La Bourse de la Beaujoire 2017, le Grand-Ouest chine !

C’était la première grande bourse, ou le premier petit salon de l’année, la Bourse de la Beaujoire 2017. Pendant qu’on traversait Paris, direction Nantes donc pour ce rendez-vous qui a pris l’habitude d’ouvrir la saison dans le grand ouest.

Pour un week-end, bienvenue en Chine, donc, puisque c’est un grand moment pour nos chineurs du grand ouest. Professionnels et particuliers se partagent les deux niveaux du Grand Palais. Des pièces et tout ce qui tourne autour de nos anciennes mécaniques s’étalent à profusion à la La Bourse de la Beaujoire 2017. Dès 8h00, l’engouement est toujours aussi fort, pour les assidus des pièces rares. A noter, la mixité entre auto et moto séduit, et ça se voit !

 

Les constructeurs de l’Ouest stars de l’expo

La thématique de l’exposition cette année était « les constructeurs du Grand Ouest ». La tâche ne fut pas si facile à mettre en mouvement, puisque, visiblement, rares furent les fabrications en notre chère contrée.

Côté deux roues, un seul représentant, et pas des moindres. Le régional Georges Martin, constructeur d’une multitude de motos. Sa notoriété s’est acquise notamment pour ses fabrications de cadres, puis d’échappements, à partir de 1972… Il aborda l’automobile en 1989 par le biais de répliques prestigieuses : Super Seven, AC Cobra, Ford GT 40, Tilbury… C’est un des rares constructeurs à avoir touchés aux 2 et 4 roues. J’ai encore en mémoire ses publicités dans les magazines, avec ses photos alléchantes.

Les autos étaient plus nombreuses. Les bonnes trouvailles étaient faites par différents clubs : Les Vaillantes Pétarelles de l’Ouest (organisateur de cette La Bourse de la Beaujoire 2017), l’ACO, L’Atelier du temps, le Club Djet, l’ARNO, le club JP4 Car Système Histo…

En Ile et Vilaine

La Marque CITROËN a produit de nombreux modèles depuis 1961 dans son usine de Rennes La Janais. Les AMI 6 furent les premières à sortir des chaines, puis ce sont les Dyane, GS, Visa, BX, etc. Des 2cv et Méhari sont également sorties de l’usine.

La JP4 Car Systeme est elle lancée en 1979 à Redon. Bien représentée, avec une très belle brochette de voitures aux couleurs sympas, et qui perdurent, grâce au dynamisme du club.

Plus près de nous, dans le temps, à Lohéac (35 là où je vous avais emmené à l’Autobrocante) Hommell (1994-2001) n’a pas eu le succès espéré. Dommage, l’idée était bien pensée. Les réglementations ne favorisent plus les petits constructeurs, et de fait ceux-ci appartiennent au passé.

En Loire Atlantique (44) et Maine et Loire (49)

Venturi (à l’origine crée par d’anciens ingénieurs Heuliez), débute en 1984, Après son démarrage à Cholet (49) de 1985/90, l’aventure se poursuit à Couëron(44) jusqu’en 2000. Toujours à l’ouest ! Il nous en reste un magnifique circuit, en propriété de conseil général, toujours non homologué à la compétition… Quand aux clients, ils sont suivis par la structure sportive «Extrême Limite» située au bord du circuit.

Un étonnant Canari à la Beaujoire ! En expo face au Stade, et construit en plein Nantes, ça ne peut qu’attirer l’attention, surtout quand l’événement s’appelle la Bourse de la Beaujoire 2017. Guy Mismaque est le constructeur de ce joli spécimen Squal. Châssis tubulaire, carrosserie polyester et… moteur de 2cv. Une histoire mystérieuse, d’où seulement trois spécimens virent le jour.

