Les Porsche 935 ont aussi arraché du bitume sur la route !

On vous a déjà parlé de la Porsche 935, l’article retravaillé est d’ailleurs visible ici, qui fut une terreur des circuit. Mais la Porsche 935 a aussi existé en Straßenversion, en street legal, bref en auto de route. On vous les présente ici.

La Porsche 935 était une voiture de Gr V, elle empruntait donc une grosse partie de la structure de la Porsche 930 de route, ou de la Porsche 934, la Turbo de course. Vu qu’il s’agissait d’une voiture de tourisme, c’était une auto « dérivée » d’une version civile, mais c’est l’inverse qui arriva finalement.

La vraie-fausse Porsche 935 de chez Porsche

Porsche a proposé une option sur sa 930 qui, oh magie, transformait la Porsche 930 Turbo de monsieur tout le monde en Porsche 935. On va un peu vite en besogne, la voiture est en fait une transformation esthétique. En doublant simplement le prix de la Porsche 930 on obtient une Porsche 930 Flat Nose. Pas une 935, vu que les performances ne sont pas retouchées et que la voiture reste une 930.

L’avant est aplati, d’où la dénomination Flat Nose, nez plat pour les anglophobes, les phares sont ceux, escamotables, d’une bonne vieille Porsche 944 et l’arrière respire mieux avec une grande entrée d’air. La ligne de LA Porsche 911 est dénaturée, la voiture gagne 5 km/h en pointe grâce à son aero retravaillé, mais sinon, on garde une Porsche 930 qui en coûte 2 ! Porsche vendra 948 flat-nose, devenues collector contre 20.000 930 « normales ».

La Porsche 935 Straßenversion de Mansou Ojjeh

Mansour Ojjeh est un homme d’affaire Helvetico-Saoudien qui a fondé la compagnie Technique d’Avant Garde, TAG, connue notamment en automobile pour avoir sponsorisé l’écurie Williams à la fin des années 70 et au début des années 80.

En 1982, McLaren est largué en F1, les moteurs Turbo sont devenus les maîtres et l’écurie anglaise aux couleurs de « Rouge et Blanc » se traîne un peu avec son V8 Cosworth atmosphérique. Elle se tourne vers Porsche pour développer un V6 Turbo. Porsche refuse de prendre en charge le développement complet. C’est là que va intervenir TAG, qui va supporter le coût du moteur, le faire baptiser TAG-Porsche et même prendre 50% de participation dans McLaren.

Le rapport avec la Porsche 935 ? Et bien Mansour Ojjeh a de l’argent, et une envie : rouler sur route avec une Porsche 935. Pas une flat-nose, non, une authentique 935. En 1983, il va demander à Porsche de lui en réaliser une.

La base est encore une Porsche 930, mais pour le moteur, on prend directement le 3.3 litres à 12 soupapes équipé du Turbo KKK de la Porsche 934, le flat 6 sort alors 380 ch !
Les trains roulants et les roues viennent directement de la Porsche 935 et pour la carrosserie c’est un peu plus complexe. Le capot avant, l’arrière et les bas de caisse viennent de la 935, le pare-choc est celui de la 930 et le spoiler est celui d’une 934. L’intérieur par contre, est emprunté à la 930, et le cuir côtoie… toutes les options du catalogue !

On avait vu la voiture sur le stand de Opus au Techno Classica Essen 2015, la voiture a, depuis, été vendue.

La Porsche 935 K3 Straßenversion de Walter Wolf

Décidément, il faut se rendre au salon Techno Classica de Essen pour voir des Porsche 935 de route. Là on est en 2016 et on tombe sur un autre modèle unique.

En 1979, quatre ans avant la voiture de Ojjeh donc, Walter Wolf a aussi envie d’arracher le bitume avec une voiture de course, mais il veut le faire en allant faire ses courses, au Canada.

L’homme aime tellement la compétition qu’il a créé son écurie de F1, Walter Wolf Racing. A la base, c’est l’Ecurie Williams (décidément) qui s’appelle Wolf-Williams, mais le Canadien d’origine autrichienne rachète les parts de Williams et lance pour 1977 le Walter Wolf Racing dans le grand bain. En engageant Scheckter, l’écurie gagne sa première course et signera même deux autres victoires. Le Sud-Africain finira deuxième du championnat, l’écurie Wolf 4e ! Les succès ne sont pas au rendez-vous en 1978 et 1979, l’écurie se stoppe alors.

Entre temps, il a acheté une Porsche 935 K3, la version ultime, de course, développée par les frères Kremer et qui gagnera Le Mans en 1979. Seul changement, l’intérieur, avec cuir bleu et vitres électriques. Sinon, pour les performances, ça reste une K3 !
On reconnaît facilement la voiture, elle porte encore les logos du Walter Wolf Racing !

 

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire