Traversée de Paris Estivale 2016, La petite bête qui monte, qui monte…

Rendez-vous incontournable pour les collectionneurs d’une bonne partie de la France, la Traversée de Paris Estivale 2016 avait lieu ce week-end. Dans une ambiance forcément spéciale avec les restrictions, c’est Tristan qui nous raconte sa journée.

A mon tour de m’essayer aux joies de rédiger une bafouille pour vous faire partager ma Traversée de Paris Estivale 2016. Bertrand s’étant octroyé un petit weekend dans le Pas de Calais pour couvrir le Rétro Festival de la Côte d’Opale dans le village de Marquise, l’article est à voir ici, je me charge donc de couvrir cet événement à bord de ma petite rouge, ma VW 1300 de 68. Une des rares à ne pas être au Mans ce week-end, l’article est à voir ici.

Tout commence par un mail de confirmation mon inscription avec le numéro d’équipage et l’heure de rendez-vous. Message clair des organisateurs : cette Traversée de Paris Estivale 2016 ne doit pas devenir une manifestation contre les récentes restrictions de circulation mises en place par la Mairie de Paris. Oublions alors l’idée de porter un bonnet d’Anne (l’orthographe a une importance) lors de cette journée. En revanche, dress-code blanc et thème « Départ en vacances » souhaités. Noté !

Il y a déjà un monde fou au Château de Vincennes quand nous arrivons peu avant 8h. Les premiers ont pris le départ depuis quelques minutes. Les moins pressés prennent le temps de boire un café et avaler un croissant en retirant leur plaque.

En voiture Simone ! En réalité c’est Marie qui prend le volant, ce qui me laisse la liberté de prendre tranquillement mes photos. Direction la première étape : Montmartre !

Beaucoup de collectionneurs m’avaient déconseillé d’y aller. « Si une bagnole tombe en rade rue Lamarck, tu y passes la journée mon pote». Qu’à cela ne tienne ! Elle y montera ma Coccinelle. Telle la petite bête qui monte, doucement mais sûrement, nous parvenons en haut. Là, aux pieds de la Basilique, se presse une foule de touristes ravis de poser avec nos bolides.

Ils sont encore bien plus nombreux à notre arrivée place de la Concorde, point de passage capital de la Traversée de Paris Estivale 2016.
Une voix m’interpelle : « Bonjour Monsieur de Lisle ! » C’est le très sympathique Bernard (membre dont ne peut se passer l’AVAVA). Une encyclopédie de l’Histoire automobile cet homme. Quand Google ne sait pas, demandez-lui. Il est venu avec son sublime cycle-car BNC de 1923. Casquette écossaise sur la tête et volant en bois sur les genoux, il ne passe pas inaperçu quand il traverse le pont Alexandre III.

Passée la Seine, nous voilà aux Invalides, mon monument préféré. Quelques photos dans la boîte, et voyant l’heure tourner, la décision est prise. Les points de passage les plus sympas sont derrière nous. Mieux vaut se presser à la terrasse de l’observatoire de Meudon accueillir les premiers arrivant. Encore une sacré montée pour la Coccinelle mais la petite bête monte…

Quel cadre enchanteur cette terrasse de l’observatoire. Les nappes à carreaux sont dépliées sur l’herbe, à l’ombre des tilleuls. On débouche les bouteilles de rosé frais et on sort les paniers à pique-nique.

Enfin, venu le temps de la sieste… des belles anciennes plein les yeux. La Traversée de Paris Estivale 2016 est un nouveau succès, les autos sont superbes, le temps aussi. Une très belle journée !

Pour la galerie complète de mes photos, c’est par ici.

Vous aimez ? Partagez !