Modèles à la une : les Gloires du Rallye : la Lancia Fulvia HF

On vous a parlé récemment de la Lancia Fulvia HF dans nos colonnes, en se concentrant sur les modèles de route, l’article est ici. En effet les modèles de rallye sont tellement importants pour l’histoire de la marque qu’on a préféré vous proposer un second article complet. En plus, quelques courses, hors rallye, car les Fulvia ont aussi fait du circuit.

1965 : mariage de HF et de la Lancia Fulvia

La Lancia Fulvia apparaît en version coupé en 1965, mais la même année, Lancia prend une décision qui va changer la vie de ce modèle.

Depuis quelques années, c’est le team HF Squadra Corse qui se charge de l’engagement en compétition des Lancia, avec souvent le support de l’usine. Avec l’arrivée de la Lancia Fulvia, la marque sait qu’elle a un coup à jouer et absorbe ce team privé pour en faire le département compétition d’usine et Lancia place Cesare Fiorio à la tête de cette nouvelle structure.

HF se met donc au travail sur la voiture et va créer sa version de la voiture : la Lancia Fulvia HF qui apparaît en fin d’année 1965. Le moteur est toujours le 1216 cm³, toujours d’actualité et légèrement modifié, pour le rendre encore plus sportif.
Les ouvrants sont en alliage d’aluminium, les pare-chocs passent à la trappe et les vitres sont remplacées par du plexiglas.

La nouvelle voiture est engagée au Tour de Corse en Novembre 1965 pour sa première compétition. Leo Cella et Sergio Gamenara amènent la voiture à une 8e place prometteuse.

1966 : premiers succès internationaux de la Lancia Fulvia HF

Pour homologuer les pièces, Lancia commence à commercialiser la Lancia Fulvia HF.

La saison de rallye commence entre le 14 Janvier et le 20 Janvier avec le rallye de Monté-Carlo qui compte pour le championnat d’Europe des rallyes, seule grande compétition internationale de l’époque. Les Flavia sont bien placées puisqu’elles sont 2e et 3e derrière une Citroën DS 21 mais Cella et Lombardini placent la Lancia Fulvia HF à la 5e place, derrière une autre Citroën.

Aucune voiture ne se déplace en Suède, mais la troisième manche c’est le Rallye des Fleurs, connu aussi sous son nom « géographique » du rallye de San Remo, en Italie. Leo Cella et Luciano Lombardi gagnent le rallye, Ove Andersson et Rolf Dahlgren prennent une belle 3e place. La Lancia Fulvia HF a déjà ouvert son palmarès.

Le 8 Mai, les Lancia Fulvia s’engagent sur une course du Championnat du Monde des voitures de sport sur circuit. Mais comme le circuit en question se nomme Targa Florio, et qu’il est très typé rallye, les voitures s’en sortent bien. Cella-Marzi arrivent 11e et premiers de leur catégorie, GT de 1.3 (taillé pour elle), Maglioli-Crosina sont 24e et deuxième de catégorie, les 4 autres voitures sont 32e à 35e.

Il faut attendre la fin mai pour revoir une voiture en championnat d’Europe. Andersson et Dahlgren prennent la 4e place au rallye de l’Acropole.
A la Coupe des Alpes en Septembre, les trois voitures de Munari, Andersson et Trautmann abandonnent.

Au Rallye Munich – Vienne – Budapest en Octobre, Cella et Lombardini prennent une belle seconde place.
Cella, cette fois copiloté par Sager, abandonne au RAC, Andersson, copiloté par Davenport arrive à la 7e place.

En parallèle, la saison nationale de Cella est un succès. Il remporte le championnat d’Italie des Rallyes au volant de la voiture.

1967 : passage à la Lancia Fulvia 1.3 HF

Pendant que la version de base de la voiture reçoit le 1231 cm³, HF propose un nouveau moteur sur la Lancia Fulvia HF. Elle devient la 1.3 HF car la cylindrée passe à 1298 cm³, l’inclinaison entre les blocs passe de 12° à 13°, la distribution est revue, la compression également, on change les carburateurs pour arriver à une puissance de 101 cv, 13 de plus que le précédent moteur.

C’est une véritable armada de Lancia Fulvia HF qui participe au rallye de Monté Carlo. Deux voitures abandonnent, Toivonen et Luselius, quatre sont au delà de la 10e place, Gatti 11e, Zasada 17e, Genta 30e et Miracolo 68e, mais devant les résultats sont là.
Andersson et Davenport sont 2e, Cella et Lombardini sont 4e et Munari-Harris se classent 5e !

