Racing Team : l’Ecurie Ecosse, part. 1, 1952-1959

Aujourd’hui on vous parle d’une écurie de course, plus ancienne que le J. W. Automotive Engineering dont on vous a parlé la dernière, mais au moins toute aussi mythique, que ce soit son palmarès et ses couleurs : l’Ecurie Ecosse.

David Murray lance l’Ecurie Ecosse

David MurrayComme le J. W. Automotive Engineering, l’Ecurie Ecosse se base sur une personne centrale, David Murray. Cet écossais. Intéressée par la course automobile, il se fait remarquer pour la première fois au départ des 24h du Mans 1937 quand  Murray engage sous son nom une Frazer-Nash à moteur BMW 328. L’expérience est marquante, Pat Fairfield son coéquipier se tue à son volant au 8e tour de la course.

Après guerre, il fait l’acquisition d’une MG pour des courses locales et il fait ainsi connaissance de Reg Parnell, et de fil en aiguille, il parvient à se faire engager par la Scuderia Amrbosiana. C’est ainsi que le 13 Mai 1950, David Murray est le seul écossais à prendre le départ, en 18e position, du premier Grand Prix de Formule 1 de tous les temps sur le circuit de Silverstone, sur une Maserati 4CLT / 48 qui le trahira avec une rupture de joint de culasse.
Il termine 6e la même année du Grand Prix des Pays Bas (à l’époque les 5 premiers marquent des points), ne finit pas le Grand Prix d’Italie en fin de saison.
En 1951, il ne finit pas au Grand Prix de Grande Bretagne et il est victime d’un grave accident lors du Grand Prix d’Allemagne. Il décide alors de mettre un terme à sa carrière.

Businessman, il avait ouvert un garage en parallèle de sa carrière de pilote, Merchiston Motors, dont le mécanicien chef était Wilkie Wilkinson. En 1952, au cours d’une discussion avec deux de leurs clients, Ian Stewart et Bill Dobson, l’idée leur vient de lancer une écurie privée, où Murray se chargerait de la gestion, Wilkinson de la mécanique, et ce serait les pilotes qui resteraient propriétaires des voitures.

C’est l’acte fondateur de l’Ecurie Ecosse. Pourquoi ce nom français ? Car en plus de ce garage, David Murray était un patron de bar à Edimbourg, et le vin français qu’il vendait avait fait de lui un francophile convaincu. En plus, Murray pensait que ce nom français leur ouvrirait des portes sur le continent pour participer à de nombreuses courses, à l’époque où seules les primes de départ et de résultats faisait vivre les écuries et les pilotes.

1952 : les grands débuts de l’Ecurie Ecosse

Les deux pilotes ont la même monture pour l’année 1952 : une Jaguar Xk120, un modèle fiable et performant, très répandu en course.
Si Dobson commence la saison un peu plus tôt, la première course de l’Ecurie Ecosse, se déroule à Charterhall le 6 Avril 1952 où, dans une course de formule libre, Ian Stewart emmène sa Jaguar à la seconde place.
Le 12 Avril, il termine de nouveau 2e à Castle Combe, Bill Dobson prend, lui, la 4e place.
A Ibsley le 19, Stewart court, mais son résultat s’est perdu dans les archives (!).

Le 3 Mai on retrouve les voitures à Turnberry, où Stewart gagne la course en Sport, 2e au général, Dobson prend la 2e place de la catégorie.
C’est le 10 Mai qu’on les retrouve dans une première grande course internationale, le Silverstone International, remporté par Stirling Moss sur sa Jaguar Type CIan Stewart y prend une belle 9e place.
A Crimond le 24 Mai, il prend la seconde place en sport et abandonne en formule libre.

Le 29 Mai sur le circuit de Douglas, c’est le British Empire Trophy. trois Jaguar Xk120 sont engagées, David Murray reprend le volant, et abandonne tout comme Stewart. Le troisième pilote, James Scott Douglas prend la 6e place, en remportant la classe sport de plus de 3L.

Avec ses bons résultats, Ian Stewart a tapé dans l’oeil de la maison mère, et Jaguar l’associe à Whitehead aux 24h du Mans où leur Jaguar Type C abandonne. Au Mans, il capte une conversation intéressante : Lofty, le team manager de Jaguar annonce que la marque va construire des Type C pour les écuries privées ! Duncan Hamilton se jette sur l’occasion et Ian Stewart réserve une seconde voiture !

En attendant la livraison de sa Type C, Stewart est engagé avec James Scott Douglas dans une course de Xk120 à Boreham. Stewart abandonne, Scott Douglas est 7e.
L’écurie se risque en dehors de son île pour le GP de Reims, le 29 Juin, où Douglas prend la 3e place.

Le 10 Juillet, pour la course de Jersey International, Ian Stewart s’aligne sur sa Jaguar Type C, et il gagne la course ! Bill Dobson est 5e, juste devant James Scott Douglas.

Le 19 Juillet, l’Ecurie Ecosse s’aventure en Formule 1 ! C’est David Murray qui s’engage au Grand Prix de Grande Bretagne sur une Cooper T20 propulsée par un 6 cylindres Bristol. Qualifié 22e il abandonne sur problème de moteur.

Le 27 à Chaterhall, il gagne de nouveau, Scott Douglas est 3e.
A Boreham, les deux abandonnent, Bill Dobson prend heureusement la 6e place.

Le 9 Août Stewart gagne à Crimond en unlimited mais abandonne en formule libre.
Le 16, aux 9h de Goodwood, il court sur une Type C d’usine, sa voiture est engagée par l’Ecurie Ecosse, David Murray associant pour l’occasion Scott Douglas / Arkus Duntov qui ne prennent pas le départ de la course.
Le 23 Août, la course de Turnberry se déroule sous forme de Tournoi, les deux XK120 de Dobson et Scott Douglas sont en finale, et Stewart en emporte la 3e place.

Le 6 Septembre, au Wakefield trophy, Stewart gagne la formule libre, Dobson ne finit pas et Scott Douglas se classe 3e.
Le 29 Septembre on les retrouve au Goodwood International. Stewart ne prend pas le départ, Scott Douglas est 17e au général et 10e au Handicap, Bill Dobson est 5e au général mais remporte la victoire au handicap.

Le 4 Octobre à Castle Combe, Stewart remporte la course et Dobson se classe 6e.
Le 11 Octobre, Stewart gagne de nouveau, à Chaterhall, devant Moss lui aussi sur une Type C, Dobson termine.

C’est la dernière course de la saison pour l’Ecurie Ecosse qui a su montrer qu’elle pouvait être performante dès cette première année. Devant le succès de Stewart et sa Type C, James Scott Douglas décide de s’en acheter une. Dobson, un peu en retrait, décide de se retirer et se concentre sur l’entreprise de transport familiale.

1953 : sous le signe de la Jaguar Type C

Les Jaguar Type C se multiplient pour l’année 1953 et c’est cette auto qui signe le premier engagement de l’Ecurie Ecosse au Goodwood Easter, le 6 Avril, où Ninian Sanderson, le nouveau venu, se classe 8e.
La deuxième course de l’année est le National Chaterhall le 12 Avril où ce sont trois Jaguar Type C qui sont engagées. Ian Stewart gagne la course, Jimmy Stewart, un nouveau venu qui n’a aucun lien avec Ian, mais qui est le frère du célèbre Jackie, se classe 2e, et Ninian Sanderson est 4e.
Au National Ibsley le 18 Avril, trois voitures sont engagées sur chacune des deux courses ! En formule libre, Scott Douglas prend la 4e place, Jimmy Stewart la 6e et Jock Lawrence la 7e. En unlimited, Ian Stewart l’emporte, Jimmy Stewart est 3e et Scott Douglas accroche une nouvelle 4e place.
Au National Castle Combe le 25 Avril, Scott Douglas gagne la course, Jimmy Stewart termine plus loin.

Le 9 Mai au Silverstone International les résultats sont un peu décevants, Ian Stewart termine 9e, Jimmy 12e et Scott Douglas ne prend pas le départ.
On retrouve les voitures bleu foncé au National Chaterhall le 23, Sanderson prend la seconde place, Jimmy Stewart la 3e et Ian Stewart la 4e.
Le 25 à Thruxton, carton plein pour Jimmy Stewart qui gagne en Formule Libre et en Sports Unlimited, Ian Stewart assur le doublé en SU.
Le 30 au National Snetterton en Unlimited, Ian Stewart l’emporte, Jimmy Stewart prend la 3e place, en formule libre les résultats ne sont pas là.

Le 14 Juin, Ian Stewart est une nouvelle fois recruté par l’usine et prend une belle 4e place aux 24h du Mans.
Le 18, au British Empire Trophy, Ian Stewart n’est pas qualifié, Sanderson termine 5e et Jimmy Stewart est 6e.
Le 27 au National Snetterton, à la course scratch, Ian Stewart gagne, Lawrence est 2e, Jimmy Stewart est loin. A la course au handicap, il prend une 4e place, Lawrence est 6e. Dans une course spéciale pour les Jaguar, Ian Stewart gagne, Lawrence est 3e et Jimmy Stewart est 4e.

La première incursion continentale de l’année a lieu le 5 Juillet aux 12h de Reims où Scott Douglas et Sanderson accrochent une belle 4e place.
En Irlande au Leinster Trophy le 11, Ian Stewart arrive 5e et Scott Douglas 10e.

Le 18 au British Grand Prix à Silverstone, quatre voitures sont engagées, Scott Douglas abandonne, Ian Stewart est 5e, Jimmy Stewart est 6e et Sanderson est 11e.
En parallèle deux voitures sont engagées au Grand Prix de Formule 1. Ian Stewart est engagé sur une Connaught Type A à moteur Lea Francis, Jimmy Stewart sur une Cooper à moteur Bristol. Les deux voitures ne verront pas pour autant la ligne d’arrivée.

Le 26, deuxième sortie continentale et première course de 24h à Spa, où Scott Douglas et Gale prennent une belle seconde place.

Le 3 Août, au National Thurxton, Jimmy Stewart est vainqueur de la course Sport, Lawrence est 3e, en formule libre ils sont 3e et 6e.
Le 15 Août au Chaterhall International en Sports Unlimited, Ian Stewart termine 2e, Jimmy 3e et Sanderson 6e.
Deux voitures sont engagées aux 9h de Goodwood le 22 Stewart / Dickson sont 4e et Lawrence / Curtis 5e.
Le 30, l’Ecurie Ecosse fait les choses en grand en engageant trois voitures Stewart et le renfort de marque Salvadori se classent 2e, Stewart / Lawrence sont 6e, Scott Douglas / Sanderson sont 10e.

Trois voitures sont engagées au Tourist Trophy mais ne se déplacent pas. Les voitures de l’Ecurie Ecosse ne rouleront plus en 1953, mais elles ont vaillamment contribué à la 2e place de Jaguar au championnat des voitures de sport, et cela ne passe pas inaperçu.

1954 : l’Ecurie Ecosse sort un peu plus de son île

Du coup, l’équipe va commencer sa saison 1954 un peu plus tôt qu’à l’ordinaire. Trois voitures sont engagées le 24 Janvier aux 1000km de Buenos Aires, Scott Douglas / Sanderson se classent 4e, Schwelm Cruz / Schroeder et la paire des Stewart abandonnent.

Les voitures ne sont pas aux 12h de Sebring et on les retrouve sur leurs terres au National Castle Combe le 3 Avril où Jimmy Stewart prend la 2e place en Unlimited.
Le 10 Avril au British Empire Trophy, Sanderson est 5e, Jimmy Stewart est 6e, Sanderson ne prend pas le départ.
Le 19 au Goodwood Easter, les voitures sont engagées au 1st Handicap Sport, Jimmy Stewart gagne devant la seconde voiture engagée pour Tony Rolt.

Le 1er Mai, au BARC Goodwood, Jimmy Stewart gagne en Sport 3.5 puis en Sport 3.0, Sanderson prend la 3e place de cette course en ayant abandonné dans la première.
Le 8 ils sont au National Ibsley, en Formule Libre, Jimmy Stewart est 2e, Sanderson est 3e, ils font le doublé dans cet ordre en 2.75, oui les catégories sont dures à suivre pour ces courses hors championnat !
Le 15 Mai c’est Silverstone International, Peter Walker prend une belle 3e place, Jimmy Stewart accroche la 4e et Sanderson la 11e.
Le 29 à Aintree International, Jimmy Stewart fait 3e, Sanderson 5e et Scott Douglas 8e.

Le 5 Juin, au National Snetterton, 3 courses sont au programme, le Handicap Sport +1.5 remporté par Roy Salvadori qui fait une pige, Desmond Titterington est 4e, Scott Douglas est 8e. Salvadori gagne également en Unlimited, Titterington fait 3e et Scott Douglas fait 4e, dans la course réservée aux Jaguar, Salvadori est 3e, Scott Douglas 4e.
Retour à Goodwood le 7 Juin, en Sports, Jimmy Stewart gagne devant Sanderson, Scott Douglas n’arrive qu’à la 12e place. Moins de résultat dans la course au handicap, Stewart est 7e, Sanderson 8e et Scott Douglas une nouvelle fois 12e.
A Outlon Park le 12, Desmond Titterington gagne en Unlimited devant Sanderson, et en Formule Libre, Sanderson fait 3e, Scott Douglas 8e.

Au Mans, pas de pilote de l’Ecurie Ecosse et pour l’engagement des voitures, ce sont toujours les belges de l’Ecurie Francorchamps qui sont les Jaguar privées avec le soutien de l’usine.

On retrouve les voitures le 11 Juillet au National Chaterhall pour un triplé en Unlimited, Lawrence devant Sanderson.
Le 17 Juillet c’est le British Grand Prix. Dans la course de sport d’ouverture, Titterington, Sanderson et Rolt ne peuvent faire mieux que 6e, 8e et 10e.
Une Formule 1 est également engagée, la Connaught – Lea-Francis déjà vue en 1953 et confiée à Leslie Thorne. C’est la première fois qu’une voiture de l’Ecurie Ecosse voit l’arrivée en F1, avec une 14e place. Ce sera aussi la dernière incursion de l’équipe dans cette discipline.

On retrouve les Jaguar Type C en hollande le 15 Août pour le Zandvoort International, Sanderson s’offre la victoire, devant Scott Douglas et Hans Davis sur la 3e voiture abandonne. En tout cas, l’Ecurie Francorchamps est battue !

Le 4 Septembre à Chaterhall, Salvadori remporte l’Unlimited devant Sanderson.
Le 25 au Goodwood International, Salvadori l’emporte de nouveau devant Titterington.

En Octobre, l’Ecurie Ecosse va chercher les primes jusqu’en Espagne pour le Grand Prix Penya-Rhin à Barcelone. Salvadori fait 2e et Sanderson 3e.

C’est la dernière course de l’année qui a été satisfaisante avec les succès nationaux, mais peu de courses internationales ont été au programme.

1955 : programme réduit et changement de monture

Il faut attendre le printemps de 1955 pour voir les voitures de l’Ecurie Ecosse en course. Ce sont encore des Type C, malgré l’arrivée des Jaguar Type D.

Le 2 Avril, Sanderson fait 16e du British Empire Trophy et le 12, Tony Rolt signe une 4e place au Goodwood Easter.

Début Mai, ça y est, deux Type D sont engagées  au Sivlerstone International pour Jimmy Stewart et Titterington, le premier ne termine pas, le second fait 6e.
En Irlande, Titterington est engagé à l’Ulster Trophy le 13 Mai et il gagne la course.

Le programme est maigre en 1955 et il faut attendre le 9 Juillet pour voir les voitures au Leinster Trophy où Titterington prend la 9e place.
Le 17 dans la course de sport d’ouverture du British Grand Prix, Sanderson se classe 6e.

Le 6 Août, à Chaterhall, Titterington gagne en sport, Sanderson se classe 4e.
Le 13 à Snetterton, Titterington fait 3e de la course de Formule Libre et le lendemain il gagne en Sport, devant Sanderson.
Les deux pilotes sont associés le 20 Août aux 9h de Goodwood, ils y accrochent une belle 2e place.
Le 27 Août au National Crimond, Sanderson gagne, Bill Smith le deuxième pilote engagé se classe 3e.

Début Septembre à l’Aintree International Sanderson gagne devant Titterington.

C’est la dernière course de l’Ecurie Ecosse en 1955 qui peut être satisfaite de ses résultats avec ce si petit programme.

1956 : la consécration pour l’Ecurie Ecosse

La saison commence au printemps pour l’Ecurie Ecosse, avec le National Snetterton le 25 Mars et une nouvelle paire de pilote, Ron Flockhart et Alan Brown qui font 1er et 3e en Sport, Flockhart faisant aussi 2e à la course au handicap.

Le 2 Avril pour le Goodwood Easter, seul Brown finit la course en sport, à la 4e place, puis il fait 2e en Handicap, derrière Flockhart.
Au British Empire Trophy le 14 Avril, Flockhart fait 7e, Sanderson 9e.
Le 21 Avril trois Jaguar Type D sont inscrites à l’Aintree 200, Titterington est 2e, Sanderson est 3e et Flockhart abandonne.
Le 29 à Chaterhall, les voitures font le triplé en Unlimited, Sanderson devant Peter Hughes et Jock Lawrence, et signent un nouveau triplé en Formule Libre, Flockhart devant Hughes et Lawrence.

A Silverstone pour une course de sport le 5 Mai, Brown prend la 4e place, Flockhart la 6e et Sanderson abandonne.
Le 13 Mai, deux voitures sont engagées au Grand Prix de Spa, Sanderson gagne la course, Titterington abandonne.
Le 21 Mai, à Goowood, Flockhart fait 2e en sport devant Titterington.

Le 23 Juin, à l’Aintree 100, Titterington accroche la seconde place, Sanderson abandonne.
Le 30 Juin, aux 12h de Reims, l’Ecurie Ecosse engage une voiture pour Flockhart et Sanderson qui prennent la 3e place derrière les trois Jaguar Type D officielles.

Le 8 Juillet, une voiture est envoyée en France au Grand Prix de Rouen où Titterington fait 7e.
A la course sport du Grand Prix à Silverstone le 14 Juillet, Titterington finit 3e, Flockhart 6e et Sanderson ne prend pas le départ.

A la fin Juillet, pour la première fois, l’Ecurie Ecosse s’engage aux 24h du Mans. Titterington est engagé sur une des 3 voitures de l’usine, l’Ecurie Nationale Belge engage une voiture et Flockhart et Sanderson engagent la seule Jaguar Type D bleu marine à bandes blanches.
Les voitures officielles vont avoir de nombreux soucis, deux abandonnent, la survivante, celle de Hawthorn et Bueb ne fait que 6e. Heureusement les privés sont là, l’Ecurie Ecosse remporte les 24h du Mans 1956, pour sa première participation !

Le 12 Août les voitures sont engagées au GP de Suède, mais les deux abandonnent.

Le 8 Septembre trois Jaguar Type D sont engagées par l’Ecurie Ecosse au Goodwood Trophy en Sport, Flockhart termine 3e, Sanderson 5e et Lawrence 6e. Dans la course au Handicap, Lawrence gagne, Sanderson est 5e et Flockhart n’est pas classé.

On ne verra plus les Jaguar Type D en 1956, qui se termine sur une note plus que positive avec cette inespérée victoire aux 24h du Mans.

1957 : L’Ecurie Ecosse confirme sur la scène internationale

Pour 1957, la saison démarre en Amérique du Sud avec l’engagement de deux Jaguar Type D, les seules de la course, en championnat du monde des voitures de sport aux 1000km de Buenos Aires le 21 Janvier. Flockhart et Mières ne prennent pas le départ et Mières / Sanderson terminent 4e.
Cette situtation va se reproduire, Jaguar a retiré son équipe usine, l’Ecurie Ecosse devient le fer de lance de la marque !

Les voitures ne courrent pas les traditionnelles courses de Pâques et d’Avril, il faut attendre le Grand Prix de Spa le 12 Mai pour voir les Type D bleues, Lawrence finit 6e et Sanderson 10e.
Le même jour, la troisième voiture, confiée à Ron Flockhart est engagée aux Mille Miglia, malheureusement la voiture abandonne.
Le 26 Mai, trois voitures sont engagées aux 1000 km du Nürburgring, Flockhart / Fairman terminent 8e, Bueb / Lawrence 11e et Sanderson / Steed 16e.
Le 30 elles sont engagées aux 2h du Forez près de St Etienne ! Flockhart remporte la course devant un équipage Sanderson / Lawrence.

On retrouve les Jaguar Type D aux 24h du Mans 1957, où l’Ecurie Ecosse, tenante du titre engage deux voitures, la n°3 pour Bueb et Flockhart, la n°15 pour Lawrence et Sanderson. Trois autres voitures privées sont engagées, la 16 par l’Equipe Nationale Belge la 4 par Duncan Hamilton et la 17 par « Los Amigos ».
Les voitures de l’Ecurie Ecosse vont faire encore mieux qu’en 1956 puisque c’est le doublé Bueb et Flockhart devant Lawrence et Sanderson. Les autres Jaguar Type D prennent les 3e, 4e et 6e place !

Le 29 Juin, trois Type E de l’Ecurie Ecosse sont engagées à la « Course des deux mondes » le Monzanopolis, course sur l’ovale de Monza ouverte aux F1, aux voitures de sport ET aux voitures américaines de l’USAC.
Les voitures sont pénalisées, par leurs pneus, mais aussi par l’habitude qu’ont les voitures de l’USAC de ces courses sur ovales. A la fin des trois manches, les Jaguar de l’Ecurie Ecosse terminent miraculeusement aux 4e, 5e et 6e place, plus grâce à leur fiabilité qu’à leurs performances !

Le Grand Prix de Suède est encore au programme de l’Ecurie Ecosse, Lawrence / Scott-Brown arrivent 8e et Sanderson / Fairman sont 11e.

Le 14 Septembre Ron Flockhart participe à la course Sport de Silverstone sans résultat. C’est la dernière course de l’année pour l’Ecurie Ecosse qui a, presque seule, contribué à la troisième place de Jaguar au championnat du Monde des voitures de Sport.

1958 : diversification mais le moteur reste un Jaguar

Pas de déplacement en Argentine pour le début de l’année 1958, la saison commence néanmoins outre-atlantique avec une première pour l’Ecurie Ecosse, les 12h de Sebring le 22 Mars. Sanderson / Bueb et Flockhart / Gregory constituent les deux équipages qui abandonnent tous les deux.

Les voitures ressortent le 19 Avril pour le Aintree 200, en sport, où Bueb prend la 4e place et Fairman la 6e. Elles sont rejointe par une nouvelle voiture achetée par l’Ecurie Ecosse, une Lister-Jaguar sur laquelle Gregory accroche une belle 3e place.

Le 3 Mai, Fairman est engagé sur une Type D sans résultats à la course sport du Daily Express Silverstone, mais Archie Scott-Brown finit 2e sur la Lister.
A Spa le 18 Mai, Bueb prend une nouvelle 4e place, Fairman se classe 7e sur les Type D, une nouvelle fois la Lister est devant, Gregory remporte la course !

Le 1er Juin, trois voitures sont engagées aux 1000km du Nürburgring, seuls Fairman et Lawrence voient l’arrivée en 9e position, les équipages Bueb / Sanderson et Gregory / Flockhart abandonnent tous les deux.

Le 22 Juin ce sont les 24h du Mans. Quatre Jaguar Type D sont engagées, dont deux par l’Ecurie Ecosse qui en Fairman et Gregory sur la 6, Sanderson et Lawrence sur la 7. Le résultat va malheureusement être le même, aucune des voitures ne voit l’arrivée, pire aucune Type D n’est à l’arrivée !

