Cinq Circuits Mythiques sur Route Ouverte

Pour beaucoup d’amateurs de sport Automobile, ou amateurs d’automobiles tout court, certains circuits sont tout simplement mythiques. Et comme peu d’entre nous peuvent réellement tester les plus grands circuits, voici cinq circuits mythiques sur route ouverte qui vous permettront de vous prendre pour Fangio, Clark ou Pescarolo.

1 : le Circuit des 24h du Mans

Pour commencer, le plus grand de ces cinq circuits mythiques sur route ouverte, j’ai nommé, le Circuit des 24h du Mans. On peut rouler dessus une grande partie de l’année, le circuit comporte des zones permanentes, mais pas toutes. En rouge, le tracé qu’emprunte les concurrents des 24h du Mans, et du Mans Classic, en bleu, ce qui est accessible.

Le parcours du circuit des 24h du Mans

Pour vous y rendre, dans le sens où les pilotes tournent bien entendu, vous pouvez arriver soit par la D323, et longer le circuit dans le sens de Paris, soit arriver du Mans par la D338. Une fois le rond point du Tertre Rouge passé, et bien vous êtes sur les Hunaudières !
L’avantage c’est que vous n’avez pas de chicanes, mais des ronds points, jusque Mulsanne. Par contre gare aux radars, vous êtes sur route ouverte et ce n’est pas le jour d’aller chercher le record de la WM. À Mulsanne, vous vous écartez de la trajectoire pour prendre le rond point. Ensuite, à droite sur la D140, direction Indianapolis, et vous pouvez même tâter du vibreur (pas sûr que vos jantes aiment).

La suite est toute nouvelle, avant tout le monde passait le virage d’Arnage. Maintenant le croisement entre la D140 et la D139 est dévié vers un rond point.
Vous retrouvez néanmoins la D139 qui vous amène jusqu’aux Virage Porsche… et c’est fini.

Les parties inaccessibles

Toute la partie de la ligne droite est inaccessible. C’est bien normal, cette partie est aussi la ligne droite des stands du circuit Bugatti, un circuit permanent créé en 1966. Les virage Porsche eux datent de 1972, quand on abandonne la portion dite de Maison Blanche, encore sur la D139 cela dit.

Enfin, les deux chicanes sont elles créées en 1990.

L’anecdote

Le circuit n’a jamais accueilli les Formule 1. Pas en entier du moins puisque le Bugatti a été le théâtre du Grand Prix de France 1967 remporté par Jack Brabham.

2 : Le circuit de Reims Gueux

Si vous êtes plus F1 qu’endurance, sachez qu’il y a quelques circuits pour vous parmi ces cinq circuit mythiques sur route ouverte. Le Circuit de Reims Gueux en fait partie. Moss, Fangio, Hawthorn, McLaren, Stewart, Hill, tous sont passés sur ces routes champenoises.
Si le circuit a été totalement abandonné, une partie est maintenant un simple chemin, la suite a disparu, tandis que la majorité est accessible.

Notons également la tenue sur ce circuit des 12h de Reims, épreuve internationale du Championnat du Monde des Voitures de Sport.

Le parcours du circuit de Reims Gueux

Avec un bout manquant, difficile de vous guider facilement. On va donc partir des stands, situés directement au milieu de la D27. Ensuite on arrive sur un rond point, qui était avant un simple virage à droite. On entre sur la D26 et on la suit jusqu’à un chemin. On est au niveau du virage de la Hovette.

Tout droit on va vers la bretelle nord et le virage de Muizon. La route a disparu. Mais en suivant la D26, on emprunte en fait le circuit d’avant 1952 ! Ensuite la Nationale 31 et on prend à droite. On arrive ensuite sur un nouveau rond point, alors l’épingle du virage de Thillois, maintenant un rond point. On se retrouve ensuite de nouveau sur la D27.