En Suède, début février, Cella abandonne et Toivonen – Ahava sont 6e.
Au San Remo, l’armada Lancia est battue par une Mini et une R8 Gordini, Andersson – Davenport sont 3e, Elford – Stone sont 5e, Cella – Lombardini sont 7e, Bisulli – Andreucci 8e quand Munari abandonne.

Au Rallye Lyon-Charbonnières-Stuttgart, Trautmann est le seul classé avec une 7e place.

Début Avril, on découvre les Lancia Fulvia sur un terrain où on ne les attend pas, en endurance. Aux 12h de Sebring, une Lancia Fulvia Zagato est engagée et confiée à Munari / Maglioli / Cella. Elle termine à une belle 14e place, 6e de sa catégorie.

Le 14 Mai, les Fulvia sont au départ de la Targa Florio, Girardini / Filippi s’y classent 8e et premier de classe, Maglioli / Crosina 12e et 2e de classe, Lisitano / Rigano 15e et 3e de classe, « Amphicar » / Garofalo 16e et 4e de classe.

On retrouve une Lancia Fulvia HF au rallye de l’Acropole où Andersson-Davenport prennent une nouvelle 2e place. Cella-Barbasio sont 13e.
Au rallye de Genève mi-Juin, Munari-Harris sont 2e.
Au rallye de Pologne, les trois voitures de Andersson, Cella et Genta abandonnent.

Au rallye de Finlande, les 1000 lasc, Toivonen – Salonen arrivent 7e. A la Coupe des Alpes, Trautmann abandonne.
Au rallye d’Espagne, c’est le succès, Andersson et Davenport l’emportent devant Munari-Lombardini. Les espagnols de Bagration et Barcenas se classent même 7e.

Au final, c’est une belle saison puisque Munari et Lombardini sont sacrés champions en Italie.

La Lancia Fulvia HF atteint ses limites en 1968

Pour 1968, un Championnat Européen des Marques est lancé, en décalé du championnat pilote. Ce dernier comptera 7 courses, le championnat constructeur en comptera 10. Ce championnat commence en Suède, sans Lancia Fulvia.

La première course de l’année du calendrier « simple », l’European Rally Championship, le Rallye de Monté Carlo est une nouvelle fois lieu d’un débarquement de Fulvia. Néanmoins les Porsche 911 et les Mini sont devant, la première Fulvia n’est que 6e avec Andersson-Davenport, Cella-Paganelli sont 8e, quatre autres voitures sont classées entre la 10e et la 15e place, une autre est plus loin et Munari abandonne.

Début Février, on retrouve des Fulvia sur circuit, aux 24h de Daytona, où deux voitures sont confiées à l’importateur local, Algar Enterprises. Une Zagato est confiée à Maglioli / Andersson / Baghetti et une Fulvia HF plus classique est confiée à Facetti / Baghetti / Andersson. Mais les deux voitures abandonnent.

Au San Remo en CEM, première belle performance d’une femme, Pat Moss-Carlsson associée à Elisabeth Nyström qui prennent une belle 2e place, Källström-Häggbom sont 4e, Barbasio-Merlano, Cavallari-Salvay et Larsson-Sager font un tir groupé de la 7e à la 9e place.

La saison circuit n’est pas finie puisque la Lancia Fulvia HF est une nouvelle fois sortie en course américaine, aux 12h de Sebring. Pinto / Taramazzo / Maglioli sont loin de la Ford GT40 mais figurent très bien, avec une nouvelle 14e place, sauf que cette fois elle est synonyme de victoire en catégorie prototype 2L ! La Zagato de Maglioli / Everett / Andersson abandonne.

Début mai c’est la Targa Florio. Lancia y vient avec des Fulvia HF, mais aussi des Zagato. Munari / Pinto se classent 11e au volant d’une Zagato, mais seulement 7e de classe, par contre la 1300 engagée par le Joly Club pour Giacomini / Barbasio gagne la catégorie GT 1.3.

On revoit les Fulvia en Autriche à la mi Mai, en CEM, Mikkola-Järvi y prennent la 2e place sur une Fulvia « simple », Paganelli-Manucci la 5e sur une Lancia Fulvia HF.

Au rallye de l’Acropole, en ERC fin Mai, on ne récolte pas les succès des années précédentes, Källström-Häggbom sont 6e, Ballistrieri-Stone 7e et Moss-Carlsson-Nyström sont 8e.

Début Juillet en CEM au rallye de Tchécoslovaquie, désillusion pour le clan Lancia puisque la HF et les deux 1300 S abandonnent.

Le 20 Juillet, au Rallye du Danube en ERC, Dietmayer-Hahn signe une belle troisième place.

Il faut attendre mi-Octobre pour revoir une Fulvia, au rallye RACE d’Espagne comptant pour la CEM, Pinto et Manucci prennent une 4e place.

Les meilleurs pilotes Lancia sont réunis au RAC avec quatre voitures, Aaltonen-Liddon, Mikkola-Ahava, Moss-Carlsson-Nyström et Källström-Häggbom, mais aucune ne voit l’arrivée du rallye.

L’année 1968 n’est pas toute noire, mais c’est surtout dans les championnats nationaux que la voiture s’est illustrée. En France, les Trautmann mari et Femmes ont remportée quelques courses, et en Italie, ce sont Arnaldo Cavallari et Dante Salvay qui gagnent le titre de champion.

Néanmoins la voiture a clairement montrée ses limites, la concurrence est passée devant sur des terrains où la voiture avait gagné les années précédentes.

La Lancia Fulvia HF passe au 1600 en 1969

C’est LA nouveauté de 1969, la Lancia Fulvia HF devient la « Fanalone ». On allège encore plus mais le changement principal se passe sous le capot. On modifie en profondeur le moteur 1300 pour le passer en 1600, 1584 cm³ exactement. La puissance de 101 cv sur le 1300 monte à 116 cv, en version stradale. Les version compétition montent même jusque 160 cv. La boîte passe elle à 5 vitesses. Sur la face avant, on reconnaît la voiture grâce à ses deux « gros » phares intérieurs.

La voiture ne peut cependant pas être engagée en première partie de saison, l’homologation FIA n’arrive en effet qu’en Août !

En 1969, le calendrier est une nouvelle fois scindé en deux. La première manche est le Monté Carlo, qui compte cette année pour le Championnat des Marques. Les Lancia Fulvia HF 1300 sont présentes et Moss-Carlsson-Nyström se classent 6e, Ballestrieri-Audetto 13e et les autres voitures au delà de la 20e place, voire abandonnent.

Suit le rallye de suède en ERC. Källström-Häggbom sont les premiers à y signer un résultat en Fulvia avec une 6e place.

Le 2 février, les Lancia sont une nouvelle fois engagées aux 24h de Daytona, Maglioli / Pinto sont 11e, Hollander / Clark / Marsula ne sont pas classés, Grant / Oest / Batchin sur une voiture privée abandonnent.

Au San Remo, les voitures sont impériales, Källström-Häggbom remportent le rallye devant Aaltonen-Liddon et Barbasio-Mannucci. Le triplé des voitures officielles est complété par la 6e place de l’équipage Cavallari-Salvay.

Aux 12h de Sebring, la Lancia Fulvia Sport Zagato de Maglioli / Pinto se classe 18e, et 4e de sa catégorie. En plus, Lancia engage une Lancia Fulvia 1.6 HF, pas homologuée en rallye mais qui peut courir sur circuit, elle s’y classe 27e avec Ireland / Tillson / Hanna.

Aucune voiture ne va aux Pays-Bas mais on retrouve mi-Mai Källström-Häggbom à la deuxième place du rallye d’Autriche, une semaine plus tard, aucune voiture n’est en Grèce.

Mais en 1969, il y avait une autre Lancia Fulvia en compétition, la Barchetta F&M des noms de Fiorio et Maglioli les deux concepteurs. La voiture est plus courte, n’a plus de partie haute, plus de pare brise, plus de portières, bref, c’est un vrai petit prototype. Elle ne courra qu’en endurance, les prototypes ne faisant pas de rallye.
Elle va faire une belle 9e place à la Targa Florio avec Aaltonen et Munari, la voiture n’y est pas seule, Fall / Ruiz-Gimenez se classent 18e et Restivo / Merendino sur des Zagato qui font le doublé en GT 1.3.

Toujours en endurance, sur la barquette, aux 1000 km du Nürburgring, Aaltonen et Munari se classent 27e, Maglioli et Pinto sont 31e. Une Fulvia Zagato termine 35e.

Début Juillet Källström-Häggbom sotn de nouveau 2e en Tchécoslovaquie et ils prennent la 3e place en Pologne deux semaines plus tard.

Aucune voiture n’est en Finlande aux 1000 lacs en CEM en Août mais on les retrouve sur la Coupe des Alpes en Septembre. Les Trautmann sont 4e devant Källström-Häggbom, 5e, tout cela derrière une armada d’Alpine A110.

Fin Août on retrouve les Lancia Fulvia au Marathon de la Route, les 84h du Nürburgring. Lancia ne fait pas le déplacement pour rien Harry Källström, Sergio Barbasio et Tony Fall gagnent la course.

Aucune voiture ne prend part aux deux dernières courses de la Coupe Européenne des Marques.
On retrouve cependant une belle armada des Lancia Fulvia au rallye d’Espagne, avec en particulier les nouvelles 1600, enfin !
La voiture est bien née, Källström-Häggbom gagnent le rallye, Pinto-Bernacchini se classent troisième, tous deux avec des 1600 , Rui-Giménez et Segovia sont 4e sur une 1300, Lencina-Caballero sont 7e.

L’équipage Suédois va réitérer sa performance au RAC en fin de saison, ils l’emportent et Fall-Liddon sur une 1300 montent sur la troisième marche du podium.

Avec cette fin de saison en fanfare, Harry Källström est sacré Champion d’Europe des Rallyes, le premier grand titre pour Lancia.
En plus, comme à son habitude, la marque gagne le championnat d’Italie via Sandro Munari.

1970 : Naissance du Championnat International des Marques

Après l’échelon européen, le rallye devient mondial. En 1970, est créé le Championnat International des Marques. Il regroupe 7 des rallyes les plus reconnus, mais il n’a pas le monopole, le championnat d’europe continue avec encore plus de rallyes !

La première épreuve de l’année est le traditionnel Rallye de Monté Carlo. Källström abandonne mais les autres Lancia sont moins performantes. Ballestrieri-Audetto sont 6e, Barbasio-Manucci sont 8e et Pianta-Paleari sont 10e, tous sur des 1600.

Au Rallye de Suède, deux abandons. Il faut de nouveau attendre le San Remo pour voir les Lancia Fulvia HF 1600 performantes, la paire Källström-Häggbom s’y classent 2e, Pianta-Kuster sont 5e.

Le championnat d’Europe reprend ses droits à la mi-Mars avec le rallye Lyon-Charbonnières-Stuttgart-Solitude mais les Lancia ne sont pas engagées officiellement lors des 3 premiers rallyes.

En championnat international, la première, et seule, épreuve hors Europe du Calendrier 1970 se déroule à la fin Mars, l’East African Safari, au Kenya, où les locaux, souvent sur Peugeot ou Datsun dominent. Lancia ne s’y présente même pas !

Début Mai, Lancia participe à la Targa Florio, sans la barquette mais avec des voitures plus classiques. Munari / Maglioli prennent une belle 9e place, premier de la classe GT 1.6, Restivo / Merendino sont 18e et 2e de classe,  Arcovito / Rizzo sont 21e et deuxième de leur classe, avec une 1300.
Le week-end suivant Lancia est sur deux fronts. Au rallye des Tulipes aux Pays Bas en Championnat d’Europe, Barbasio-Manucci se classent 2e, et au rallye d’Autriche, au Championnat International, Källström-Häggbom ne font pas mieux que 9e.

Même chose à la fin du mois, cette fois Barbasio-Manucci sont en Autriche, et s’y classent 8e tandis que trois Lancia Fulvia sont en Grèce mais aucune ne voit l’arrivée.

La semaine suivante, Källström-Häggbom sont au départ du rallye d’Ecosse pour le Championnat d’Europe mais ne font pas mieux que 20e.
Au rallye de Genève mi-Juin Barbasio-Manucci terminent 5e. Début Juillet eu Tchécoslovaquie, Källström-Häggbom prennent une 2e place à 7/100e de seconde seulement !
En Pologne quelques jours plus tard Sundberg-Jonsson arrivent 7e, et une semaine plus tard, au rallye des 1000 Lacs, c’est la paire Lampinen-Davenport qui brille par une belle troisième place.

