A Goodwood Revival, les Stars de Bonhams Déçoivent

Ce week-end, les passionnés d’automobiles anciennes du monde entier avaient les yeux rivés sur le sud de l’Angleterre à Goodwood. On reviendra bientôt dessus en images, mais en attendant, on jette un coup d’œil aux résultats, un peu décevants de Bonhams.

Après un sérieux coup de moins bien généralisé de toutes les maison au printemps, les ventes estivales avaient montré un net regain de forme. La semaine dernières, Bonhams déjà à Chantilly et RM Auctions à Londres avaient réussi de belles ventes. Le sud de l’Angleterre n’a pas été une catastrophe pour Bonhams, mais vu le pedigree des autos proposées, les résultats sont clairement décevants.

Une, peut-être deux millionnaires…

Quatre millionnaires potentielles étaient présentes dans le catalogue de Bonhams pour Goodwood Revival. C’est peu, mais dans une Angleterre post Brexit, c’est déjà ambitieux. Surtout que Bonhams en présente souvent moins que RM Auctions par exemple.

La Porsche 550 Spyder de 1965, jamais restaurée trônait sur les estimations. Entre 5.5 million et 7.3 million d’euros, c’est ce que prévoyait Bonhams. Bien vu puisque l’auto est la plus chère de la vente en partant contre un joli chèque de 5.432.500 €.

On vous dit « peut-être deux millionnaires », parce que oui, on ne connait pas le prix de la  275 GTB de 1965 estimée entre 1.3 et 1.8 million d’euros. Elle est notée « vendue » mais sans donner le prix. Probablement une vente postérieure aux enchères.

Pour une fois, les Aston Martin ne font pas recette. Que ce soit la 2 Litre Speed Model « Red Dragon » de 1936 estimée entre 1.9 et 2.4 million d’euros ou la DB6 MkII Volante de 1970 estimée entre 940.000 et 1.2 million, aucune n’est vendue.

De belles ventes pour les autos de luxe, moins de chance pour le sport

Le catalogue de Bonhams pour ce Goodwood Revival faisait la part belle au luxe et au sport. Les autos proposées étaient toutes aussi belles les unes que les autres, mais ça ne permet pas forcément une belle vente.

Une sur deux pour les Groupe B

La Ford RS200 de 1986 était la plus chères puisqu’elle était estimée entre 330.000 et 400.000 €. Elle ne se vend pas.
Par contre la MG Metro 6R4, estimé elle entre 120.000 et 140.000 € part pour 134.227 €.

Les Aston de tous âges ont la côte !

Les Aston Martin millionnaires restent sur le carreau, par contre, dans des prix plus bas, Bonhams s’en sort mieux.

L’Aston Martin DB5 de 1964 estimée entre 540.000 et 650.000 € part pour 538.200 €.
La DB6 Vantage Sport Salon de 1967 estimée entre 330.000 et 400.000 € dépasse largement cette estimation et est adjugée pour 538.200 €. Belle performance pour le coup. Elle est plus chère que la DB5 !

Ensuite, l’Aston Martin V8 Vantage Zagato Coupé de 1986 estimée entre 300.000 et 360.000 € part pour 299.784 €.
Enfin, l’Aston Martin Vantage Le Mans V600 Coupé estimée entre 420.000 et 540.000 € répond aux attentes avec un prix de vente de 419.002 €.

Sélection de beautés, et de raretés :

En plus de toutes celles-ci, nous avions sélectionné quelques anciennes un peut à part.

  • Une superbe Ford Lotus Cortina Mk I de 1965, totalement restaurée et estimée entre 30.000 et 36.000 € elle monte à 37.400 €
  • La très rare Porsche 597 Jagdwagen 4×4 Utility estimée entre 200.000 et 240.000 € monte à 207.076. Et ce n’est pas une 911 !
  • Par contre la Daimler SP250 de 1960, estimée entre 59.000 et 83.000 € était un peu trop particulière et ne se vend pas
  • La Lamborghini Countach 25e anniversaire de 1990, estimée entre 240.000 et 300.000 € part pour 266.280 €
  • La Lamborghini Espada Series III Coupé de 1974 estimée entre 71.000 et 95.000 € ne l’imite pas, elle ne se vend pas
  • Enfin la Ferrari 330 GT 2+2 Coupé de 1964 estimée entre 260.000 et 310.000 € ne se vend pas non plus.

Tous les résultats sont à découvrir ici.

Photos : Bonhams

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire