Morceaux d’art du Samedi : Christophe Thurnherr

Les morceaux d’art du samedi nous ont permis d’apprécier nombre de support, et de style, mais pas encore celui-ci. En effet Christophe Thurnherr exerce un art très particulier : la marqueterie. On a pu le rencontrer lors de Retromobile.

Ce natif de Belfort s’est vite intéressé à cet art si particulier. La marqueterie consiste à composer un tableau, à partir d’une multitude d’essences de bois découpées avec une scie munie d’une lame très fine. Les pièces sont ensuite assemblées selon un schéma précis, puis collées une à une sur un support afin de créer l’image et le sujet final.

Passionné depuis l’enfance par les ports mécaniques il utilise les voitures de sport et les supercars comme modèles. Si ces compositions sont souvent orientées sur les voitures modernes, les anciennes s’invitent également sur ses compositions.

 

Christophe Thurnherr fait appel à des bois venus du monde entier et sa palette de teinte comprend 45 essences de bois. des 5 continents, sa palette de teintes compte 45 essences de bois précieux, mais aussi de l’os, du nacre, de la feuille d’or et quelques métaux. Afin de donner naissance à des jeux de profondeur, les marqueteries sont recouvertes d’un vernis multicouche.

 

Pour une oeuvre, il faut compter en moyenne 250 pièces, les plus spéciales montant à 2700 pièces, ce qui représente 7 mois de travail.

On avait déjà pu voir son travail lors de notre visite de la Collection Schlumpfon vous laisse découvrir ici quelques unes de ses œuvres, le reste est sur sont site internet, visible en cliquant ici.

Vous aimez ? Partagez !

Une réflexion au sujet de « Morceaux d’art du Samedi : Christophe Thurnherr »

  1. Un véritable artiste qui rejoint en miniature ce que faisaient et font toujours les charpentiers ébénistes pour certaines autos anciennes. J’ai vu la Talbot ex Baillon à Rétromobile et aussi cet artiste en marquetterie Chapeau !

Laisser un commentaire