Au rallye San Martino di Castrozza en Italie, entre fin Août et début Septembre, c’est le triplé Lancia, Källström-Häggbom devant Barbasio-Manucci et Cavallari-Salavay, tous sur 1600.

Le Tour de France automobile fait partie du Championnat d’Europe des Rallyes cette année là, mais aucune Lancia n’y prend part, les Matra MS650 sont de toute façon imbattables.
Aucune voiture au départ du Munich-Vienne-Budapest, mais on les retrouve au rallye Internacional du Portugal, Lampinen-Davenport gagnent l’épreuve sur leur Lancia Fulvia 1.6 HF juste devant Munari-Bernacchini.
Au Rallye dell’Isola d’Elba en Italie, les Fiat 124 et 125 dominent. Au Rallye der 1000 Minuten, encore en Autriche, victoire de Lampinen-Manucci.

Le rallye d’Espagne sera moins glorieux que les années passées, la première Lancia est 4e via la paire Pinto-Sodano, les Alpine sont au dessus. C’est la même chose au Tour de Corse où aucune Lancia officielle n’est présente.

Le Championnat International des Marques reprend ses droits au RAC en Angleterre. Källström-Häggbom se rappellent au bon souvenir de tous et s’adjugent la victoire quand Lampinen-Davenport abandonnent.

La dernière course de la saison de rallye est en Belgique, en championnat d’Europe, Ballestrieri-Audetto prennent la 4e place, Barbasio-Manucci sont 6e.

Aucun titre cette année là, Lancia est troisième du Championnat International derrière Porsche et Alpine, Barbasio est loin au championnat d’Europe, et une fois n’est pas coutume, c’est une Fiat 124 Sport Spider emmenée par Paganelli qui est championne d’Italie !

1971 : du mieux au niveau du palmarès

Le championnat International des Marques 1971 débute une nouvelle fois au rallye Monté Carlo. Les Alpine A110 sont au dessus et la première Lancia Fulvia 1.6 HF à l’arrivée n’est que 6e avec Lampinen et Davenport.
Le second rallye International est le rallye de Suède à la mi-Février, la paire n°1 de Lancia Källström-Häggbom y brille avec une belle troisième place.

A la mi-Mars, les Lancia Fulvia répondent présent au rallye San Remo, et si c’est l’Alpine d’Andersson qui gagne, Ballestrieri-Bernacchini sont 2e, juste devant Barbasio-Sodano, Cavallari-Simono prennent une belle 11e place.

Tout début Avril, les Lancia Fulvia HF font leur rentrée en championnat d’Europe des rallyes, à la quatrième manche, en Italie au rallye dell’Isola d’Elba. Si neuf voitures sont dans les 20 premiers, Bossetti-Tiziano premiers de l’armada ne sont que 5e.

Quelques jours plus tard, Lancia fait une nouvelle fois l’impasse sur le Safari rallye comptant pour le championnat international. Le terrain cassant est tellement particulier qu’il faudrait une voiture trop spéciale pour y tenter une performance.
Fin avril, au Maroc, les Lancia Fulvia sont encore absentes, là aussi on trouve des autos que l’on ne voit pas sur d’autres manches du championnat international, la victoire revient à une Citroën SM !

Tout début Mai, les voitures font leur retour en compétition au championnat d’Europe, au rallye Internationale Semperit en Autriche, où Munari et Manucci mènent leur voiture à la victoire.
Quelques jours plus tard, toujours en Autriche à l’Alpenfahrt, en championnat international les deux voitures abandonnent.

A la mi-mai, direction la Sicile pour la Targa Florio. Bologna / Spatafora sont 12e et second de leur catégorie GT 1.6, Restivo / Merendino sont 18e mais premiers en 1300.
A l’Acropole à la fin du mois, les Lancia sont encore dominées par les Alpine mais le duo Lampinen-Davenport prend la troisième place.

En championnat d’Europe, les Lancia font l’impasse sur les rallyes d’Ecosse, de Genève, de Tchécoslovaquie, de Roumanie et des 1000 Lacs.
On ne les retrouve qu’au rallye Rally San Martino di Castrozza fin Août, en Italie forcément, et là on a un quadruplé avec dans l’ordre, Munari-Mannucci, Barbasio-Sodano, Ballestrieri-Bernacchini et Källström-Häggbom.
Au Tour de France on ne les voit pas aux premiers rôles, mais au rallye du Portugal début Octobre, Lampinen-Davenport sont 2e.

Au rallye des 1000 minutes en Autriche mi-Octobre, Munari et Mannucci l’emportent et ils prennent la 6e place en Espagne un peu plus tard. Les voitures font l’impasse sur le rallye de Belgique, mais cela n’empêche pas Sandro Munari de prendre la 2e place du Championnat d’Europe.

La saison se termine au RAC en Angleterre et Lampinen-Davenport prennent la 6e place, Källström-Häggbom la 8e et Munari-Mannucci sont 9e.

Avec le même nombre de points qu’en 1970, la marque ne parvient à accrocher qu’une 4e place au classement, derrière Alpine, Saab et Porsche.

Une nouvelle fois, la marque se rattrape sur le championnat italien remporté par Barbasio.

1972 : la consécration pour Lancia

La saison commence fort pour les Lancia Fulvia HF, Munari-Manucci remportent le rallye, Lampinen et Andreasson sont 4e, Barbasio et Sodano 6e.
Au rallye de Suède fin février, Källström-Häggbom prennent la troisième place.

En championnat d’Europe, les Lancia font leur rentrée sur l’asphalte du rallye Firestone en Espagne, à la mi-Mars, où Barbasio-Bernacchini finissent 3e.
Début avril au Rally dell’Isola d’Elba c’est une Fiat 124 Abarth Rally qui gagne, Barbasio-Bernacchini arrivent second et Källström-Häggbom troisièmes.

Les voitures font l’impasse sur la troisième manche du championnat International, le Safari Rally mais on les retrouve cette fois au rallye du Maroc, avec cette fois une victoire pour Lampinen-Andreasson.

A la Targa Florio, les Lancia ne sont pas impériales, mais Rosolia / de Bartoli sont 23e et premiers en 1300.
A l’Acropole fin Mai, Lampinen et Reinicke sont second.

Début Juin, au rallye Semperit en Autriche, Ballestrieri-Bernacchini sont second, Barbasio-Sodano arrivent 5e et Pelganta-Maiga sont 7e.
Les Lancia font par contre l’impasse sur les manches suivantes du championnat d’Europe, et on ne les retrouve que fin Août en Italie, au rallye San Martino di Castrozza où Munari-Mannucci l’emportent.

Quelques jours plus tard le championnat international reprend ses marques au rallye d’Autriche mais les autos abandonnent toutes.
En championnat d’Europe, comme à leur habitude les autos ne brillent pas sur le Tour de France et aucune n’est au rallye de Saxe ni aux 4 rallyes suivants qui terminent la saison européenne.

Sur leur rallye national les voitures signent un doublé devant les cousins de Fiat, Ballestrieri-Bernacchini gagnent devant Barbasio-Sodano.
Le championnat se déplace pour la première fois outre-atlantique, au rallye Press On Regardless aux Etats-Unis mais les Lancia y figurent très mal.
On les revoit début décembre au boueux rallye gallois du RAC, Källström-Häggbom y figurent bien, comme à leur habitude et finissent 4e, juste devant Lampinen-Andreasson.

Avec trois victoires, Lancia obtient le Graal, le titre de Champion International des Marques 1973.
En championnat d’Europe les résultats n’y sont pas, mais une nouvelle fois, le championnat d’Italie revient à Lancia, avec Amilcare Ballestrieri aux commandes.

1973 : Naissance du championnat du Monde

Sous l’égide de la FIA, le Championnat du Monde des rallyes est créé en remplacement du Championnat International des Marques. Malgré tout cette première mouture n’a pas de classement pilote et seules les marques se battent pour un titre.
Contre Lancia, on trouve les adversaires habituels, eux aussi rodés, Alpine, Ford et ses Escorts, mais aussi Saab, Datsun ou Toyota. Les Lancia arrivent confiante puisque « tenantes du titre ».

La saison commence au traditionnel rallye Monté Carlo, où les Alpine sont toutes proches de signées un quintuplé, Mikkola calant sa Ford à la 4e place. Källström est encore le meilleur des Lancia, associé cette année à Billstam, ils ne prennent « que » la 8e place.

Lancia n’a pas abandonné le championnat d’Europe, moins populaire forcément, que la marque commence le 10 Février en Espagne. L’équipage Munari-Manucci l’emporte.
Quelques jours plus tard le championnat du monde est en Suède où la paire Källström-Billstam prend une 4e place, derrière les Saab et une Alpine, encore.

A la Mi-Mars, Lancia fait l’impasse sur le rallye du Portugal en championnat du monde et sur le Stuttgart-Lyon-Charbonnières-Solitude en europe.

Début Avril, au rallye d’Espagne en Championnat d’Europe, Munari-Manucci s’offre une seconde victoire. Au milieu du mois, Källström se classe 2e du Safari, mais sur une Datson, Lancia faisant une nouvelle fois l’impasse.
Mi-Avril au Rally dell’Isola d’Elba, pour le championnat d’europe, les Fiat 124 et les Lancia se font battre par une Coccinelle. La première Lancia, emmenée par Dall’Ava-Maiga est 4e, Munari-Manucci ne sont que 7e. Le constructeur fait ensuite l’impasse sur l’Irlande et les Pays-Bas.

A la mi-Mai le championnat du Monde est au Maroc, mais sans Lancia, pourtant tenant du titre, idem en fin de mois en Grèce.

Il faut attendre la fin-juin pour revoir une Lancia bien figurer, en championnat d’Europe, après 5 course d’absence, Lampinen-Sodano terminent second du rallye de Bulgarie.
Au rallye suivant en Tchécoslovaquie, c’est Munari-Manucci qui prennent une belle 2e place.

A la mi-Juillet, c’est en Pologne que Lancia ne se rend pas pour le championnat du monde.
A la fin du mois au rallye du Danube en Roumanie, Barbasio-Macaluso terminent second en championnat d’Europe.

Toujours pas de Lancia début Août aux 1000 Lacs et on les retrouve à la fin du mois au Rally San Martino di Castrozza comptant pour le championnat d’Europe. Munari-Manucci gagnent la course, Pregliasco-Garzoglio sont 4e.

Pas de Lancia au rallye d’Autriche mi-Septembre, mais les voitures sont sur le Tour de France en championnat du Monde où Munari-Manucci gagnent l’épreuve, pour la première vraie performance d’une Lancia sur ces routes !

A la mi-Octobre au rallye San Remo, pour le championnat du Monde, Lancia répond présent. Encore une fois les voitures vont être surclassées, par les Alpine, mais aussi par les cousins de Fiat. Maura-Angelo pilotent la première des Lancia Fulvia HF à l’arrivée, en 7e position devant Lampinent-Sodano, 8e et Bruno-Giorgio, 10e.

On ne revoit les Lancia en course qu’au RAC, où le seul Ballestrieri abandonne. Les voitures ne permettent à Lancia que d’accrocher une 13e place au championnat, mais avec très peu d’épreuves courues.

Heureusement, Munari est sacré champion d’Europe des rallyes, tandis que Ballestrieri est champion d’Italie.

Clap de fin en 1974

1974 commence avec un goût bizarre pour les pro-Fulvia. La voitures est prête à être engagée sur les premières courses de la saison, pour la simple et bonne raison que Lancia n’a pas terminé la nouvelle Lancia Stratos.

En 1974, pas de rallye de Monté Carlo ! La saison de la Fulvia débute au rallye de San Marino,  en championnat d’Europe, début Mars avec la 6e place de Ferraris-Cianci.
Le Championnat du Monde débute lui au rallye du Portugal du 20 au 23 Mars mais Lancia ne se déplace pas.

Pour une fois, Lancia va jusqu’au Kenya pour le rallye Safari, où Sandro Munari copiloté par Lofty Drews, un kenyan, prennent la troisième place. Pourtant Mehat Shekhar, vainqueur sortant est embauché pour conduire une Lancia Fulvia HF, mais il abandonne.

La Lancia Stratos arrive au rallye San Remo. Pourtant la Fulvia courre aussi, Mido-Carlo arrivent 6e du rallye remporté par la Stratos de Munari, et Renzo-Valention arrivent 7e.

La Lancia Fulvia a vécu, NEUF saisons au total (!) et ne sera plus utilisée par l’usine. La Stratos va la remplacer avec succès. En plus, même le championnat d’Italie lui échappe, c’est la Fiat 124 Abarth Rally qui commence alors son règne.

Une belle carrière pour cette voiture dans tous les cas, née un peu trop tôt pour être championne du monde.

Photos : Ambroise Brosselin, http://rallyemontecarlo1972.unblog.fr/, REVS Standford, Eric Della Faille,

Vous aimez ? Partagez !