Modèles à la une : Ford Lotus Cortina

On a mis le temps pour en parler, mais après avoir vu les Ford Lotus Cortina en glisse dans la parabolique à Dijon Presnois lors du Grand Prix de l’Age d’Or était un moment fort de 2015. Du coup, avant d’en revoir, c’est l’occasion de se renseigner sur le modèle.

L’origine de la Ford Lotus Cortina

Certains la nomment Lotus Cortina, mais son nom complet est bien Ford Lotus Cortina. L’idée originale part du moteur. En 1961 Colin Chapman équipe ses autos d’un moteur Coventry Climax, un moteur de pompe à eau adapté à l’automobile. Bien que performant, ce moteur a un défaut pour Chapman : il est cher !

Il fait alors appel à Harry Mundy, un de des amis, qui a travaillé à la conception du moteur Coventry Climax pour transformer un moteur Ford Kent. Cette première étude fait passer le moteur de 997 cm³ à 1340 cm³, surtout, le moteur gagne un second arbre à came.
Mais en 1962, Ford lance une nouvelle version du moteur, le vilebrequin passe à 5 paliers et la cylindrée est de 1499 cm³ et va constituer la base de travail de Keith Duckworth (le Worth de Cosworth) pour donner un nouveau moteur, de 82.55 mm d’alésage, qui permet au moteur de cuber 1557 cm³ et de s’approcher d’une des limites de classe en course : les 1600.

Walter Hayes, de chez Ford, demande alors à Chapman d’équiper 1000 berlines Ford de ce nouveau moteur afin de l’homologuer pour le Groupe 2. Pour cela, on choisit la Cortina, dans sa version deux portes.
La voiture est remaniée pour devenir plus sportive. La chasse aux kilos est ouverte et de l’alliage est utilisé pour les ouvrants. Les carters de boîte et de pont sont également spécifiques. La rigidité est renforcée, et les trains roulants sont retravaillés, la suspension arrière à lames est remplacée par des combinés ressorts-amortisseurs. La batterie et quelques autres organes sont déplacés pour bouger le centre de gravité.

Le moteur est donc le 1600, accouplé à une boîte dont les rapports sont directement empruntés à la cousine Lotus Elan.
Les premières Ford Lotus Cortina sortent de production en 1963. Les premières voitures sont peu fiables, la rapidité de développement est flagrante et les autos souffrent, en particulier au niveau du pont arrière.

Niveau esthétique, elles adoptent toutes la même robe : un blanc à bandes vertes, sauf quelques exemplaires pour l’usine Ford dont les bandes sont rouges.

Débuts en course à l’automne 1963, vrais engagements pour 1964

Il faut attendre Septembre 1963 pour que les autos soient dûment homologuées, avec 1000 exemplaires construits. A la première course où elles s’engagent, à Outlon Park, les voitures font 3e et 4e derrière les Ford Galaxy et leurs gros moteurs V8, mais devant les Jaguar MkII, dominatrices jusqu’ici avec leurs moteurs 3.8L.
A Spa-Sofia-Lièrge, pour étrenner le moteur sur une course au long cours, Henry Taylor se classe 4e ! Le même Taylor associé à Melia gagne la coupe des Alpes.

Dès 1964 on apporte quelques changements aux autos. Les ouvrants en alliage deviennent des options, l’étagement est revu et les problèmes de jeunesse sont rectifiés.

Les autos seront engagées par trois structures : l’usine Ford, le Team Lotus et le Alan Mann Racing qui connaîtra la gloire avec les Ford GT40. Les épreuves seront partagées et on verra la voiture sur différents terrains. Le British Touring Car Championship, le fameux BTCC sera disputé par le Team Lotus. C’est le principal succès de cette année 1964 puisque le talentueux Jim Clark, fer de lance de Lotus en F1 va s’adjuger le titre après ses victoires à Outlon Park le 11 Avril, Cristal Palace le 18 Mai et de nouveau Outlon Park le 19 Septembre.

On verra aussi la Ford Lotus Cortina aux 12h de Sebring, 21e place de Clark / Parsons. Alan Mann Racing engagera la voiture avec succès partout en Europe, à Zolder en championnat d’Europe avec la victoire de Whitmore, les 6h de Brands Hatch avec le double Whitmore / Procter devant Taylor / Harper, aux courses de côte du mont Ventoux avec la victoire de Taylor, à Saint Ursanne et Timmelsjoch avec Whitmore, les 6h du Nürburgring avec la 2e place de Whitmore / Hegbourne et la 3e de Taylor / Harper, la course de Zandvoort avec la 3e place de Whitmore et la 4e de Ickx, la seconde place de Whitmore aux 4h de Budapest…
En parallèle Ford se charge de l’engagement de deux voitures au Tour de France automobile, Tyalo / Melia abandonnent mais Elford / Seigle-Morris se classent 11e.

En rallyes, les Ford Lotus Cortina se distinguent aussi : victoire et 3e place au Safari Rally Hughes et Armstrong, au rallye des Asturies pour Luis Huerta, aux Boucles de Spa (qui ont été remplacées par les boucles de Bastogne) et quelques autres podiums aux Rally du Pays de Galles, et aux RAC (deux rallyes différents) au rallye des Tulipes et en Suède.

La première année de course de la voiture est plus que réussie !

1965 : la Ford Lotus Cortina est championne d’Europe

L’année 1965 débute différemment, les premières courses de la Ford Lotus Cortina ne sont pas fructueuses, seule une 2e place en Suède est à noter avant début Juin. Là encore, ce sont les voitures du Alan Mann Racing qui vont le plus s’illustrer.
A la course de cote du Mont Ventoux, Whitmore gagne et Procter fait 3e. Aux 6h du Nürburgring l’équipage Whitmore Sears gagne, Taylor et Procter sont 8e, à Zolder, Whitmore gagne devant Procter, Ickx fait 4e sur la voiture de Ford Belgique.
En Août au Kanonloppet en Suède, Whitmore est 2e et Anders Josephson est 3e. Whitmore gagne ensuite au 500 Km de Snetterton et à la course de cote de St Ursanne. A Zandvoort, Whitmore est 2e et Procter est 3e.

A la fin de la saison, Whitmore est sacré Champion d’Europe des voitures de Tourisme, dans le groupe 2, la Mustang de Ickx lui faisant décrocher le titre toutes catégories.
En BTCC, les Mustang sont également devant, Jim Clark n’enlève « que » deux victoires à Goodwood et Outlon Park.

En rallyes, on compte de nouveaux succès, les deux rallyes du Pays de Galles 1965 sont remportées par des Ford Lotus Cortina pilotées par Bill Bengry et Roger Clark. Ce dernier gagnera aussi les rallyes d’Ecosse et de Londres.
Elford et Roger Clark prennent les 2e et 3e place du circuit d’Irlande, Presont accroche la 3e place du Safari Rally, et Henry Taylor est 3e du Canadian Shell Rally.

Le palmarès de la saison est une nouvelle fois bien remplie.

1966 : des victoires mais pas de titres

On commence les résultats à la course de Vienne-Aspern en Autriche le 17 Avril 1966, en Championnat d’Europe des voitures de Tourisme, par une victoire de Whitmore. Il gagne de nouveau à Zolder, devant Ickx pour le Team Lotus.
Whitmore gagne encore au Mont Ventoux, Lucien Bianchi engagé pour l’occasion termine 4e. Aux 6h du Nürburgring, les voitures abandonnent. Alan Moffat gagne à Bryar en Trans Am !
Le Longbacon Engineering engage Allen / Moores / Ralph aux 24h de Spa 1966 où ils terminent 10e. Aux 500km de Snetterton, Jackie Stewart prend la 4e place.
Début Septembre l’Austria Motor Journal engage une voiture pour Stumpf / Pust aux 6h de Brno en Tchécoslovaquie, et ils gagnent la course. Le même jour en ETCC à Zandvoort, Gardner est 3e devant Whitmore et Ickx.
Dernier succès européen, la course de cote d’Eigental en Suisse pour Whitmore. Pas de titre en ETCC, malgré ces succès.

En BTCC, les Ford dominent mais les Ford Lotus Cortina ne remportent que deux courses via Jim Clark à Brands Hatch et Outlon Park.

Dans les « autres » courses, on note les victoires de Gilbert Staepelaere au Tour de Belgique, au Rallye de Genève et aux 84h du Nürburgring / le Marathon de la Route où il fait équipe avec Jacky Ickx.

Dans les rallyes d’envergure internationale, les résultats sont là. Paul McLennan gagne au Canada, Roger Clark fait 3e. Bengt Söderström gagne à l’Accropole, Clark fait le doublé, et au RAC.
Quelques podiums notables : Preston est 2e au Safari, Melia et Boyd 2e et 3e du Circuit d’Irlande, Elford 2e au rallye des Tulipes, Söderström 2e au Vlatva rally et Clark est 2e de la coupe des Alpes.

L’année se termine sans aucun titre alors qu’on prépare une nouvelle voiture. La Ford Lotus Cortina MkII est en étude. Par contre, elle diffère énormément de la première auto. De l’avis du public, cette première a tous les bons côtés de Lotus et tous les mauvais de Ford.
La voiture est basée sur la nouvelle Cortina 2 portes. Les caisses ne sont plus envoyées chez Lotus, qui vient d’intégrer ses locaux d’Hethel, et l’assemblage de la Ford Lotus Cortina MkII est fait chez Ford, à Dagenham, aux côtés des voitures de série. Ceci est aussi dû à la nouvelle philosophie que l’on rapproche de la voiture de série. Seules les suspensions et le moteur sont alors modifiés.
Ce dernier gagne un filtre à air modifié qui permet de passer à 109 chevaux.

1967 : heureusement les rallyes rattrapent les circuits

La nouvelle voiture moins radicale est du coup moins sportive. Sur les circuits, la seule performance de l’année sera pour Alain Dex, 4e à Zolder. C’est maigre.

Heureusement la voiture assure en rallyes. Bengt Söderström gagne en Suède. Ce résultat combiné aux 3e places à Londres et en Grèce, lui permet de gagner le titre de champion d’Europe des rallyes en groupe 2.
Clark gagne le Canadian Shell Rally, Preston et Hughes prennent les 2e et 3e place du Safari Rally.

Gilbert Staepelaere assure une nouvelle fois d’autres victoires, au Tour de Belgique, Boucles de Spa et au Tour du Luxembourg.

Le reste de la carrière sera moins complet.
On notera quelques coups en 1968 sur circuit : victoire de Gardner à Aspern, et 2e place de Atwood à Zolder.
En rallye, si elle ne gagne rien en Europe, la Ford Lotus Cortina participera au titre de Champion d’Europe des Marques, et Peter Huth se classe 2e du Safari.

Les résultats ne seront plus là sur circuit, mais en rallyes, Staepelaere gagnera les 12h d’Ypres 1969, Robin Hillyar le Safari Rally la même année, et Chris Sclater se classera 2e du rallye du Pays de Galles.
Le dernier coup d’éclat dune Ford Lotus Cortina sera au rallye de Nouvelle Zélande 1971 où Bruce Hodgson gagne la course.

La Ford Lotus Cortina de nos jours

On en voit régulièrement en course, la raison est simple : c’est une voiture très adaptée aux courses de tourisme « moins de 2L » comme la catégorie U2TC.

Elle reste relativement abordable puisque elle peut s’engager dans de très nombreuses courses et rallyes de voitures anciennes, tout en coûtant 35.000 à 50.000 € pour les MkI et 30.000 et 45.000 e pour les MkII.

Vous aimez ? Partagez !

6 réflexions au sujet de « Modèles à la une : Ford Lotus Cortina »

  1. Ping : Silverstone Classic 2016, le bonheur servi sur 16 plateaux - News d'Anciennes

  2. Ping : Fin Janvier et Début Février 1968, les folles semaines de Vic Elford - News d'Anciennes

  3. Ping : AvD OGP 2016, au soleil dans l'enfer vert - News d'Anciennes

  4. Ping : Spa Six Hours 2016 : Une course à la tombée de la nuit - News d'Anciennes

Laisser un commentaire