Modèle à la une : Maserati 8 CM

Dans un peu moins d’un mois, l’Autodrome de Montlhéry sera investi par les Coupes de Printemps, après les Alpine A440 et Alpine A441 l’an dernier, cette année nous pourrons découvrir sur la piste une rare et magnifique Maserati 8 CM. l’occasion en or pour vous présenter cette auto.

Nouvelles photos après les Coupes de Printemps où la voiture s’est bien démenée.

Une voiture de Grand Prix

Maserati n’est pas une marque très ancienne au début des années 1930, mais depuis 1926, les 5 frères engagent en compétition leurs propres créations, déjà affublées du trident.

Malheureusement l’ingénieur de la bande, Alfieri Maserati décède en 1932 et l’avenir des Maserati en Grand Prix s’assombrit. Il laisse cependant en héritage deux conceptions de moteurs modernes, prêts à courir. Le premier est un 4 cylindres de 1500 cm³, prêt pour les courses de « petites voitures » et un dérivé, qui est doublé, un 8 cylindres en ligne de 3 litres, prêt pour les Grand Prix. Les deux moteurs partagent leur architecture à deux arbres à cames.

Naissent donc les deux voitures jumelles, la Maserati 4 CM et la Maserati 8 CM. Le châssis est le même, et il est très conventionnel, c’est une échelle avec deux trains rigides suspendus par des ressorts à lames semi-elliptiques.

La voiture fait alors 780 kg pour une puissance de 220 ch et une vitesse de pointe qui tourne autour des 250 km/h.

Début en course en 1933

La voiture est prête pour courir en 1933. Cependant, si la 4 CM donne entière satisfaction, la Maserati 8 CM est bien plus puissante et met à mal son châssis qui manque cruellement de rigidité.

Elle va commencer sa carrière sur le Grand Prix de Tunis 1933, où Luigi Fagioli abandonne. A Monaco en Avril, Raymond Sommer engage deux voiture. Il abandonne personnellement mais Goffredo Zehender prend une belle 6e place. A Tripoli il aurait même pu prétendre à la 4e place s’il n’abandonnait pas dans le dernier tour ! Le 11 Juin sur l’Autodrome de Montlhéry il abandonne de nouveau. A Reims Zehender et Campari se blessent à l’œil et abandonnent !

Pour le Grand Prix de Belgique, Giuseppe Campari engage une voiture pour Tazio Nuvolari, en froid avec la Scudéria Ferrari qui le fait alors courir sur Alfa Romeo. Il prend en main la voiture et demande à la rigidifier avec l’ajoût de traverses. Les modifications durent toute la nuit et il doit prendre le départ de l’arrière du peloton aux côtés de Zehender. Ce dernier ne fera que 6 tours, mais Nuvolari en fera 40 et gagnera la course !

L’usine décide donc de modifier toutes les Maserati 8 CM. Nuvolari gagne de nouveau à Livourne le 30 Juillet, et encore à Nice le 6 Août avec la pole et le meilleur tour comme bonus.
Le 15 Août à Pescara, Nuvolari est 2e et Taruffi est 3e. A Monza le 10 Septembre Nuvolari est 2e, Zehender 3e et Taruffi abandonne.
Nuvolari signe le meilleur tour en Espagne, mais aucune voiture ne voit l’arrivée.

De bons résultats pour la Maserati 8 CM en 1934

Avant le début de la saison, la voiture est remaniée. On la rigidifie, et on abaisse le poids à 750 kg, poids minimum de la catégorie, tandis que la puissance est augmentée à 250 ch. La vitesse de pointe atteint 270 km/h !

Pour le début de la saison à Monaco le 2 Avril, Whitney Straight est le meilleur des Maserati en se classant 7e quand Howe et Etancellin abandonnent.
A Alexandrie le 22 Avril, Nuvolari est 3e, par contre le suisse Carlo Pedrazzini se tue en course au volant de la 2e voiture. A Tripoli le 6 Mai, les Maserati 8 CM sont très nombreuses, Etancellin est 4e, Biondetti est 5e et Hamilton, Straight, Siena, Taruffi et Gazabbini abandonnent tous !
A Casablanca le 20 Mai, Etancellin est 2e, Straight est 4e, Hamilton et Sommer abandonnent. Le 27 Mai sur l’Avus, Howe est 4e et Nuvolari est 5e, Siena abandonne.
En Suisse à Montreux, Etancellin signe la pole et prend la 2e place, Straight, Hamilton et Zehender terminent 4e, 5e et 6e, Falchetto abandonne. Sur le Nürburgring aucune voiture ne voit l’arrivée le 3 Juin, tout comme à Montjuic le 17, et à Montlhéry le 1er Juillet.

A Reims le 8 Juillet, Hamilton est 4e, Zehender, Etancellin, Sommer, Nuvolari et Straight abandonnent. Retour au Nürburgring le 15 Juillet pour le Grand Prix d’Allemagne. Nuvolari est 4e et Zehender 6e. Ruesch et Hamilton abandonnent. A Montero en Italie le 22 Juillet, Nuvolari est 3e. A Spa le 29 pour le GP de Belgique, Sommer est 3e d’une course de seulement 7 voitures.
Le 15 Août à Pescara, Nuvolari prend une belle 2e place Hamilton, Howe et Zehender abandonnent. Le 19 à Nice, Etancellin est 2e, l’espagnol José Maria de Villapadierna 4e et Ruesch, Nuvolari, Sommer et Straight abandonnent. En Suisse le 24 Août aucun pilote n’est classé.

A Monza, le 9 Septembre, Straight est 8e, Ruesch est disqualifié et Zehender abandonne. Le 23 Septembre au GP D’Espagne à Lasarte, Lehoux est 8e, Soffietti 9e, Brunet et Falchetto abandonnent. On note d’ailleurs que depuis quelques courses les Mercedes sont loin devant…
Pour la dernière course de l’année à Modène Luigi Soffietti est 7e.

Les Maserati 8 CM repartent en piste en 1935

En attendant un nouveau modèle pour 1936, les Maserati 8 CM sont encore engagées en 1935, malgré la nette domination des Auto Union et Mercedes, auxquelles seule la Scudéria Ferrari et ses Alfa semble pouvoir résister un minimum.

La saison s’ouvre à Pau avec un Grand Prix le 24 février ! Soffietti, Flachetto et Brunet prennent les 3e, 4e et 5e place, Etancellin abandonne. Le 22 Avril à Monaco, Zehender s’y classe 7e et Soffietti 8e. A Tripoli le 12 Mai, Carraroli est 9e, tous les autres abandonnent. Le 26 mai à l’AVUS, Hartmann est 7e.

Pour le Grand Prix de France à Monlhéry le 23 Juin, Raymond Sommer se classe 6e. Le 30 pour le GP De Penya-Rhin à Montjuic, Soffietti accroche la 6e place.

Au Grand Prix de Belgique, Marcel Lehoux part en pole position mais ne se classera que 7e.
Au GP d’Allemagne le 28 Juillet, Ruesch est 10, Ghersi 12e et Hartmann abandonne. Le hic c’est que les Maserati 6C de 1934, moins puissantes, sont au même niveau !

A Livourne le 4 Août, Chambost est 6e, Soffietti 9e, les autres abandonnent. A Pescara le 15, aucune voiture n’est à l’arrivée. A Nice le 18, Chambost est 5e et Soffietti 6e. Le 25 Août au GP de Suisse, Hartmann et Lewis abandonnent.
La saison est clôturée le 25 Septembre en Tchécoslovaquie avec la 5e place de Harmann.

C’est la dernière course où les espoirs de la marque au trident sont portés par la Maserati 8 CM. On na verra encore en course, même après guerre (!) mais sans résultat notoire. La Maserati V8RI qui la remplace ne fera pas mieux.

Vivement les coupes de Printemps pour voir la voiture évoluer sur une course mythique qui l’a déjà vue courir !

Vous aimez ? Partagez !

Une réflexion au sujet de « Modèle à la une : Maserati 8 CM »

  1. Ping : Grand Format, les Coupes de Printemps 2016 - News d'Anciennes

Laisser un commentaire