Le 19 Juillet pour la course d’appui du Grand Prix de Silverstone, l’Ecurie Ecosse engage trois voitures. Une Jaguar Type D confiée à Innes Ireland, une Lister pour Gregory et une nouvelle acquisition, une Tojeiro-Jaguar pour Bueb. Cette voiture conçue par John Tojeiro est propulsée par une mécanique Jaguar. La Type D se classe 9e, la Lister 4e mais la Tojeiro ne prend pas le départ, victime d’une sortie aux essais.

On revoit les voitures bleues lors du Tourist Trophy à Goodwood le 13 Septembre. Gregory et Ireland se classent 5e sur la Type D, aucune des deux Tojeiro engagée ne faisant finalement le déplacement.
Le 28 Septembre, à Chaterhall, Flockhart gagne en Unlimited et fait 2e derrière la Tojeiro d’Irreland en Sport et Vintage, déjà !

A la fin de la saison Murray et son équipe doivent se résoudre à l’évidence, les Jaguar Type D ne sont plus dans le coup. Ça tombe bien, les 3L sont interdites pour 1959 !

1959 : l’Ecurie Ecosse est presque un constructeur

Suite à ce changement de réglementation, il faut s’adapter. Le Moteur XK des Type D a vécu, place au… Xk !
La voiture est équipée d’un moteur de 2.4L revu par Wilkie Wilkinson, c’est la Tojeiro Jaguar EE pour Ecurie Ecosse !

La première course de l’année est à Snetterton le 22 Mars, mais c’est la Lister qui court, avec son « ancienne » voiture, face aux nouvelles Lister Costlin, le même qui a dessiné la Lotus Mk VIII dont on vous parlait il y a quelques jours, et Flockhart gagne la course.
A Goodwood le 30, Lawrence est engagé sur la Tojeiro, il y prend la 5e place juste devant la Lister de Gregory, 6e.

Le 11 Avril au British Empire Trophy à Outlon Park, Lawrence ne fait aucun résultat probant, Flockhart prend la 6e place sur la Lister.
Au Aintree 200 le 18, Gregory fait 3e sur la Lister, Flockhart est 4e sur la Tojeiro.

Le 2 Mai au Silverstone International, Flockhart est 4e sur la Tojeiro, et Gregory abandonne sur la Lister.
Le 18 au Whitsun Trophy à Goodwood, Flockhart gagne la course sur la Tojeiro et Peter Blond accroche la 3e place sur la Lister.

L’Ecurie Ecosse se présente en Championnat du Monde des voitures de Sport aux 1000km du Nürburgring, le 7 Juin, Flockhart et Lawrence abandonnent sur la Tojeiro, tout comme Gregory et Ireland engagés sur l’étonnante Lister Jaguar « Monza » prévue pour Monzanopolis.

Le 21 Juin, aux 24h du Mans, deux voitures sont engagées. On ressort une Type D qui adopte le moteur 2.4L et qu’on confie à Ireland et Gregory, et la Tojeiro engagée pour Flockhart et Lawrence. Les deux moteurs vont avoir des problèmes et contraindre les voitures à l’abandon.

Le 18 Juillet à Aintree, lieu du Grand Prix de Grande Bretagne, Flockhart sur la Tojeiro et Blond sur la Lister abandonnent.

Au Tourist Trophy le 5 Septembre, on ressort la Type D, mais avec un moteur 3L. Flockhart et Bekaert prennent la 7e place dessus, la Tojeiro est pilotée par Gregory et une jeune pilote écossais du nom de Jim Clark, mais ils abandonnent.

C’est la dernière course de l’année pour l’Ecurie Ecosse. L’année 1959 a été particulièrement frustrante. La Type D a trop vécu, la Tojeiro est trop peu fiable et Bryan Lister stoppe son activité. En cause : la domination des nouvelles Cooper Monaco à moteur arrière.

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire