Un châssis, une histoire : La Ferrari 312P s/n 0888

Aujourd’hui nous allons vous présenter une Ferrari 312P, mais pas n’importe laquelle, le châssis s/n0888, victorieux entre autres des 1000km du Nürburgring 1973 avec le duo Jacky Ickx / Brian Redman.

Après avoir eu la chance de la rencontrer plusieurs fois lors d’événements consacrés à la marque au cheval cabré, comme les Ferrari Days ou les Modena Trackdays, je me suis dis qu’il était temps pour moi, de vous présenter cette voiture, équipée d’un 12 cylindres à plat de 3 litres, au palmarès et à l’histoire hors du commun .

Pour rappel, la Ferrari 312P, plus connue sous le nom de 312PB pour éviter de la confondre avec sa grande sœur du même nom qui était elle, équipée d’un V12, était une voiture de sport prototype, extrapolée de la 312 B de Formule 1 , et engagée par la Scuderia Ferrari pour participer au championnat du monde des voitures de sport.

Concentrons nous maintenant sur ce chassis s/n0888, engagé par Ferrari pour les saisons 72 et 73, qu’on retrouve ici aux Modena Trackdays sur le circuit de Spa Francorchamps en 2013 et en 2015 .

Je vous laisse apprécier la joie des enfants sur la dernière photo.

Première appararition de la Ferrari 312P s/n0888 :6H de Daytona 1972

Affiche Daytona 1972

Pour sa première course, le 6 février 1972, aux 6h de Daytona, les châssis est confié à Jacky Ickx et Mario Andretti.
En effet, cette année là, et seulement cette année là, la course ne s’est tenue que sur six heures conformément à la volonté de la FIA de réduire la durée des épreuves d’endurance.
Première course donc, première pôle position, et première victoire. C’est deux tours devant une autre Ferrari 312PB, celle de Ronnie Peterson et Tim Schenken qu’elle finira la course, l’Alfa Romeo T33/TT/3 de Vic Elford et Helmut Marko privant la troisième Ferrari 312PB du duo Clay Regazzoni / Brian Redman, du podium.

Le classement complet.

1000km de Brands Hatch 1972 

_Brands_Hatch-1972-04-16

Le 16 avril, l’usine envoie le même duo de pilote à Brands Hatch, pour les 1000km. Cette fois ils échoueront à la seconde place en qualification.
La pôle position revenant à Clay Regazzoni sur la 312PB châssis s/n0890 pour deux dixièmes de seconde.
Le dimanche, la course se déroule dans des conditions chaudes et sèches. Dès les premiers tours, Jacky Ickx se fait pressant dans les rétroviseurs de Regazzoni. Après une heure de course il finira par trouver la faille, pour ne plus quitter la tête de la course jusqu’au drapeau à damier. Mario Andretti faisant le nécessaire pour assurer la victoire.

Le classement complet.

1000km de Spa  1972

_Spa-1972-05-07

En mai, à Spa Francorchamps, Jacky Ickx et cette fois associé au suisse Clay Regazzoni. En qualification, le belge obtient la pôle position.
Malheureusement en course, une roue mal fixée les privera de la victoire.
En tête, Brian Redman résistait lui à Peterson, lorsque, arrivant aux Combes, il vit les spectateurs mettre leurs anoraks pour se protéger d’une de ces pluies localisées, si typiques du circuit Ardennais.
Il freina donc plus tôt, à l’inverse de Ronnie Peterson, qui heurta les rails de sécurité et abandonna. La victoire était donc promise au duo Redman / Merzario, notre châssis s/n0888 se contentant de la seconde marche du podium devant la Chevron B19/21 de John Hines et  John Bridges.

Le classement complet.

1000km de Zeltweg  1972

1000km Zeltweg 1972

Dernière course de cette saison 72 pour notre châssis s/n0888, aux 1000km de Zeltweg, sur le circuit de l’österreichring, en Autriche. Quatre 312PB sont engagées pour cette course, et pourtant les deux premières places des qualifications vont leurs être subtilisées. La pôle position revenant à la Mirage M6 de Derek Bell et Gijs van Lennep, devant la Lola T280 de l’Ecurie Bonnier pilotée par Gérard Larrousse et Vic Elford, très courageuse de s’être engagée à cette course, 15 jours seulement après la disparition de Jo Bonnier au 24h du Mans. Ickx et Redman se positionnant à la troisième place sur la grille de départ devant les trois autres barchettes Ferrari.
En course la Lola T280 abandonna rapidement suite à des soucis d’allumage. La Mirage M6, également. L’équipe Gulf souhaitant prendre le moins de risque possible, un moteur neuf avait été monté dans la voiture, malheureusement une culasse poreuse mit fin à leur rêve, offrant les quatre premières places aux voiture de Maranello. Ickx et Redman s’adjugeant la victoire.

Quatre courses donc, en 1972, pour le chassis s/n0888, trois victoires et une seconde place dû à une roue mal fixée. Des résultats encourageants avant d’attaquer la saison 1973.

Le classement complet.

1000 km de Zeltweg 1972 - © Inconnu

1000 km de Zeltweg 1972 – © Inconnu

6H de Vallelunga  1973

_Vallelunga-1973-03-25

Pour la première course en 1973, rendez vous est pris à 32 kilomètres au nord de Rome, pour la première édition des 6H de Vallelunga.
Une année 73 qui va voir une écurie Ferrari démotivée, après son immense domination en 1972 et le départ de son team manager Peter Schetty, se battre contre une écurie Matra ambitieuse.
Notre chassis s/n0888 sera confié durant l’intégralité de la saison à Jacky Ickx et Brian Redman.
Ici en Italie, seulement 22 voitures prendront le départ de la course, notre équipage devant se contenter d’une troisième place, à 1 tour du trio 100% français composé de Pescarolo, Larrousse et Cevert.
Au volant de leur Matra MS670B, ils s’adjugeront la victoire, devant  la Ferrari de Carlos Reutemann et Tim Schenken.

Le classement complet.

1000km de Monza  1973

Un mois jour pour jour après les 6H de Vallelunga, c’est dans le nord de l’Italie, sur le circuit de Monza que les pilotes se retrouvent. Le soleil est au rendez vous, et c’est encore une Matra qui est en pôle position, la N°11, celle de Jean Pierre Beltoise et François Cevert. avec un chrono de 1:21.130.
Avant cette course, notre 312PB a subit quelques modifications. En effet, elle a été allongée de 12cm et la puissance de son V12 est passée à 475cv. Des modifications qui s’avéreront payantes puisque les deux Ferrari termineront aux deux premières places, notre châssis s/n0888 s’adjugeant la victoire, avec 10 tours d’avances sur la Matra N°6 de l’équipage Pescarolo / Larrousse, troisième. A noter, l’abandon de Beltoise et Cevert.

Le classement complet.

1000km de Spa  1973

_Spa-1973-05-06Dans les Ardennes belges, Jacky Ickx sortit le grand jeu dès les qualifications en bouclant les 14,1 kms du circuit en 3:12.700, à la vitesse folle de 263.415 km/h de moyenne.
A titre de comparaison, le record du tour effectué en 2006 à Monza, dans le temple de la vitesse, par JP Montoya au volant d’une Williams F1, a été accompli à la vitesse moyenne de 262,242 km/h.
Quand on connait les conditions de sécurité, tant au niveau des voitures que des circuits,au début des années 70, on comprend mieux pourquoi ces pilotes étaient autant idolâtrés.
Malheureusement, cette pôle position se solda par un abandon dans le 37e tour suite à un problème de boite de vitesse. Les Mirage M6 Ford créant la surprise en s’offrant un magnifique doublé. Derek Bell et Mike Hailwood s’octroyant la victoire avec deux tours d’avance sur leurs coéquipiers Howden Ganley, Vern Schuppan et … Mike Hailwood. Non,ça n’est pas une erreur, Mike Hailwood a bien roulé sur les deux voitures durant la course.

Le classement complet.

1000km du Nurburgring  1973

_Nurburgring-1973-05-27

Les 1000km du Nurburgring furent une bataille à trois, entre Ferrari, Alfa Roméo et Matra. Les Mirages Gulf ayant fait l’impasse sur cette course, pour donner la priorité aux 24h du Mans, qui avaient lieux seulement deux semaines plus tard. En qualification c’est Francois Cevert qui décrocha la pôle position au volant de sa Matra MS670B en 7:12.800, 2,7 secondes devant notre Ferrari s/n 0888. L’Alfa Romeo T33/TT/12 du duo composé de Rolf Stommelen et Andrea de Adamich se contentant du troisième chrono. Trois marques, au trois premières places sur la grille de départ, la course s’annonçait palpitante. Malheureusement, alors qu’il menait la course, Francois Cevert dû abandonner dans le douzième tour sur casse moteur, imitant l’autre Matra et les deux Alfa Roméo.

Les Ferrari se retrouvaient donc seules et le duo Ickx / Redman l’emportaient devant Merzario et Pace. Soit la 5e et dernière victoire de notre chassis s/n0888.

Le classement complet.

24 Heures du Mans  1973

24-HEURES-DU-MANS-1973

Au Mans, pour la 50e édition, Ferrari débarque avec trois 312PB spécifiquement préparées pour les 24 Heures (mise en place de projecteurs dans le capot avant). Chez Matra, quatre MS670 pilotées par des équipages 100% français ont été engagées, dont trois aux spécifications B. Leurs moteurs ont été modifiés pour résoudre le problème de lubrification qui avait provoqué les casses au Nurburgring. En qualification, c’est deux Ferrari qui s’emparent des deux premières places, notre chassis s/n0888 piloté de nouveau par Ickx et Redman échouant à 1 seconde de celui piloté par  Arturo Merzario et Carlos Pace. En course, malgré qu’il ait dominé la course entre la 11e et la 17e heure, le chassis s/n0888 qui était dans le même tour que la Matra de tête, dû abandonné suite à une casse moteur dans la dernière heure de course. Un abandon qui mettra fin à la carrière de cette voiture.

Le classement complet.

Retour sur le palmarès de la 312PB châssis s/n0888

1972
6 février – 6 heures de Daytona (Jacky Ickx / Mario Andretti n°2) 1er
16 avril – 1000 kilomètres de Brands Hatch (Jacky Ickx / Mario Andretti n°11) 1er
7 mai – 1000 kilomètres de Spa-Francorchamps (Jacky Ickx / Clay Regazzoni n°1) 2ème
25 juin – 1000 kilomètres de Zeltweg (Jacky Ickx / Brian Redman n°1) 1er

1973
25 mars – 6 Heures de Vallelunga (Jacky Ickx / Brian Redman n°1) 3ème
25 avril – 1000 kilomètres de Monza (Jacky Ickx / Brian Redman n°1) 1er
6 mai – 1000 kilomètres de Spa-Francorchamps (Jacky Ickx / Brian Redman n°1) Abandon (boite)
27 mai – 1000 kilomètres du Nurburgring (Jacky Ickx / Brian Redman n°1) 1er
10 juin – 24 heures du Mans (Jacky Ickx / Brian Redman n°15) Abandon (moteur)

Cette saison 1973 mit fin à l’engagement de l’usine Ferrari dans les courses d’endurances.
Les ressources humaines et financières que réclamait la F1 ne pouvaient plus être partagées.

Seconde vie de la Ferrari 312P s/n088

Depuis 1996, la voiture appartient à la famille Stieger, qui n’hésite pas à la faire participer à une multitude d’événements historiques. Une aubaine pour les fans, qui plutôt que de la voir prendre la poussière dans une musée peuvent profiter de la mélodie de son 12 cylindres à plat.
Elle a subit une restauration complète dans département Classiche de chez Ferrari, ce qui la sublime encore plus.
Vous l’aurez compris, ce châssis s/n0888 est une pièce exceptionnelle.

 

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire