Les anciennes sur le Toboggan Ardennais pour Spa Classic 2016

Comme en 2015, News d’Anciennes était présent ce week-end sur le « Toboggan Ardennais », pour Spa Classic 2016. Courses de nuit, Groupe C… cette année encore Peter Auto avait mis les petits plats dans les grands pour le plaisir des passionnés.

La partie club & l’ambiance de Spa Classic 2016

Le week end avait bien commencé le vendredi avec une journée printanière, malheureusement, le reste du week end a été hivernal mais ça n’a pas entamé la motivation du public pour autant. 17 000 spectateurs avaient fait le déplacement, c’est un peu moins que les années précédentes, surement la faute au GP de Monaco Historique qui a eu lieu le même week-end, mais c’est encourageant et ça nous rappelle à quel point l’engouement pour les voitures anciennes ne cesse de grandir.
Animations pour les enfants, boutiques, espace club, session de roulage sur piste, les visiteurs ont encore une fois été chouchoutés. Contrairement aux années précédentes, il n’y a pas eu de ventes aux enchères cette année. Cette absence s’expliquant également par la tenu à la même date, du Grand Prix de Monaco Historique, Bonhams ayant préféré la principauté, résultats ici, au circuit spadois.

CER 1 : Deux Chevron B19 aux deux premières places

Dans la catégorie Classic Endurance Racing 1, qui regroupe les GT de 1966 à 1974 et les protos 1966 / 1971, on retrouve deux Chevron B19 aux deux premières places, Martin O’CONNELL & Sandy WATSON devancant  Philipp BRUEHWILER. de 34 secondes. A noter la présence de pilotes de renoms comme l’ancien pilote de F1 Nanni Galli, l’horloger Richard Mille, le vainqueur des 24h du Mans 1996 dans la catégorie GT2 Ralf Kelleners (fils du pilote Helmut Kelleners, vainqueur entres autres des 24 heures de Spa 1968 et 1970 et des 24 Heures du Nürburgring en 1972)  ou encore du président de chez Peugeot Carlos Tavares.

Classement :

1. O’CONNELL/WATSON (CHEVRON B19 PROTO)
2. BRUEHWILER (CHEVRON B19)
3. TROMANS/MEADEN (LOLA T70 Mk III B)

CER 2 : Les anciens pilotes font de la résistance

3 non partants dont les deux Ferari 512BB, 28 voitures au départ, 18 à l’arrivée, des anciennes gloires de la course automobile tel que Nanni Galli ou encore Jürgen Barth, la course d’endurance CER 2 de Spa Classic 2016 a tenu toutes ces promesses, avec la victoire de Dominique Guenat sur sa magnifique Lola T286. A noter dans la classe GT2, la victoire de Jürgen Barth, vainqueur des 24h du Mans 1977 avec Jacky Ickx et Hurley Haywood sur une Porsche 936/77, qui n’a rien perdu de son coup de volant.

Classement :

1. GUENAT (LOLA T286)
2. SINCLAIR (LOLA T292 BDG)
3. PIPER/ CATON (MARCH 75 S)

Quelques photos prisent en piste…

Trofeo Nastro Rosso: Vincent Gaye fidèle au poste

Pas de surprise dans le Trofeo Nastro Rosso, cette catégorie dédiée aux voitures de sport et GT italiennes des années cinquante jusqu’à 1965, cette année encore, c’est le pilote local Vincent Gaye qui a dominé les deux courses au volant de sa magnifique 275 GTB/C.
Version ultra sportive de la 275 GTB, la version competizione, qui a été fabriquée à 12 exemplaires est 150kg plus légère que sa grande sœur, et emprunte son moteur  V12 3.3L, à la 250LM. Ce châssis, le s/n0957 a été livré au NART de Luigi Chinetti en janvier 1966.
Malgré un plateau réduit, 13 voitures seulement au départ de la course 1 et seulement 8 à l’arrivée de la course 2, ce plateau n’en demeure pas moins un régale pour les yeux, comme pour les oreilles.
Le chant des V12 Ferrari étant unique et inimitable.
A ses cotés sur le podium, on retrouve Lucas Halusa, second au volant de la Ferrari 250 GT SWB Breadvan châssis s/n2819, une voiture unique et par conséquent très rare, et Georg NOLTE.

Classement :

Course 1

1. GAYE (FERRARI 275 GTB/C 1966
2. HALUSA (FERRARI 250 GT Breadvan 1962)
3. NOLTE (BIZZARRINI A3/C Grifo Competizione 1965)

Course 2

1. GAYE (FERRARI 275 GTB/C 1966)
2. HALUSA (FERRARI 250 GT Breadvan 1962)
3. NOLTE (BIZZARRINI A3/C Grifo Competizione 1965)

Arrêt sur image, sur la 250 GT Breadvan châssis #2819, curiosité de ce Spa Classic 2016 et des courses Peter Auto en général.
Octobre 1961 : Suite à une dispute sérieuse entre la femme d’Enzo Ferrari et des employés de la marque dans un hôtel de luxe, ces derniers sont licenciés. Parmi eux, on trouve entre autres les ingénieurs Giotto Bizzarrini et Carlos Chiti qui sont les pères de la Ferrari 250 GTO. Giovanni Volpi qui dirige le team Scuderia Serenissima, décide de les embaucher.
Fâché Enzo Ferrari décida d’annuler la commande passée par Volpi d’une Ferrari 250 GTO.
Ils décidèrent donc de travailler sur le châssis #2819 qui n’est autre que le châssis d’une Ferrari 250 SWB.
Bizzarrini l’améliora en lui ajoutant les éléments qui ont fait le succès de la GTO ( lubrification à carter sec, V12 mais en position centrale plus basse… ) tandis que Piero Drogo se chargea du design.

Le fruit de tout ce travail était donc la 250 GT Breadvan, que le Comte Giovanni Volpi engagea au Mans en 1962.
La Breadvan était, selon ses concepteurs, plus performante et plus légère (935 kg) que la GTO, ce qui se vérifia durant les 4 premières heures de la course durant lesquelles la Breadvan restait proche de ses cousines ennemis Ferrari malgré leur atout principal en la présence d’une boîte de vitesse à 5 rapports. La Scuderia Serenissima abandonna malheureusement après 4 heures de course, ce qui acheva le projet 250 GT Breadvan.

Sixties Endurance : Les Cobra intouchables

Réels temps fort de l’endurance, cette course de deux heures mélange une très grande diversité de voitures (Jaguar Type E, Porsche 911, Shelby Cobra…) tant dans les périodes, 1950 à 1965, que dans les cylindrées. Particularité Peter Auto, un classement à l’indice de performance en plus du traditionnel classement Scratch. Il avantage les petites cylindrées et les voitures les plus anciennes face à leurs concurrentes plus puissantes et plus récentes, comme les AC Cobra qui se sont révélées les plus performantes en s’imposant sur nombre de circuits ces dernières années.

La logique a d’ailleurs été respectée, avec une écrasante domination des Shelby Cobra à Spa Classic 2016, qui ont raflé les cinq premières places de cette course qui s’est finie à la tombé de la nuit. Victoire du duo belge Christian Dumolin / Christophe van Riet, devant le français Ludovic Caron, déjà deuxième du Tour Auto cette année.

Classement :

1. DUMOLIN/VAN RIET (SHELBY Cobra 289 1965)
2. CARON (SHELBY Cobra 1963)
3. BEVERLEY (SHELBY Cobra 289 1963)

Heritage Touring Cup : Mestdagh & Thibaut contre l’armada Ford

L’Heritage Touring Cup se fait l’écho des grandes heures du Championnat d’Europe de Tourisme (ETCC), soit de 1966 à 1984. Les grands duels entre constructeurs avec BMW, Ford, Jaguar pour ne citer qu’eux. Ford Escort ou Capri, BMW 3.0 CSL et 635csi, Jaguar XJ12C Broadspeed puis XJ-S pour détailler la liste des modèles.

Ce week-end, la bataille a été rude aux avants postes, la BMW 3.0 CSL d’Eric MESTDAGH et Pierre-Alain THIBAUT a gagné la course 1, devant une armada de Ford. Moins de chance dans la course 2 qui avait lieu de nuit, où ils ont été contraints à l’abandon dans le dernier tour, alors qu’ils étaient en tête, laissant la porte grande ouverte aux Ford.
La Capri 2600 RS 1971 de Yves SCEMAMA devancant deux Escort, une Mustang et une Capri.

Classement :

Course 1

1. MESTDAGH/THIBAUT (BMW 3.0 CSL 1973)
2. SCEMAMA (FORD Capri 2600 RS 1971)
3. BOISSY/BOURGUIGNON (FORD Escort 1600 RS 1974)

Course 2

1. SCEMAMA (FORD Capri 2600 RS 1971)
2. VAN RIET/DE BORMAN (FORD Escort 1600 RS 1972)
3. BOISSY/BOURGUIGNON (FORD Escort 1600 RS 1974)

Groupe C : Pleins les yeux et pleins les oreilles

Assurément une des attractions principales de Spa Classic 2016, le Group C a engendré les voitures légendaires qui ont écrit quelques-unes des plus belles pages des 24 Heures du Mans. D’abord dominée par les Porsche 956 – malgré la résistance valeureuse des Lancia LC2 – la compétition s’est progressivement renforcée pour atteindre des sommets avec la montée en puissance des Jaguar, Mercedes, Toyota, Nissan et Mazda…
A Spa Classic 2016, beaucoup d’habitués manquaient à l’appel, comme la Rondeau M382 de Mr John of B, la Gebhardt C91 et l’ALD C289 de la famille Lyons, la Jaguar XJR-16 de Richard Eyre ou encore la magnifique Aston Martin AMR1 de Tom Kimber-Smith.
Cette année sur le circuit Ardennais, la fiabilité de la Porsche 962 de Mark Sumpter a eu raison de la très performante mais peu fiable Jaguar XJR14 de Christophe D’Asembourg. Tout comme la Peugeot 905 de Dominique Guenat, la Jaguar a rencontré des soucis de fiabilité tout le week end, qui l’ont privé du drapeau à damiers durant les deux courses.

Classement :

Course 1

1. SUMPTER (PORSCHE 962 1989)
2. WARD (SPICE SE90C 1990)
3. FRANCE (PORSCHE 962C 1990)

Course 2

1. SUMPTER (PORSCHE 962 1989)
2. WARD (SPICE SE90C 1990)
3. FRANCE (PORSCHE 962C 1990)

Nous vous laissons découvrir ci dessous les photos de la catégorie Groupe C, et on vous donne rendez vous d’ores-et-déjà au printemps 2017, pour le 7ème Spa-Classic. En attendant, les concurrents des plateaux Peter Auto se retrouveront dans deux semaines à l’occasion du Grand Prix de l’Age d’Or sur le circuit de Dijon-Prenois. Puis, un mois plus tard, les 8-9-10 juillet, ce sera au tour de la grande messe des courses historiques, Le Mans Classic, où plus de 110 000 spectateurs sont attendus !

Vous aimez ? Partagez !