Les parties inaccessibles

On vous l’a dit et redit, le chemin qui va vers la bretelle nord est accessible mais se termine en cul de sac. Sinon le reste du circuit est accessible. En bonus, malgré l’abandon, on peut encore admirer les stands, visible sur cet article d’ailleurs, et divers éléments historiques grâce à l’association des Amis du Circuit de Gueux.

L’anecdote

La dernière course internationale courue sur le circuit de gueux a eu lieu en 1969. François Cevert enlève la victoire du 35e Grand Prix de Reims de Formule 2.

3 : le Circuit de Rouen-Les Essarts

Si le premier Grand Prix de France de F1 a lieu en 1951 sur le circuit de Reims, cela change en 1952. Le circuit de Rouen-Les Essarts accueillera la course et c’est l’un des cinq circuits mythiques sur route ouverte, et peut-être le plus méconnu. Le circuit en accueillera 5 entre 1952 et 1968.

Par contre, c’est celui des cinq circuits mythiques sur route ouverte en plus mauvais état. Les stands ont disparu et un des parcours est en partie inaccessible.

Le parcours du circuit de Rouen-Les Essarts

On commence sur la D938 où se trouvaient feux les stands. Cette route, on la suit jusqu’à l’épingle du Nouveau Monde, du nom du hameau qui se situe plus loin. On tourne alors à droite sur la D132 qui remonte dans la forêt. Ensuite deux choix s’offrent à nous au virage dit de Beauval. Soit on prend à droite sur la D132a, le parcours du circuit en 1952, soit tout droit, en restant sur la D132, sur le parcours utilisé de 1955 à 1971.

On croise alors une courbe à droite qui va vers le circuit utilisé après 1971 et qui longe l’autoroute A13. En continuant, on passe à côté de l’ancien virage de Gresil. Au croisement, on prend à droite sur la Nationale 138. On reste sur la route jusqu’à la prochaine courbe à droite, qui n’est autre que la D138. L’ancien circuit est alors barré par un rond point, on repasse sous l’A13 et on a bouclé le tour.

Les parties inaccessibles

Seules les virages du Gresil (v2), de l’autoroute et de la cote qui faisaient partie des derniers circuits ne sont pas accessibles. Au moins, les secteurs empruntés par les F1 sont totalement ouverts !

L’anecdote

Le 8 Juillet 1962, le circuit de Rouen les Essarts est le lieu du Grand Prix de France de F1. C’est le jour où Porsche va décrocher son seul succès en tant que constructeur de F1 !

4 : le circuit de Monaco

Ce circuit là pourrait tout simplement être dans le top 5 des circuits mythiques. Et comme en plus on peut rouler dessus, il est logiquement parmi les cinq circuits mythiques sur route ouverte qu’on vous a retenu. Alors ok, techniquement, il n’est pas en France.

Mais un circuit comme celui-ci peut pardonner quelques raccourcis, à l’inverse totale de ce qu’il permet au volant.

Le parcours du circuit de Monaco

Le circuit de Monaco ne fait que 3.34 km. Il est cependant intégralement en ville et intégralement ouvert ! On commence par un passage sur  le Boulevard Albert 1er le long desquels se situent les stands, et où on retrouve à la fois la ligne de chronométrage et la tribune princière.
Ensuite on prend à droite, au virage de Ste Dévote pour emprunter l’avenue d’Ostende. On prolonge cette dernière avec l’Avenue de Monté Carlo et son grand gauche qui nous amène sur la place du casino. Un virage à droite nous amène sur l’Avenue des Spéluges que l’on suit jusqu’au virage en épingle (le plus serré de la F1). De l’autre côté c’est l’avenue de la princesse Grâce, et après un virage à droite, le Boulevard Louis II, le fameux tunnel.

Après ce tunnel, on arrive sur la chicane, seule partie du circuit que l’on emprunte pas. Après celle-ci c’est le Quai des Etats-Unis puis la route de la Piscine que l’on contourne. A la suite d’un double droit serré, celui de la Rascasse et le virage Anthony Noguès, on a fini le tour ! En ancienne c’est facile. En voiture de course, on est content d’avoir bouclé un tour !

Les parties innaccessibles

Techniquement, le Quai des Etats Unis est un vrai quai et la circulation Monégasque vous amènera plutôt à rouler sur l’Avenue JF Kennedy, empruntée dans l’autre sens par les Formule E.

L’anecdote

Seul l’autodrome de Monza avec 64 Grand Prix de Formule 1 a accueilli plus de Grand Prix que le Circuit de Monaco, avec 60 éditions.

5 : le circuit de Charade

Certainement le moins connu de ces cinq circuits mythiques sur route ouverte, le circuit de Charade à quelques kilomètres de Clermont Ferrand n’en est pas moins mythique. En effet, ce sont 4 Grand Prix de France de Formule 1 qui s’y sont couru en 1965, 1969, 1970 et 1972.

A l’origine le circuit faisait 8.055 km ! La majeure partie était sur route ouverte. De nos jours un petit circuit permanent est encore utilisé. Le Tour Auto et l’Historic Tour y font des étapes régulières et un formidable rassemblement mensuel d’automobiles anciennes y a lieu.

Le parcours du Circuit de Charade

N’ayons pas peur des mots, personnellement c’est mon préféré de ces cinq circuits mythiques sur route ouverte, une sorte de mini Nürburgring à la française. Des virages, en montagne, au milieu de la forêt, bref, encore un circuit qu’il aurait été opportun de préserver.

Pour la partie que l’on peut emprunter, justement c’est la partie « rendue à la vie civile ». Le départ de cette partie sur l’ancienne courbe de Manson, actuellement un rond point. La suite est sinueuse, sur la D5F. Virages rapide, épingles, bref une vraie route de montagne pour s’amuser. Ensuite, au lieu d’aller à gauche vers Clermont Ferrant, on continue sur la D5 jusqu’au Carrefour de Champeaux. Là on s’arrête, le reste est un circuit permanent.

Les parties inaccessibles

Ce sont tout simplement les routes qui ont été construites exprès pour le circuit, autour de la ligne des stands. Même si la zone sud-est était alors accessible, elle ne l’est plus.

L’anecdote

C’est sur le circuit de Charade qu’en 1998 Laurent Jalabert devient champion de France de cyclisme sur route.

Conclusion

Ces cinq circuits mythiques sur route ouverte ont tous leurs particularités. Certains comme Charade ou Les Essarts sont un peu oubliés et offraient pourtant des tracés bien plus intéressants que bien des tracés actuels.

En plus, trois de ces cinq circuits mythiques sur route ouverte ont été les lieux des premiers Grands Prix de France de F1. Le premier à se dérouler sur un circuit permanent fut d’ailleurs… au Mans en 1967. Ensuite l’arrivée des circuits de Dijon, du Paul Ricard et l’apogée de Magny Cours entraînèrent la disparition de ces circuits temporaires.

Vous aimez ? Partagez !

5 réflexions au sujet de « Cinq Circuits Mythiques sur Route Ouverte »

  1. Bonjour.
    N’oublions pas de mentionner les autres anciens circuits routiers!
    Etant du Sud-Ouest, je peux vous parler des suivants (sur lesquels je suis réellement allé):
    – Albi les planques (il reste des vestiges des tribunes) remplacé par le circuit d’Albi toujours en activité.
    – Circuit de Pau ville (comme Monaco, toute l’année ce sont des rues de la ville, et quelques jours par an ça devient un circuit intra muros).
    – Circuit du Comminges à Saint Gaudens (abandonné, ne restent que les grandes tribunes en bord de route devant lesquelles on passe en rentrant des Pyrénées direction Toulouse).
    – Circuit de Cadours/La Réole, un ancien circuit routier (qui revit une fois par an grâce à une association pour la commémoration Raymmond Sommer)
    – Circuit des Platanes de Perpignan, en plein centre ville, est devenu complètement dans l’oubli, ce ne sont plus que des rues de la ville

  2. Ping : Les 90 ans de Reims Gueux en Images - News d'Anciennes

Laisser un commentaire