En Deux Sèvres(79)

Un département plein d’histoire, à propos de l’automobile tout confondu. Le carrossier Heuliez et ses 93 ans d’existence, est devenu un très grand centre de recherches, tout en fabricant de nombreux modèles dérivés de la série, puis s’adonna dans le secteur « transport en commun ». Seul en expo, ici, une merveille de restauration récente, un ancien Bus transformé en camping car. Un véhicule qui va revivre dans son département de construction. Benoit, en fit l’attraction de son stand Retrocalage !

Continuons la visite en s’attardant sur quelques raretés nées dans ce département, Édouard Bonnet (Merci à Alain d’avoir rectifié) est l’auteur de quatre sportives sur base de Panhard X87, dont ce Coupé en phase de restauration…

Plusieurs Jidé (Jacques Durand 1969/73) encore en grandes formes, au bonheur des amateurs de compétition. Crée à Parthenay et Chatillon s/thouet (79), son parcours s’est prolongé à Guérande (44) pour terminer sa courte carrière en Dordogne à Bergerac… Puis une Sovam (1966-69) qui elle aussi fut confiée à Jacques Durand, mais la construction n’a pas survécu aux difficultés rencontrées en 1968. Le modèle présent, retrouvera la route après une restauration complète. La marque Sovam est plus connue par ses réalisations de camions destinées aux commerçants des marchés.

Les autres expos, Salmson en grande forme

Hors sujet, certes, et personne ne s’en plaindra. Le Club Salmson était présent à la Bourse de La Beaujoire 2017 et tient vraiment à profiter de ce grand rendez-vous et d’exposer chaque année. Cette année, deux merveilles, au fond du grand palais, eurent un succès mérité. Sur ce stand on trouvait notamment Vincent, qui après son tour à bord d’une S4-61 (à lire en cliquant ici) s’est vu présenté en long et en large deux superbes autos. On trouvait ainsi une une S4C de 33 en état d’origine et un faux cabriolet S4D de 36, fraichement restauré et passé au CT, la veille du salon. Deux merveilles qui eurent un magnifique succès auprès du public et certes, facilité par le dynamisme du club en place. Merci notamment à Jean- Yves, Jean Pierre et Pascal.

Sur les stands des clubs on trouvait les passionnés, de tous âges, mais souvent aux cheveux bien blanchis ! On se remémorait des souvenirs en partageant une galette et en échangeant ses vœux.

La Bourse de La Beujoire 2017 était aussi une bourse

Assez parlé de cette exposition, on voyait aussi un grand nombre de boursiers. Les pros établis étaient bien évidemment de la partie. Les amis de Classic Auto Elec étaient de la partie pour une journée plutôt réussis. Dans ce palais de l’ouest où la chine était à l’honneur, les stands proposaient de tout. Des pièces d’occasion, comme cette roue et son moteur, ou ce moteur De Dion Bouton, des outils, des miniatures, de la doc, de l’automobilia. On trouvait aussi des pièces refabriquées, allant de la Deuche à la Rolls, avec des prix sur une fourchette toute aussi étendue !

Un beau rendez-vous pour les mécanos !

En conclusion, encore un très beau cru pour cette Bourse de La Beaujoire 2017. Une super ambiance, une belle affluence et de belles expos. L’année est bien lancée et Vincent et moi sommes prêts pour de nouvelles aventure dans l’ouest. A vivre prochainement !

Vous aimez ? Partagez !

Marc
Rédacteur et Photographe à News d'Anciennes
Jeune retraité, Marc avait du temps pour prendre des photos et aller à la rencontre des passionnés de l'ouest de la France, tant que sa Renault 8 est en restauration.
Il a rejoint News d'Anciennes au tout début 2016.

6 commentaires sur “La Bourse de la Beaujoire 2017, le Grand-Ouest chine !

  1. bravo pour les photos et pour le reportage , je suis le prorietaire de la panhard x87 rouge fabriqué a parthenay par E bonnet
    il s agit de edouard et non emile , mais c est de ma faute j ai fait l erreur sur le poster qui accompagnait la voiture
    merci encore et bonne soirée

Laisser un commentaire