Modèles à la Une : Les gloires du Rallye : Citroën BX 4 TC

Cette voiture a eu une carrière peu glorieuse, et avait pour base une voiture souvent moquée. Pourtant la Citroën BX 4 TC est un héritage du sport automobile français.

citroc3abn-bx-4-tc-2Comme beaucoup de constructeur, à cette époque, Citroën souhaita profiter des retombées médiatique du championnat Gr B. La firme décide donc d’engager sa nouvelle berline à succès, la BX, dans une version survitaminée. Mais souffrant d’un manque de moyens et de temps, le résultat sera malheureusement un échec…

A l’inverse de la plupart des constructeurs, Citroën est parti d’une voiture de série pour développer la version de course. Le moteur, placé en porte à faux avant, rallonge encore un peu (+28 cm) le nez de la voiture pour atteindre 1.10m ! Hérité de la 505 turbo, il s’agit en réalité d’un moteur Chrysler, transformé pour atteindre 200ch. Il a dû être réalésé à 2141cm3, pour être éligible.

Côté transmission, elle est dotée d’une boite de vitesse manuelle à 5 rapports et d’une transmission à 4 roues motrices. Avec un poids de 1280kg, les performances ne sont pas vraiment au rendez-vous.

Au niveau carrosserie, seule la face avant, les ailes et l’aileron diffèrent des versions classiques. Concernant l’intérieur, il est emprunté à la BX Sport  avec de l’instrumentation en plus et un levier permettant de choisir entre la transmission intégrale ou 2 roues motrices.

citroc3abn-bx-4-tc-evolutionPour la version compétition, la Citroën BX 4 TC passe à 380ch grâce notamment à une nouvelle culasse 16 soupapes. Les radiateurs sont déportés dans le coffre pour tenter de corriger la mauvaise répartition des masses.

Les premiers tests se déroulent sur circuit en décembre 1985, mais révèlent de gros handicaps : poids élevé, manque de puissance et suspensions hydrauliques augmentant le sous-virage. Après deux abandons pour casse et sortie de route au Monte-Carlo 1986, C’est en Suède que la BX obtiendra sa meilleure place, sixième, grâce à Jean-Claude Andruet. Lors de leur dernière participation au rallye de l’Acropole, les trois BX abandonnent. Citroën se désengage ensuite du championnat suite aux drames du Portugal et du tour de Corse (voir notre article sur les Groupes B)

En dehors de l’expérience en Championnat du monde des rallyes, la Citroën BX 4 TC a été engagée en rallycross en 1989 par Jacky Pivert, mais sans résultat significatif pour lui.

En 1991, 1992 et 1993 Jean-Luc Pailler devient cependant triple Champion de France de rallycross avec sa Turbo 4×4, ainsi que Champion d’Europe de Division 2 en 1993.

Début 1987, Citroën se résout à réduire le prix de vente de 40% pour écouler des stocks devenus encombrants mais alors que seuls 86 exemplaires ont été vendus, les autres seront finalement détruits sous contrôle d’huissier. Pire encore, Citroën proposa aux propriétaires de « 4TC » de les leur racheter jusqu’au double de leur valeur en précisant que de toute façon ils n’assureraient plus l’entretien ! Il reste, aujourd’hui, seulement 40 exemplaires recensés dans le monde pour la série 200 et 4 pour la version Evolution.

La voiture en photo ci-dessous a été vue au salon Techno Classica de Essen, et le prix indique la rareté : 210.000 € !

citroc3abn-bx-4-tc

Vous aimez ? Partagez !