Élégance et performance, la Porsche 904 Carrera GTS

On en a vu deux au Tour Auto 2016 il y a quelques jours, la Porsche 904, ou Carrera GTS, c’est comme vous voudrez est une des Porsche de compétition les plus produites et à la carrière la plus courte, seulement deux années sous la bannière de l’usine. On vous propose de la découvrir en détail.

La genèse de la Porsche 904

Dans la classe des deux litres, Porsche est à bout de développement de ses petites voitures 2L en 1963. La Porsche 718 RSK a déjà 6 ans et Porsche décide de partir sur une toute nouvelle voiture.

Même les méthodes de conception vont être nouvelles. On reste sur l’idée d’une auto à moteur central mais au niveau du châssis, on décide d’innover. Exit le tubulaire, la nouvelle auto, conçue en interne comme la 904 va être pensée autour d’un châssis poutre. Au niveau de la carrosserie, on la doit à Butzi Porsche, qui en dessine les contours et arrive également à imposer un choix nouveau qui fera date chez Porsche : la carrosserie composite, avec une carrosserie renforcée par la fibre de verre. Porsche n’est pas capable de mettre en oeuvre cette technologie de façon satisfaisante et on confie donc la fabrication à l’avionneur Henkel qui sera capable d’en produire deux par jour. Niveau trains roulants, ce sont des triangles superposés qui assureront les liaisons au sol et des freins à disques qui seront chargés de l’arrêter.

Le moteur doit être le nouveau 6 cylindres de la Porsche 901/911 en configuration deux litres. Seulement à l’automne 1963, quand on doit sortir les premiers exemplaires de la voiture, le moteur n’est pas prêt. Pour pouvoir l’engager sur la saison 1964, on reprend alors le 4 cylindres, qui a déjà fait ses preuves, et il est porté à 180 chevaux. Course oblige, c’est à une boîte 5 qu’on l’accole.

La voiture est donc révélée en octobre 1963. La Porsche 904 en interne est proposée à la vente en tant que Porsche Carrera GTS. Par contre, chez Porsche, pas question de laisser une voiture à si petit moteur affronter les prototypes. On planifie donc une production de 100 exemplaires qui offrira une homologation en catégorie sport. En attendant de vendre les autos, Porsche doit assumer le coût du programme. Les F1 de la marque ne sont guère performantes et on arrête ces autos pour permettre à la Porsche 904 de se lancer.

Côté performances, on est en présence d’une auto de 650 kg, qui permet d’atteindre les 260 km/h en pointe et qui passe de 0 à 100 km/h en 5.4 secondes.

Photos de la visite du Musée Porsche, à voir en intégralité ici.

Apparition de la Carrera GTS en tant que prototype

Si le modèle est révélé à l’automne 1963, les premières courses vont se faire avant même la réalisation des 100 modèles d’homologation. Du coup ce sont en catégorie prototype que les premières Porsche 904 sont engagées.

Le 21 Mars 1963, aux 12h de Sebring, ce sont cinq voitures qui sont au départ. La meilleure, engagée par Briggs Cunningham et partagée avec Underwood, finit à la 9e place de la course et remporte la victoire en catégorie prototype de moins de 3L.

Les voitures sont homologuées en Avril et se comportent plutôt bien aux essais des 24h du Mans. L’une d’elle est d’ailleurs une nouvelle Porsche 904/8. Comme la 718, Porsche utilise son châssis pour loger le 8 cylindres à plat de deux litres issu de la formule 1. Le moteur est plus puissant puisqu’il apporte 225 ch.

Mais en Avril, c’est à la Targa Florio qu’elles débarquent en force avec pas moins de 8 autos engagées, dont trois par l’usine, deux 4 cylindres et une 8 cylindres. Le succès va être là, la 86 de Pucci et Davis remporte l’épreuve devant la 84 de Balzarini / Linge. La 904/8 de Barth / Maglioli termine à une belle 6e place et remporte la catégorie prototype 2L.

Déjà, la voiture brille aux mains de privés, notamment aux USA. Et en Europe, pour le championnat du monde, on la retrouve à Spa, pour les 500 km où Barth prend une 5e place, derrière quatre Ferrari 250 GTO et devant une 5e. Il gagne ainsi la catégorie GT 2L et les voitures de Koch, 7e, et Pon, 8e, permettent à Porsche de réaliser le triplé de classe.

On découvre également la voiture très à l’aise dans les courses de côte, avec des pilotes comme Barth, Walter ou Müller qui accumulent les résultats.

Aux 1000 km  du Nürburgring le 31 Mai, Koch et Pon, engagés sur la voiture de ce dernier montent sur le podium général, et gagnent le GT 2.0L, Bonnier et Ginther engagés par l’usine sont 5e sur la 904/8 mais victorieux de leur catégorie. Müller et Knörr sont 6e et 5 voitures se classent entre la 8e et la 12e place !

Les 24h du Mans 1964 arrivent ensuite et 8 voitures sont présentes sur la piste. L’usine engage deux 904/8 pour Barth et Linge sur la 29 et Davis et Mitter sur la 30, plus une Carrera GTS pour Koch et Schiller sur la 31.
Du côté des privés uniquement des Porsche 904 à 4 cylindres, « Franc » et Kerguen piloteront la 32, Pon et Van Zalingue la 33, Buchet et Guy Ligier la 34, Müller et Sage la 35, De Cortanze et Mosnier la 36 qui ne prendra pas le départ suite à un accident aux essais.

En course, tout va bien se passer. Les 904/8 sont performantes, avec notamment des pointes à 280 km/h dans les hunaudières ! Davis et Mitter vont même pointer à la deuxième place au général. Las, aucune des deux voitures ne sera à l’arrivée. Par contre, les Carrera GTS donnent satisfactions et voient toutes le drapeau à damier.
Buchet et Ligier sont 7e premier en GT 2.0L  mais 4e en GT, derrière les Cobra Daytona et les 250 GTO. Pon et Van Zalinge sont 8e, Koch / Schiller 10e, Müller / Sage 11e et « Franc » / Kerguen 12e. Les résultats sont donc plutôt encourageants !

Aux 12h de Reims, en Juillet, les voitures sont 5e, 6e et 7e, réalisant le triplé en GT 2.0L. Fin août au Tourist Trophy les voitures sont 2e et 3e mais elles sont battues par une Lotus Elan !

On le retrouve au Tour de France, fin septembre où les qualités des Porsche 904 vont faire merveille dans ce mélange de spéciales et de circuit. Le tir groupé est joli, derrière deux Ferrari 250 GTO, les autos se classent troisième, Buchet / Linge, quatrième, Klass / Wütherich, cinquième, Poirot / Marbaque et sixième, Meert / de Jonghe. En bonus, un quadruplé en classe GT 2.0L.

La dernière épreuve internationale de l’année se tient à Montlhéry pour les 1000 km de Paris où Barth et Davis prennent la troisième place du général et la victoire en prototypes, Slotemaker et Van Lennep sont eux 6e et victorieux en GT 2.0L.

Au final, Porsche remporte le championnat du Monde de la catégorie des GT 2.0L et la deuxième place des prototypes 2.0L. En plus, Barth gagne le Championnat d’Europe de la Montage en catégorie voitures de sport (904/8) et Heini Walter le Championnat en GT.

1965 : arrivée du 6 cylindres sous le capot des Porsche 904

Bonne nouvelle pour la marque, en 1965 le 6 cylindres tant attendu est prêt. La Porsche 904/6 est donc en développement et on décide de produire une vingtaine de châssis. Tant pis pour l’homologation. Pour la reconnaître, c’est simple, sa prise d’air de custode est plus large, comme la 904/8.

En attendant que la voiture ne soit prête, les Carrera GTS courent. Et pas forcément là où on les attend. Le premire engagement majeur a lieu au rallye Monté Carlo 1965 où Börhinger / Wütherich terminent second derrière la Mini de Mäkinen.

Sur circuit, la saison 1965 de la Porsche 904 commence aux 2000 km de Daytona le 28 Février. Seules des Carrera GTS sont alignées, Kolb / Heftler sont 5e et vainqueurs en GT 2.0L, Gregg / Barber, 8e et Ryan / Bencker / Tidwell, 9e complètent le podium de classe.

Pour les 12h de Sebring, le 27 Mars, l’usine débarque en personne. Sur ses machines, Underwood / Klass prennent la 5e place et la victoire de classe, Buzzetta / Pon la 6e et la seconde place de classe, Mitter / Linge remportent eux la classe prototype avec leur 9e place sur la 904/8.

C’est aux tests du Mans que la Porsche 904/6 est introduite. Confiée à Mitter et Linge, elle termine à la 10e place, à un peu moins de deux secondes de la 904/8 avec le même équipage.

Encore une fois, en parallèle, les autos font de beaux résultats dans les courses américaines, et encore en courses de côte.

A la Targa Florio, Porsche s’occupe de tout et engage les voitures sous la bannière de l’usine. Une nouvelle auto fait son apparition, la Porsche 904/8 Bergspyder qui comme son nom l’indique est conçue uniquement pour les courses de côtes et qui n’est autre qu’une des deux Porsche 904/8 « décapsulée ».
C’est cette auto, confiée à Davis et Mitter qui prend la seconde place, derrière une Ferrari 275 P2. Elle remporte néanmoins sa classe, juste devant la Porsche 904/6 de Maglioli et Linge, troisième au général et l’autre 904/8 de Bonnier / Hill quatrième au général. Juste derrière, la Carrera GTS de Pucci / Klass est 5e au général et victorieuse dans sa catégorie.

Aux 500 km de Spa, Ben Pon prend la troisième place derrière deux Ferrari 250 LMavec une victoire de classe à la clé.

Aux 1000 km du Nürburgring fin mai, les 904 sont présentes en nombre avec des moteurs de tous types, on ne met pas les œufs dans le même panier. Bonnier et Rindt prennent la troisième place au général sur la 904/8, victoire de classe à la clé, Mitter / Linge et Nöcker / Klass placent deux 904/6 aux 5e et 6e places. La première 4 cylindres est celle de Fischhaber / Schütz classée 11e avec une nouvelle victoire de catégorie.

Au Mans, Porsche débarque avec une nouvelle armada de voitures. En voiture de pointe, on compte sur la Porsche 904/8 de Davis et Mitter, ensuite les 904/6 de Linge et Nöcker, Klass et Glemser et entre l’usine et les privés, quatre 904 GTS confiées à Stommelen / Poirot, « Franc » / Kerguen, Pon / Buchet, et Koch / Fischhaber.

Encore une fois la 8 cylindres va connaître des soucis de fiabilité. C’est du coup d’une 904/6 que va venir la satisfaction avec une quatrième place au général avec Linge et Nöcker, juste devant la carrera GTS de Koch / Fischhaber. Les deux voitures en profitent pour signer des victoires de classe. Toutes les autres abandonnent.

Les 12h de Reims sont plus ou moins mises de côté, Hawkins / De Udy et Barbier / Potier placent leurs voitures privées aux 6e et 10e place au général.

La saison se termine par la victoire de Herb Wetanson dans la course des moins de 2.0L aux 500 km de Bridgehampton.

Comme en 1964, les Porsche Carrera GTS remportent le championnat du Monde en GT 2.0L, les Prototypes 6 et 8 cylindres offrent la seconde place à Porsche.
En Championnat d’Europe de la Montagne, Herbert Müller est sacré en GT.

Clap de fin pour les Porsche officielles en 1966

Porsche s’est mis dans la course à l’armement. La Porsche 904 est en fin de vie et on travaille sur la Porsche 906. Néanmoins, Porsche va quand même continuer à utiliser ses « vieilles » autos.

L’usine va utiliser deux Porsche 904 Carrera GTS aux 24h de Daytona, dominées par les Ford GT40 MkII. Mitter / Buzzetta et Klass / Schütz en arrivant aux 7e et 8e places sont premiers et deuxièmes en catégorie Sport 2.0L.

A Sebring, Follmer / Gregg, engagés par l’usine terminent 7e et premiers de classe.

La voiture a connu ici son dernier engagement par l’usine. Les privés continueront de l’engager, avec à la clé de belles places, notamment en SCCA et même quelques victoires en courses locales.

La Porsche 904 de nos jours

Sa rareté n’est pas si grande puisque ce sont plus de 120 voitures qui ont été construites. Si certaines n’ont pas résisté à leurs carrières sportives, on en trouve relativement souvent, que ce soit sur des courses de voitures anciennes ou des salons.

Au niveau de la côte, aucune n’est présentée avec une estimation inférieure à 1 million d’euros, la moyenne s’élevant même à 1.5 millions d’euros, sans palmarès évidemment !

Photos : Racing and Sports Cars, Porsche, Revs Institute, News d’Anciennes

Vous aimez ? Partagez !

4 réflexions au sujet de « Élégance et performance, la Porsche 904 Carrera GTS »

  1. Ping : Élégance et performance, la Porsche 904 Carrera GTS - Retrorevue.fr, le blog revue de presse voitures de collection de Mascotte Assurances

  2. Ping : Le Mans Classic 2016, infos, engagés, tout ce qu'il ne faut pas rater - News d'Anciennes

Laisser un commentaire