente. On comptera néanmoins une belle Jaguar MkII de 1962. Restaurée il y aune quinzaine d’année, elle est restée en parfait état et présente une estimation très correcte entre 15.000 et 25.000 €.

Plus rare, on notera dans cette vente une Saab 95 SW de 1976. Animée par un V4 Ford elle développe 62ch et fera le bonheur des amateurs d’autos atypiques. Ce break de chasse est en effet estimé entre 6000 et 8000 €.

L’intégralité du catalogue est visible ici.

 

 

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire