Il y avait de sacrés affaire à faire à la vente Artucial On the Road

C’était une des ventes de ce week-end. A Château sur Epte dans l’Eure avait lieu la vente Artcurial On the Road. 80 Lots provenant de la collection d’André Weber étaient proposés, et il y avait de sacrés affaires à faire.

Quelques lots ne se sont pas vendus, mais ce n’était pas une question de prix mais d’intérêt. En effet, aucun prix de réserve n’était fixé. D’où le fait qu’on ait pu y faire de bonne affaires.
72 Lots ont été vendus, rapportant 848.890 €. Beau score

Pas de prix de réserve : les estimations pas toujours atteintes

Bonnes estimations pour les Packards d’Artcurial On the Road

La première Packard était une904 Convertible de 1932 carrossée dans le style Victoria. Vendue neuve en France, son prix était estimé entre 50.000 et 80.000 €. Elle se vend tout en bas de cette très large fourchette à 53.504 €.

La seconde Packard proposée était une 110 Business Coupé de 1940. Entrée de gamme de Packard à l’époque, son prix était estimé entre 18.000 et 22.000 €, elle part à 21.280 €.

La vente Artcurial On the Road, présentait « quelques » Cadillac

Huit Cadillac étaient de la partie ce week-end. Et seules 5 ont été vendues…
La première est une Cadillac Série 62 Coupé de 1941. Ce gros coupé à V8 estimé entre 18.000 et 24.000 € est une très belle surprise puisque son prix de vente atteint les 33.440 € !

La Cadillac 60 Spécial de 1939 estimée entre 12.000 et 16.000 € est une des invendues.

La Série 75 Limousine 7 places avec séparation enter chauffeur et passagers de 1938 était estimée entre 18.000 et 24.000 €. C’est une bonne affaire puisque son nouveau propriétaire l’acquiert pour 14.952 €.

La série 75 de 1957 qu’on vous montrait dans la présentation du catalogue ne se vend pas non plus…

Les autres américaines notables réussissent pas mal

La vente Artcurial On the Road recelait de belle américaines. On en avait sélectionné quelques unes.

La première, une Chrysler New Yorker de 1948 était estimée estimée entre 14.000 et 18.000 € mais elle ne s’est pas vendue… On porte la poisse ?

La Pontiac Grandville Brougham Cabriolet de 1975 un cabriolet « Full Size » estimé 12.000 et 15.000 € part pour 17.024 €.

La Meteor Rideau 500 4 Door Sedan de 1957, une « simple » Ford Fairlane 500 rebadgée, estimée entre 6.000 et 8.000 € part à 7.296 €.

Enfin, la Nash 400 Ambassador de 1940, très rare en France, estimée entre 12.000 et 16.000 €, fait un heureux qui l’achète pour 9.728 €

Il y avait aussi des Européennes à la vente Artcurial On the Road

André Weber était passionné par l’Amérique mais il y avait aussi des européennes dans sa collection.

Matford, Ford Vedette et Simca Vedette, l’Amérique à la française a la cote !

Les plus anciennes européennes proposées, trois Matford, étaient à moitié américaines.
La 82A 13CV berline est estimée entre 6.000 et 10.000€, part pour 6.080 €. La F81A 21 CV Berline entre 8 et 12.000 € se vend à 6.688 € et la cabriolet estimée entre 18.000 et 24.000 € atteint 18.240 €.

Après les Matford, il y eu les Ford Vedette. Quatre Berline et trois cabriolets étaient présentés. Les berlines étaient estimées entre 6.000 et 12.000 € et se sont vendues entre 4.256 et 13.376 €. Le coupé estimé entre 18.000 et 22.000 € se vend 10.944 € et les cabriolets estimés entre 15.000 et 25.000 partent entre 10.944 et 15.808. De belles affaires.

Enfin pour terminer la série, les Simca Vedette, une Régence, une Versailles et une Chambord. Les prix de vente vont de 6.688 € à 7.904 €.

Et bien d’autres européennes

On avait noté une flopée d’autres européennes présentées à la vente Artcurial On the Road. Et là les prix un peu envolés…

  • Une Simca Plein Ciel de 1960, magnifique, estimée entre 20.000 et 30.000 €, belle affaire à 19.456 €
  • Une Peugeot 203 et une 403. La 203 C part à 9.728 € et la 403 à 4.864 €.
  • Une Peugeot 402 Berline de 1937 estimée entre 12.000 et 16.000, elle ne part qu’à 7.296 €
  • Une Renault Frégate de 1953 estimée entre 4.000 et 6.000 € part pour 8.269 €
  • Deux Renault Mona Six, un coach et une Berline, plus une Monaquatre estimées entre 8 à 12.000 €, elles ne partent « que » entre 4.864 € et 6.080 €.

Et il en restait encore d’autres :

  • Deux Hotchkiss, une 1350 Anjou et une 680 Chantilly. Estimées respectivement entre 10.000 et 15.000 et 5.000 et 8.000 €, elles partent à 8.512 € et 9.728 €
  • Une Citroën Rosalie 10 A Berline estimée entre 6.000 et 8.000 € vendue 9.728 €
  • Deux Citroën SM pour des prix allant de 8.000 à 18.000 € vendues 8.512 et 14.592 €
  • Le camion-benne Citroën Belphegor ! estimé entre 3.000 et 5.000 €, trop particulier ne se vend pas
  • La Rolls Royce Silver Wraith Limousine Mulliner estimée entre 30 et 40.000 € part à 37.796 €
  • Ensuite Delage D6-11 de 1934 recarrossée en roadster, estimée entre 10.000 et 12.000 € monte à 23.104 €
  • Enfin une Panhard Panoramique X73 Berline Parisienne de 1938 estimée 8.000 et 12.000 € explose l’estimation à 26.752 €.

Des résultats sympas donc, que ce soit pour la maison de vente ou pour les acquéreurs qui auront su faire les bons choix. L’intégralité des résultats est visible ici.

Vous aimez ? Partagez !

Une réflexion au sujet de « Il y avait de sacrés affaire à faire à la vente Artucial On the Road »

  1. Ping : Il y avait de sacrés affaire à faire à la vente Artucial On the Road - Retrorevue.fr, le blog revue de presse voitures de collection de Mascotte Assurances

Laisser un commentaire