Catalogue de la vente Artcurial de Retromobile, partie 1

Décidément, beaucoup de catalogues de ventes aux enchères ces derniers temps. En même temps les ventes de Scottsdale et de Paris approchent… Au tour d’une, ou deux des plus attendues : les ventes Artcurial de Retromobile.

L’an dernier déjà, Artcurial avait innové en présentant deux ventes distinctes quand Bonhams et RM Auctions n’en avaient proposé qu’une. La première était la classique vente de centaines de superbes engins, résultats complets à lire ici, la seconde avait été la fameuse collection Baillon, résultats à lire ici, avec en prime la seconde plus grosse vente de 2015.

Cette année encore la maison parisienne proposera deux ventes, la première classique dont on a déjà parlé, et la seconde qu’on vous révélait il y a deux mois, la vente de la collection de Citroën d’André Trigano. Les catalogues sont clôturés, l’occasion de faire un point sur les catalogues Artcurial de Retromobile, on commence avec la vente « classique ».

Des millions en vente lors de la vente Artcurial de Retromobile

Cette vente est la traditionnelle vente qu’on retrouve depuis des années à la Porte de Versailles. Cette partie sera la première à être vendue, le Vendredi 5 Février à partir de 15h.

La plus chère de la vente est bien entendue la Ferrari 335 S qui a été notamment confiée aux pilotes Hawthorn, Von trips ou Musso lors des courses d’endurance de 1957. Elle est estimée entre 28 et 32 millions d’euros et devrait représenter le record de la maison Artcurial. Pour plus d’infos, on en a fait un article complet à lire ici.

On trouvera derrière elle dans la liste des estimations, c’est une autre Ferrari, une 250 GT Berlinetta qu’Artcurial avait déjà teasé, et dont on sait qu’elles est dans un superbe état, matchnig numbers, qu’elle est la dernière produite et qu’elle a fait partie d’une superbe collection suisse ce qui explique en partie son prix estimé entre 9 et 12 millions d’euros.

La troisième estimation est encore une Ferrari 250 GT cabriolet Pininfarina Série 2 qui a la particularité d’être équipée d’un hard-top inox, d’usine, ce qui en fait une voiture unique. La voiture fut celle du Prince Moulay Abdallah, frère de Hassan II, le roi du Maroc avant d’arriver en France où elle fut la propriété de plusieurs spécialistes de Ferrari. Elle est estimée entre 1.4 et 1.8 million d’euros.

L’estimation suivante est une autre italienne, une Alfa Romeo 6C 1750 Super Sport de 1929 avec un moteur à deux arbres à cames et compresseur. Elle est arrivée en Angleterre et a été équipée d’une carrosserie Carlton Carriage avant d’être vendue à JD Benjafield qui l’engagea en course dans diverses courses avec de belles places d’honneur à la clé. La voiture connut ensuite plusieurs propriétaires jusqu’à sa dernière restauration qui la laisse dans un superbe état. Son estimation est située entre 1.35 et 1.55 million d’euros.

On trouve ensuite une Aston-Martin DB4 Convertible Serie 5, une superbe voiture, l’une des 19 construites en conduite à gauche avec une combinaison d’équipements unique. Dans un état parfait elle sort d’une très grosse collection française et sera certainement vendue entre 1.25 et 1.5 million d’euros.

La suivante est une nouvelle italienne, une Lamborghini Countach LP400 d’origine américaine et présentée avec son moteur d’origine. La voitures est la 55e produite et elle est proposée avec une estimation allant de 1.2 à 1.5 million d’euros.

Une supercar allemande pour continuer, une Porsche 959 de 1988. Son premier propriétaire fut André Malherbe, plusieurs fois champion du monde de motocross. Hélas entre la commande de la voiture en 1986 et sa réception en 1988 il était devenu tétraplégique suite à une chute sur le Dakar. Un de ses amis Suisse, grand collectionneur récupéra la voiture et la propose à la vente pour une estimation entre 1.2 et 1.4 million d’euros.

Une autre Lamborghini sera proposée, une belle Miura S de 1970. La voiture a le même propriétaire depuis 1980 et elle sera proposée entre 900.000 et 1.1 million d’euros.

On découvre ensuite une trio assez inédit, trois Bugatti ayant appartenu à Gildo Pastor (aussi connu pour sa reprise de Venturi). La première est une EB110 « classique » qui fut simplement préparée pour battre le record du monde d’une voiture de série sur la glace avec 296 km/h relevés.
La seconde est une EB110 de compétition qui fut préparée par la team que Gildo Pastor avait monté pour le championnat IMSA où elle se révéla très performante, au point de viser les 24h du Mans 1994. Malheureusement Patrick Tambay endommagea la voiture qui ne prit pas part à la course.
La troisième est une commande spéciale de Pastor qui ne fut réalisée qu’à deux exemplaires, une EB112, la berline construite sur la base de la très performante EB 110.
Les deux EB 110 sont annoncées entre 800.000 € et 1.2 million d’euros, l’EB 112 n’a pas révélé son estimation.

D’autres magnifiques autos dans la vente Artcurial de Retromobile

Il n’y a pas besoin d’avoir un prix dépassant le million d’euros pour être une superbe auto. On en trouve beaucoup dans cette vente, en voici certaines :

Trois Ferrari Testarossa dont l’unique cabriolet fabriqué pour des prix entre 130.0000 et 900.000 € !
Une Bentley 6.5L Tourer de 1926 Carrossée par Vanden Plas estimée entre 825.000 et 950.000 €.
Une ASA 1000 GT, étudiée par Ferrari au début des années 60, très rare, trois en France et estimée entre 100.000 et 130.000 €.
L’unique Vega 54 Prototype  »V », première Facel Vega produite, longtemps propriété de Jean Daninos, entre 350.000 et 550.000 €.
Une Lancia Flaminia Sport Zagato 2800 tout juste sortie de grange proposée entre 200.000 et 250.000 €.

L’unique Alpine A310 « Poisson Dieppois » qui participa aux 24h du Mans 1977 et 1978, estimée entre 200.000 et 300.000 €.
Une Ligier JS2 réplique du modèle de compétition de 1973, estimée entre 100.000 et 150.000 €.
Une Lancia Stratos Stradale de 1976 estimée entre 350.000 et 450.000 €.
Une Bucciali de 2012 basée sur une Cord L29 de 1931, unique au monde, prix entre 500.000 et 700.000 €.
Une Talbot Lago Sport 2500, un des 54 exemplaires produits, estimation entre 280.000 et 340.000 €.
Une Renault Viva Grand Sport Cabriolet 3 places de 1936 estimée entre 90.000 et 120.000 €.
L’unique Stanguellini 1100 coupé Motto de 1947 estimée entre 220.000 et 280.000 €.
Une des rares 24 Lancia Hyena, estimée entre 220.000 et 260.000 €.
Une belle Talbot Lago T26 Record Sport carrossée par Dubos, estimée entre 240.000 et 320.000 €.

Le reste du catalogue est à voir en suivant ce lien.

 

 

Photos : Artcurial

Vous aimez ? Partagez !

5 réflexions au sujet de « Catalogue de la vente Artcurial de Retromobile, partie 1 »

  1. Juste pour corriger la coquille concernant le nom du possesseur de la 1ère Facel Vega : son célèbre propriétaire était Jean Daninos, créateur de la marque et touche à tout de génie 🙂

  2. Ping : Vente Artcurial de Retromobile : la Collection Trigano et autres Citroën - News d'Anciennes

  3. Ping : Salon Retromobile live : deuxième jour - News d'Anciennes

Laisser un commentaire