Les Delage 155B Championnes du Monde des Grand Prix seront à Retromobile

Retromobile 2017 s’annonce doucement et la première expo a déjà de quoi faire saliver. Le salon parisien, dont News d’Anciennes est partenaire d’ailleurs, exposera pour la première fois les six Delage 155B au même endroit. L’occasion de vous parler de cette série d’auto, championne du monde 1927.

La Delage 155B autour d’un fabuleux 8 cylindres en ligne

Les Grand Prix des Années 1925-1930

En 1925, l’Association Internationale des Automobile Clubs Reconnus, l’ancêtre de la FIA décide de créer un championnat qui sacrera les meilleurs constructeurs de voitures de Grand Prix. Ce Championnat du Monde des manufacturiers est lancé avec les Grand Prix de Belgique à Spa, d’Italie à Monza, de l’Automobile Club de France à Monhléry et les 500 Miles d’Indianapolis. Alfa Romeo remportera cette première.

Suivant les années, certains Grand Prix seront invalidés, ne respectant pas le règlement. Dès 1926, le Grand Prix de Grande Bretagne à Brooklands, et le Grand Prix d’Espagne de San Sebastian rejoignent le championnat, la Belgique sort du calendrier.

La 2LCV doit être remplacée

Delage est alors un constructeur renommé. En plus de ses grandes routières, la marque affronte les redoutables Bugatti Type 35 sur les pistes des Grand Prix. La voiture engagée est une 2LCV conçue par Charles Planchon pour les courses de 1923. Cette auto n’est pas réussie, au départ au moins et Planchon est limogé. C’est son adjoint, Albert Lory qui fera de cette auto motorisée par un V12 de 2L une meilleure auto.

Le 26 Juillet 1925 elle remportera même le Grand Prix de France à Montlhéry avec Robert Benoist et Albert Divo au volant.

Le moteur 15S-8, compliqué mais arme principale de la Delage 155B

Pour 1926 le règlement change. Le principal changement concerne en fait le moteur qui se voit limiter à 1500 cm³. En fait cela exclut d’office la 2LCV et oblige Delage à créer une nouvelle auto. En plus, le poids minimum sera de 600kg en 1926 puis 700 kg en 1927. ALbert Lory va donc créer une nouvelle auto.
Au niveau du châssis, il répond au règlement, il fait 2.49 m d’empattement et 1.34 m de large.

Mais la pièce maîtresse de cette auto est son 8 cylindres en ligne de 1498 cm³. C’est une belle pièce d’orfèvrerie. Le vilebrequin et les bielles sont montées sur des roulements ce qui autorise des vitesse de rotation approchant les 8000 tr/min. En plus, deux compresseurs sont greffés au moteur en son centre et sur la gauche de l’auto.
La cascade de pignon emmenant à la distribution est notable avec 20 pignons montés chacun sur un roulement. Pour que tout fonctionne bien, trois pompes à huile sont montées sur le moteur !

Avec 170 ch l’auto est puissante et file à 210 km/h !

La Delage 155 B en course

Apparition à la fin 1926

L’auto n’est pas prête au début de la saison 1926. Trois autos devaient être engagées au Grand Prix de France de l’ACF mais elles ne sont pas terminées.

C’est finalement lors du Grand Prix de San Sebastian en Espagne, sur le circuit de Lasarte que les autos apparaissent le 1er Juillet. D’emblée les voitures sont performantes, elles se classent 2e (Edmond Bourlier et Robert Sénéchal), 4e (André Morel, Louis Wagner et Edmond Bourlier) et la dernière confiée à Robert Benoist et Robert Sénéchal abandonne.

Lors de la course suivante en Angleterre à Brooklands, le 7 Août 1926, c’est déjà le triomphe. Si Louis Wagner abandonne sur un soucis de moteur, il gagne aussi la course en compagnie de Robert Sénéchal tandis que Robert Benoist et André Dubonnet se classent 3e.

Aucune voiture ne prendra part à la course de Monza qui clôture la saison. La Delage 155B est bien née mais les pilotes souffrent. Le moteur est excellent mais son échappement se fait à droite. En plus des conduits qui rotissent peu à peu les jambes des pilotes, la conduite débouche en amont de l’habitacle. Le pilote se retrouve avec les gaz dans le cockpit pendant la course et ils sont donc obligés de faire des pauses régulières… ce qui n’empêche pas les performances.

La consécration en 1927

Pour 1927 André Lory revoit son moteur 15S-8. L’échappement est relocalisé à gauche. Du coup, on remplace les deux compresseurs par un plus gros qui aspire le mélange passé par un seul gros carburateur Cozette.

Si les 500 Miles d’Indianapolis font partie du Championnat du Monde des Manufacturiers, la saison des européens ne commence réellement que le 3 Juillet au Grand Prix de l’ACF à Montlhéry. Sept voitures sont au départ dont trois Delage 155B. La grille tirée au sort les fait partir en 3e, 5e et 7e position… ce qui ne les empêchera pas de se classer aux trois premières places ! Robert Benoist l’emporte, avec le meilleur tour, devant Edmond Bourlier et André Morel.

En Espagne, sur le circuit de Lasarte le 31 Juillet, les Delage 155B reproduisent le résultat de 1926, Benoist gagne avec encore une fois le meilleur tour, Bourlier est 3e. Morel abandonne sur un problème mécanique.

Au Grand Prix d’Italie à Monza, il n’y a qu’une seule auto d’engagée. Mais la voiture confiée à Benoist est en forme, il remporte une nouvelle fois la course, avec le meilleur tour !

En Angleterre, le 1er Octobre pour la dernière course de la saison, les trois voitures vont affronter une horde de Bugatti T39A. Malgré tout Benoist signe son 4e succès et son 4e meilleur tour de la saison. Bourlier finit à la seconde place et Albert Divo à la troisième place.

Le résultat est sans appel, avec quatre victoires, Delage est sacré Champion du Monde des Manufacturiers 1927. Par contre la marque ne pourra pas capitaliser, la faillite la guette et la force à arrêter les Grand Prix.

La continuation

Les voitures sont donc vendues à des pilotes privés. On va voir les autos sur tous les fronts. On notera par exemple les 500 Miles d’Indianapolis 1929 ou le premier Grand Prix de Monaco la même année.

Bien sûr c’est sur les Grand Prix de France qu’on retrouvera le plus les autos. Malgré leur potentiel énorme, elle ne seront que classées à des places d’honneur.

La deuxième série de voitures

En 1936 les voitures sont toujours performantes. Dick Seaman n’est pas encore pilote de flèches d’argent et bat régulièrement les ERA avec son auto qu’il a modifié.

Voulant lui emboîter le pas, le Prince Chula commande une auto pour son cousin pilote le Prince Bira. Le premier possède jusqu’à trois Delage 155B dans les années 1930. Cependant la voiture sera différente, Lory les produit avec une suspension avant avec des roues indépendantes.
Deux autos seront produites à ce moment là. Elles courront avant et après guerre.

Les Delage 155 B réunies pour la première fois à Retromobile 2017

Au total les Delage 155B sont au nombre de six. Quatre châssis ont été construits en 1926 avec cinq moteurs. Deux châssis sont arrivés par la suite. Le salon Retromobile 2017 réunira pour la première fois les six voitures au même endroit !
Voici ce qu’on pourra voir :

  • La n°1, équipée du moteur n°5 et de sa carrosserie d’origine. C’est elle qui fait 3e au GP d’Angleterre aux mains de Divo en 1927. C’est aussi elle qui participera au GP de Monaco 1929. Elle a appartenu à Briggs Cunningham avant de rentrer dans la collection Collier.
  • La n°2 est la voiture avec laquelle Benoist gagne le GP de France 1927. Elle a également décroché le record du monde des 24h en 1933. Sa carrosserie et son moteur ne sont plus d’origine et on peut la voir actuellement au musée de Brooklands.
  • La n°3 est la voiture avec laquelle Benoist gagnera ses trois autres victoires de 1927. Avec son moteur n°4 elle a été gravement accidentée en 1932 par Lord Howe. Elle est actuellement en reconstruction dans les mains expertes de Christophe Pund de la Galerie des Damiers.
  • La n°4 enfin est celle avec laquelle Morel courut en 1927. Elle est équipée du moteur n°3 et c’est elle que Louis Chiron pilotera à Indianapolis en 1929. C’est aussi elle que Seaman modifiera pour courir dans les années 30. C’est elle qu’on peut voir dans les photos de la vente RM Auctions de Londres en 2007. Elle a, à ce moment là, quittée la France pour « The Peter Giddings collection ».

Les deux dernières autos enfin :

  • La GP5, première auto de la seconde série construite en 36. Elle a été équipée du moteur n°2 et courut de 1936 à 1947 aux mains du Prince Bira. Elle appartient désormais à Jean-Claude Miloé.
  • La GP6 a été équipée d’un moteur Delage mais en 1950, après sa casse, Rob Walker l’équipe d’une mécanique ERA. Elle courra jusqu’en 1952 et celle qu’on connaît sous le nom de ERA-Delage est désormais la propriété de Peter Mullin.

Ces autos seront donc à admirer lors de Retromobile 2017, du 8 au 12 Février à la Porte de Versailles.

Photos : RM Auctions Sotheby’s, Peter Harholdt pour The Revs Institute® (Photo 1), Michael Furman (Photo 2 et 3), Christophe Pund (Photo 4), Wikimedia Commons.

 

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire