La Costin-Nathan GT, un vrai châssis bois au Mans Classic

Alors qu’on parlait de châssis bois à propos des Morgan il y a quelques jours, l’article est ici, voilà qu’on se retrouve au Mans Classic avec sous nos yeux une auto qui a vraiment un châssis en bois. C’est la Costin-Nathan GT engagée dans le plateau 5.

Une parenté prestigieuse

Frank et Mike Costin sont deux frères bien connus du monde du sport automobile. Mike Costin a donné son Cos à la célèbre marque Cosworth. Frank Costin a lui donné son cos à la marque Marcos qu’il a contribué à fonder au début des années 1960. Lui est plus aérodynamicien, et a notamment travaillé chez Lister et chez Lotus sur la MkVII.

C’est Frank Costin qui va cette fois donner son nom complet à la Costin-Nathan. Roger Nathan est un préparateur moteur qui sollicite Costin en 1965. Le deal est simple : l’ingénieur doit construire une voiture très légère pour que Nathan y installe un de ses moteurs, un Hillman Imp, sa spécialité.

Naissance de la Costin-Nathan

La Costin-Nathan premier modèle voit donc le jour en 1966. Et contrairement aux Morgan, la voiture a bien un châssis en bois ! C’est la partie centrale que Costin fait faire en bois, plus précisément en contreplaqué. Le matériau possède quelques propriétés intéressantes : la rigidité est correcte, le poids est équivalent à l’aluminium, sauf que le prix n’est pas du tout comparable.

A chaque bout, il fait monter des treillis tubulaires qui supportent les trains roulants, mais aussi le moteur arrière. Ce moteur Hillman Imp n’est pas un foudre de guerre, mais les 97ch pour un litre de cylindrée sont inespérés. Combinés aux 400 kg de la première Costin-Nathan, un spider, la voiture a des caractéristiques tout à fait intéressantes !

En 1966, la voiture ne va courir qu’en Angleterre dans la catégorie des 1L où elle est à son aise : 5 victoires de classe en 6 courses pour le petit spider piloté par Nathan himself. Mais c’est en 1967 que la voiture va prendre son envol.

1967 : la Costin-Nathan voit grand

Pour se rendre sur le continent en classe GT, le spider n’est pas envisageable. Frank Costin dessine donc un coupé, c’est la Costin-Nathan GT que nous pouvons voir au Mans Classic.

La voiture apparaît aux test des 24h du Mans, puis aux 1000km du Nürburgring où la voiture est une privée, engagée par Autocadia pour Abbott et Powell qui abandonnent.

Aux 24h du Mans, c’est le lancement dans le grand bain. Sous la bannière du Roger Nathan Racing Ltd. la voiture est partagée entre Roger Nathan et Beckwith.
Avec son petit moteur, la voiture se traîne quelque peu dans les lignes droites. La voiture est lanterne rouge quand elle finit par abandonner lors de la 4e heure, sur problème électrique.

Powell et Abbott abandonneront de nouveau au Mugello. Nathan fera 4e à Brands Hatch puis gagnera sa classe à Mallory Park, puis prendra la 7e place aux Coupes du Salon puis la 20e aux Coupes de Vitesses, les deux courses se courant à Montlhéry.

A la fin de l’année, la voiture ne peut pas être homologuée en Groupe 4, avec la nouvelle réglementation. Costin quitte le navire, avec 6 Spiders construits et 6 Coupés.

1968 : la Costin-Nathan se nomme aussi Astra

Roger Nathan va continuer l’aventure. Il produira 18 voitures en 1968 nommées soit Costin-Nathan GT, soit Astra. Vendues à des privées, les voitures se voient parfois greffé des moteurs plus puissants, comme avait voulu le faire Nathan aux Coupes de Vitesse avec un 1600.

La voiture va continuer à courir, Nathan accumulant des places d’honneur en Angleterre. Sur le continent, on notera une 41e place aux 1000 km du Nürburgring, couplées plus tard à une 8e et une 20e place aux 500km du même circuit, réservés eux aux petites cylindrées.

En 1969, on verra de nouveaux engagements dont la Targa Florio où la voiture de Markey et Hunter se classe 46e.
En 1970 d’autres engagements suivront, avec de nouveaux Top 10 en Angleterre.

Maintenant, la voiture est une habituée du Mans Classic où elle est régulièrement engagée, par l’équipage français Bourdin/Fillon.

MAJ :len prototype a récemment été redécouvert, après 45 ans d’oubli. On le découvre via une vidéo :

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire