Modèles à la une : Alpine A441

Après une longue pause dans ses engagements au Mans, Alpine est revenue à l’endurance avec un prototype, l’A440 dont on vous parlait dans notre précédent article. L’A441 en prend la suite en 1974.

L’Alpine A440 était une voiture destinée à marquer le retour d’Alpine en endurance par le Championnat d’Europe des Sports 2 Litres. La voiture a couru en 1973 et à la fin de la saison, André de Cortanze, désormais ingénieur et plus pilote dessine l’A441.

L’Alpine A441, évolution en profondeur

Pour cela il part de la base de l’A440 et l’étire, tant au niveau de l’empattement que de la largeur. Le châssis est renforcé par l’adjonction de panneaux aluminium. Au niveau de la structure, le moteur devient porteur tout en étant lui même revu. Les motoristes l’allègent légèrement et l’améliore. Le 2L employé sur l’A440 développait 270 ch, celui-ci revu passe à 285 ch à 9800 tr/min avec un couple augmenté.
Le poids reste identique à 575 kg.

En Championnat d’Europe, la voiture est engagée par l’équipe semi-privée de Gérard Larrousse « Equipe Switzerland Archambeaud » et par l’Equipe officielle Alpine.  La première course de la saison se déroule au Paul Ricard pour le Trophée d’Europe le 7 Avril 1974. L’A441 se montre tout de suite à son avantage, Alain Cudini s’offre la victoire, Jabouille prend la 8e place et le meilleur tour en course. Une A440 est aussi engagée mais Larrousse est contraint à l’abandon.
La seconde manche a lieu au Trophée d’Auvergne sur le circuit de Charade le 23 Juin. Trois A441 sont engagées, Larrousse remporte la victoire sur la voiture de son équipe devant Alain Serpaggi sur la voiture officielle. Jabouille sur la deuxième Alpine officielle abandonne au premier tour tout comme l’A440 emmenée par une femme, Marie Claude « Beaumont » qui a été la première à prendre le départ des 24h du Mans, et dont on va reparler.

La troisième manche se déroule en Italie, à Misano le 21 Juillet. On assiste à un doublé des voitures de l’équipe Alpine, Jabouille gagne avec le meilleur tour en course devant Serpaggi. Larrousse sur la troisième voiture est contraint à l’abandon, Darniche sur l’A440 est 11e.
La quatrième manche se déroule elle aussi en Italie, à Enna le 11 Août. Là c’est un triplé des A441, Larrousse, sur son Archambeaud, l’emporte avec le meilleur tour en course devant les deux voitures de l’équipe Alpine, Jabouille devant Serpaggi.
La 5e manche a lieu à Hockenheim le 25 Août. Les deux voitures officielles de Serpaggi et Jabouille voient l’arrivée, le premier est vainqueur, le second est 5e. Larrousse abandonne et l’A440 de Darniche abandonne aussi.
Au Mugello pour la 6e course le 22 Septembre, Larrousse gagne avec le meilleur tour devant Serpaggi, Jabouille est 4e.
La dernière course se déroule à Jarama le 20 Octobre. Jabouille l’emporte avec le meilleur tour, Larrousse est 2e, Serpaggi abandonne.

Le classement du championnat est sans surprise, l’écurie Alpine est titrée. Serpaggi est champion des conducteurs devant Larrousse et Jabouille.
L’A441 a aussi été victorieuse en France, avec des victoires à Nogaro, Magny-Cours et Montlhéry.

A la fin de la saison, Renault Alpine s’oriente vers le Championnat du Monde des Sport Prototypes. Ce championnat est la marche supérieure pour la marque qui abandonne le championnat d’Europe en perte de vitesse. La voiture de Larrousse va être transformée pour l’occasion, devenant A441T, pour Turbo.

L’Alpine A441 en 1975 : un turbo et des filles

En effet le moteur Turbo de 2L correspond à un 3L avec l’équivalence. C’est Bernard Dudot qui a développé ce moteur, après avoir longtemps étudié la turbocompression aux Etats-Unis. La puissance est difficile à maîtriser dans ces premières années, le Turbo Lag est important mais les tests, menés notamment en rallye, prouvent que la technologie est à sa place. La puissance fait un bond énorme en passant à 490 ch à 9900 tr/min.

Lors de la première course de 1975, le duo Jabouille-Larrousse s’impose d’entrée aux 1000 km du Mugello le 23 Mars. En parallèle, une A441 classique est engagée par l’Equipe Elf-Switzerland et elle est confiée à Marie-Claude Beaumont et Léa Lombardi, elles finissent 6e.
L’équipe officielle Renault Alpine va arrêter d’engager l’A441 et passer sur la nouvelle voiture, développée autour du Turbo et plus évoluée, l’A442. L’Alpine A441 T ne sera pas pour autant détruite et deviendra le mulet de l’équipe pour les nombreux tests.
Elf Switzerland va cependant continuer d’engager l’A441 aux mains des « filles ».
Aux 800 km de Dijon le 6 Avril, la voiture sera classée 13e, malgré l’abandon. L’A442 ne voit pas non plus l’arrivée.
Aux 1000 km de Monza le 20, Lombardi et Beaumont terminent 4e, derrière l’A442, mais remportent la catégorie 2L.
Le 4 Mai aux 1000 km de Spa, les voitures font l’impasse.
Le 18 aux 1000 km de Pergusa, l’A441 ne prend pas le départ.
Le 1er Juin, on retrouve une A441 aux 1000 km du Nürburgring, mais pas en course, seulement aux essais où la T est confiée à Larrousse et Jabouille qui termineront 4e de la course sur l’A442.

Arrivent ensuite les 24h du Mans. La classique mancelle est en perte de vitesse et aucune équipe officielle n’est engagée (ni Porsche ni Alfa Romeo). C’est normal car la course ne compte pas pour le championnat du monde.
L’équipe Elf-Switzerland va néanmoins engager l’Alpine A441 2L de Lombardi et Beaumont contre les Gulf-Mirage et les Ligier JS2. Si les performances sont en retrait, le moteur Cosworth des favoris n’est pas un moteur d’endurance. L’équipe est réduite, Larrousse n’est pas sur place, mais le reste des meilleurs techniciens Alpine est bien sur place, malgré le fait que la voiture ne soit qu’une privée !
La voiture est qualifiée 8e en 4,02.9 et elle pointe à la 6e place à la fin de la première heure. Son classement va peu évoluer mais au 21e tour, Marie-Claude « Beaumont » s’arrête à Mulsanne. La voiture a un problème d’alimentation en essence. Après avoir bricolé, la pilote arrive à relancer le moteur qui ne la conduira pas plus loin qu’Indianapolis. Là il sera impossible de le faire repartir et l’abandon sera effectif à la 8e heure.
Larrousse avouera plus tard que l’erreur était humaine et qu’un mauvais calcul avait été fait sur la quantité d’essence.

La saison va se continuer du côté des 1000 km de Zeltweg le 29 Juin où les filles abandonnent, mais la voiture ne sera pas engagée à Watkins Glen.

L’A441 cédera définitivement sa place à l’A442 à partir de la fin de saison. Cela fera l’objet d’un futur article.

La voiture que vous avez sous les yeux est celle de F. Marçais qui a été restaurée pour reprendre la livrée de l’A441C des 24h du Mans 1975.

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

8 thoughts on “Modèles à la une : Alpine A441”

Laisser un commentaire