Modèle à la Une : la Simca 1000

Ça y est, notre compte Twitter a dépassé pour la première fois le seuil symbolique des 1000 abonnés. Du coup, une voiture que l’on connaît tous est mise en avant : la Simca 1000.

Naissance de la petite Simca 1000

C’est en 1957 que Simca lance l’étude d’une nouvelle petite voiture. Théodore Pigozzi, le patron cherche en effet à diversifier sa gamme avec un modèle plus économique, plus sobre et plus moderne pour faire échos aux difficultés rencontrées pour l’approvisionnement d’essence suite à la crise de Suez.

A l’époque Simca est toujours très lié à Fiat et ce sont les italiens qui vont proposer plusieurs projets que Pigozzi enverra tous balader. Lui rêve d’une voiture à moteur horizontal, d’un bicylindre, et plein de projets seront étudiés pour répondre au cahier des charges : une petite voiture 4 portes, 5 chevaux à moteur arrière.

Finalement Fiat et Simca se séparent sur ce projet et finalement Simca sort une voiture qui n’a que quelques similitudes avec les Fiat 850. Par contre les suspensions sont calquées sur celles de la Fiat 600. Le dessin est réalisé en Italie, par Mario Revelli de Beaumont.

Le moteur 944cv est nouveau, et développe 34 ch. La boîte est à 4 vitesses, et produite sous licence Porsche. Ce n’est pas énorme mais les dimensions de la voiture sont réduites : 3.79m de long, 1.48m de large et 1.39m de haut. Le tout pèse 820 kg et frôle les 120 km/h.

Dans cette configuration la Simca 1000 est présentée au salon de Paris en 1961, le 4 Octobre, les premiers modèles sont eux sortis des chaînes en Juillet. La voiture adopte un placement bas de gamme, en dessous même de l’Aronde.

Évolutions de la Simca 1000

Dès 1962, Simca dote sa 1000 d’un élégant petit coupé dessiné par Bertone. Il reprend la mécanique de la Simca 1000 et sera proposé en parallèle de la berline jusqu’en 1967, quand il sera remplacé par la Simca 1200 S.
La même année, Simca augmente l’autonomie de la voiture en augmentant le réservoir, de 30 à 36L, cette capacité ayant vite été cible de critiques de la presse spécialisée.

Dès 1963, un autre modèle arrive, la Simca 900. C’est en fait une Simca 1000 avec le moteur « de base », la Simca 1000 bénéficiant d’une évolution de son moteur qui lui permet de passer à 39 ch. On présente aussi une version plus équipée de la voiture, la Luxe. La voiture est aussi lancée aux Etats-Unis en tant que Simca 1118.

Cette même année, la Simca 1000 voit une première version sportive apparaître, ce n’est pas encore la célèbre Simca 1000 rallye, mais c’est la Simca Abarth 1150, construite par le sorcier Italien sans l’aval de Simca. On laisse l’ami Alex vous en parler plus en détail (cliquez ici).

La concurrence des Renault 8 et Renault 4 est forte, pour y résister la marque Simca, qui vient de perdre son fondateur Théodore Pigozzi, doit se montrer inventif. La Luxe devient GL et reprend le moteur de 42ch qu’étrenne déjà le coupé.

Pour 1965, la version GLA apparaît avec une boîte de vitesse automatique, et la version GLS pousse les équipements de la GL jusqu’à des sièges avant que l’on peut coucher.

Les 900 change de dénomination en 1966 et devient la Simca 1000 L, le compteur de vitesse rond fait place à un nouveau modèle horizontal. Cette même année, on en commence la production chez Barreiros, une des sociétés de la galaxie Chrysler.

C’est en 1969 que de gros changements vont apparaître. Les feux arrières deviennent carrés, la calandre est redessinée et s’encadre de phares de plus gros diamètre, techniquement, la direction se fait désormais par crémaillère.. La Sim’4 remplace la L, la 5CV se nomme simplement 1000, les GL et GLS sont remplacées par la Spéciale. Sur cette dernière on voit arriver le bloc Poissy de 1118 cm³ de 50 ch qui provient du nouveau modèle de la gamme : la Simca 1100.

1970 : le mythe Simca 1000 Rallye est né

Une version sportive apparaît en 1970. La Simca 1000 Rallye est née, et c’est en fait… une spéciale. La Simca 1000 Rallye se veut sportive en baissant le poids. Côté mécanique on garde le 1118 cm³ de 50 ch. On la reconnaît vite, elle a un capot noir satiné, un siège baquet pour le conducteur, un compte tours, et des autocollants « Gazelle » sur l’aile avant et des bandes sur le capot et les ailes arrières.

En 1972, la Simca 1000 GLS se voit doter d’une boîte automatique. En février de la même année, la Simca 1000 Rallye évolue en Rallye 1. Les roues ont un carrossage négatif plus important et le moteur change. On fait toujours appel au bloc Poissy, mais on prend le 1294 cm³ qui sort 60ch, alimenté par un carbu Weber de 34mm et dont la dynamo est remplacée par un alternateur.
Le moteur est également greffé sur la Spéciale.

En Septembre 1972, nouvelle évolution, apparition de la Simca 1000 Rallye 2, qui va encore plus loin. Le moteur est poussé à 82ch ! Pour cela, ce sont deux carburateurs Solex de 35 qui sont montés, le radiateur passe à l’avant et on double le circuit de freinage. Un baquet apparaît pour le copilote. Avec 860 kg, la voiture file à 162 km/h. Un kit Groupe 2 la fait passer à 110ch ! La voiture connaîtra de nombreux succès en compétition, on les détaillera séparément plus tard.

Pour améliorer le comportement de la voiture, le carrossage négatif se généralise à toute la gamme pour 1973.

En 1975, le tableau de bord à cadrans ronds est généralisé sur toute la gamme. En 1976 les Simca 1000 GL et GLS deviennent des SR.

En 1977 intervient un changement stylistique avec l’introduction de phare avant rectangulaires. En décembre, sort la Rallye 3, l’ultime évolution. On la reconnaît facilement : ailes proéminentes, spoiler avant, jantes en alliage léger. La puissance est de 103ch DIN et il va en être produit seulement 1000 exemplaires jusqu’au printemps 1978.

En effet, à cette date, la Simca 1000 n’est plus produite après 1.949.407 exemplaires de série.

La Simca 1000 de nos jours

De nos jours cette sympathique voiture est surtout connue dans l’imaginaire populaire par la chanson des Chevaliers du Fiel !

Néanmoins les Simca 1000 Rallye ou les « rallyfiées » sont encore bien présentes dans les rassemblements de voitures anciennes ainsi que dans les courses de côte et autre roulages circuits (comme celui du SCCT d’où proviennent certaines photos)

Pour une Simca 1000 « classique » les prix varieront entre 2500 € pour la 4cv et 4500 € pour les dernières 6cv.
Les spéciales tourneront elles aux alentours des 5500 €, quand au Rallye, quelles que soient leur série, il faudra sortir au minimum 8500 € pour un exemplaire en bon état.

Photos : Wikipedia, News d’Anciennes, L’Automobile Ancienne.

Vous aimez ? Partagez !

Une réflexion au sujet de « Modèle à la Une : la Simca 1000 »

  1. Ping : 14e rasso de l'AMA à Asnières sur Oise, les Belles Anciennes sous le Soleil ! - News d'Anciennes

Laisser un commentaire