La Peugeot 604 SL, au volant d’une grande routière française

Après avoir essayé des GT, la MG B GT pour moi, ou l’Opel GT pour Pierre, on vous propose aujourd’hui une voiture beaucoup plus grosse, plus massive : la Peugeot 604.

Histoire de la Peugeot 604 :

La Peugeot 604 apparaît en 1975 au salon de Genève pour prendre une place vacante dans la gamme de Peugeot : celle du haut de gamme.
Pour asseoir cette idée, on la dote de ce qui se fait de plus noble au niveau des moteurs français : le V6 PRV. La voiture est disponible dès 1976 avec ce moteur sur la Peugeot 604 SL. Il développe 136 chevaux, et emmène une auto imposante : 1.77m de large, 4.76m de long et 1.43m de haut.

C’est une voiture haut de gamme qui plaira aux notables. Valérie Giscard d’Estaing en fera même sa voiture présidentielle. La voiture évoluera en 1978 quand la SL verra sa puissance descendre à 122ch et une nouvelle version Ti, qui utilise toujours le PRV, doté d’une injection Bosch qui permet une puissance de 144ch.

En 1980 une version Turbo Diesel essayera de relancer la voiture qui va rester au catalogue jusqu’en 1985. Peugeot en aura produit 152.252 exemplaires au total.

Au volant d’une Peugeot 604 :

La Peugeot 604 SL qu’on vous présente ici est un modèle de 1975, millésime 1976, l’un des premiers modèles donc. Le V6 se met en route bruyamment, mais le starter automatique réduit progressivement le régime et après une mise en température confortable on s’installe.
On trouve vite sa position dans cette grosse auto, les sièges sont mous et revêtus d’un beau cuir. On les règle facilement et on teste le pédalier. L’accélérateur est au plancher, le point de patinage est haut et il faut bien appuyer sur la pédale de frein.

On est partis et on se rend vite compte de ce qui paraît évident à la simple lecture de la fiche technique de la voiture : les 1400 kg sont là, et la voiture préfère les lignes droites aux virolos. Heureusement les routes de la vallée de l’aube sont plutôt rectilignes.

Le V6 fait son office, il est coupleux et permet de cruiser sans problème. La puissance est correcte, c’est ce qu’il faut pour la voiture. On évolue vite à 100 km/h en 4e à 3500 tr/min. S’il faut dépasser, pas de problème, le rétrogradage permet de trouver le caractère du moteur : c’est au dessus des 4000 tr/min qu’il parle vraiment. La mise en vitesse est bien plus franche à haut régime et la Xantia grise est vite oubliée. La boîte à quatre vitesses se manie bien, son levier coudé est bien guidé et on ne rate pas de changement de rapport. Seule la marche arrière est un peu difficile à trouver.

La direction est précise et on sent son assistance : elle est suffisante pour ne pas avoir besoin d’être un champion de la musculation pour faire la moindre manœuvre, mais elle est assez peu présente pour que l’on sente bien les remontées dans la direction. On sait où on va et on y va vite. Par contre, à l’approche d’un freinage, on anticipe. Le poids, le toucher de la pédale et un circuit qui aurait peut-être besoin d’une vidange font qu’on ne tentera pas le freinage tardif.

Maintenant, on est dans une voiture de notable, et comme quand on essaie une Rolls, un essai complet se doit de passer par un passage sur la banquette arrière ! Il serait amusant de savoir combien de propriétaires de Peugeot 604 n’en ont jamais touché le volant à l’époque.
On est, là aussi, bien installé. On profite des équipements : les vitres sont électriques, et si on a un peu chaud, on peut demander à son chauffeur de nous ouvrir le toit ouvrant électrique. Autre époque, autres mœurs, chaque portière a son cendrier, et un troisième est au centre. On est cependant un peu déçu, le confort est bon, mais quelques vibrations parasites provenant du pont et de l’échappement se font sentir.

On descend néanmoins très content de la voiture, qui se conduit très bien et dans laquelle il fait bon voyager. Si on oublie sa consommation qui monte vite au dessus des 12L aux 100 km, on a une vraie routière avec laquelle un trajet pour les vacances est facilement envisageable (en plus la contenance du coffre nous y invite).

Conduire une Peugeot 604 :

La Peugeot 604 est une excellente voiture que l’on peut trouver à des prix très corrects. Les versions diesel débutent aux alentours des 3000 € et de beaux modèles Ti essence se trouvent pour environ 5000 €.
La plus recherchée des 604 est certainement la version Heuliez, que Paul nous présente sur Boitier Rouge ici, mais là on cherche plutôt dans les 15.000 €.

Le seul petit soucis sera d’en trouver une parfaite, on en voit peu, et sur les sites d’annonce, la Peugeot 604 n’est pas très présente.

Note globale :

4 etoiles

Avantages

Inconvénients

– Confort énorme La consommation du V6 –
– Grand espace intérieur Le poids et l’encombrement –
– Image haut de gamme  Moteur peu mélodieux –
Rareté 4 etoiles
Prix 3.000 à 5000 € pour les « normales » 15.000 pour une Heuliez

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire