La Maserati Mistral, moins de 1000 autos pour une légende

Plus GT que sportive, la Maserati Mistral a marqué l’histoire de la marque. Cette auto qui fut au centre de la gamme du constructeur au Trident fut la dernière à embarquer le 6 cylindres en lignes mythique de la marque.

La Maserait Mistral, construite autour du 6 en ligne

La voiture que Maserati doit présenter pour remplacer la 3500 GT se doit de reprendre le flambeau avec autant de classe. Un choix s’impose, celui du moteur. Le 6 en ligne de la 3500 cube autant de cm³. Surtout, il est performant et éprouvé. Il est dérivé de celui qui a mené les pilotes des 250F à de nombreuses victoires en F1.

Ses caractéristiques sont sportives : culasses hémisphériques, double allumage, double arbre à came en tête. Mais surtout, sur la Mistral, il va recevoir une innovation, pour les sportives italiennes du moins. Ce moteur se dote en effet d’une injection indirecte Lucas.
Sur la nouvelle auto, la puissance passe de 220 à 235 chevaux à 5500 tr/min.

La boîte est une ZF à 5 rapports qui entraîne les roues arrières. Pour les USA, on propose aussi une boîte Borg-Warner automatique à trois rapports. Le pont arrière reste rigide mais les roues avant sont indépendantes. Les freins sont à disque, les superbes roues à rayon Borani sont équipées de pneus Pirelli.

La carrosserie est en aluminium. Le dessin est confié à Piero Frua et c’est Maggiora of Turin qui fabrique les panneaux. Ils sont en aluminium pour le capot et les ailes, en acier pour l’arrière. Le style est assez moderne, pour une auto de 1963 s’entend !

L’auto se dévoile

Développée comme la Tipo 109, elle est dévoilée au salon de Turin 1963 aux côtés de la Quattroporte 1 et un an après la Sebring qui embarque le même moteur. Elle est d’abord appelée 3500 GT 2 Posti, deux places. Le nom Mistral viendra après, à l’initiative de l’importateur français.

Elle est dévoilée avec le 3500 cm³ mais ne le gardera pas longtemps.

Les évolutions de la Maserati Mistral

Dès 1964, apparaît la version Spyder de l’auto, elle emporte elle aussi le 3500 cm³. Seuls ces Spyders vont en fait l’adopter, mais ils ne seront que 12.


Le coupé adopte uniquement un nouveau moteur, dérivé du premier. La cylindrée monte à 3.7 litres. Tout en restant à 1250 kg, la voiture développe alors 245 ch. Sa vitesse de pointe grimpe elle aussi à 245 km/h. Le 0 à 100 est accompli en 7 secondes.

Dès 1966 apparaît une autre évolution du moteur, c’est toujours le 6 cylindres, mais porté à 4L. Le couple évolue peu, mais c’est fort appréciable pour l’agrément de conduite. La puissance gagne 10 chevaux. La vitesse passe à 255 km/h et le 0 à 100 reste identique.

En 1967, certaines des Maserati Mistral sont réalisées avec une carrosserie totalement réalisée en acier.

La voiture restera en production jusqu’en 1970. Au total 828 coupé sortiront des usines accompagnées par 125 Spyders. Les modèles suivant de Maserati embarqueront tous les différents V8.

La Maserati Mistral de nos jours

Forcément c’est une auto très recherchée. Produite à peu d’exemplaires, la cote s’envole.
Pour un coupé, comme celui qui illustre une partie de cet article, comptez entre 160.000 et 180.000 €.

Les Spyders sont autrement plus chers car beaucoup plus rares. Les moins chers dépassent les 500.000 €, les plus chers flirtent avec les 600.000 €.

Photos : News d’Anciennes, Bonhams

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

3 commentaires sur “La Maserati Mistral, moins de 1000 autos pour une légende

Laisser un commentaire