Modèles à la une : Alpine A440

Après une sacrée coupure dans notre saga commencée des Alpine d’endurance, et l’aparté consacré aux Matra, on reprend notre chemin avec une barquette, l’Alpine A440.

alpine-a441-1Alpine n’a pas produit de voiture d’endurance depuis 1969, date des dernières apparitions des Alpine A220. Pendant ce temps, la marque s’est essentiellement consacrée aux rallyes (voir notre article sur l’A110)et à la Formule 3 où les Alpine peuvent enfin rivaliser avec le gratin anglais.

Le retour d’Alpine en endurance est en fait le fruit de deux événements. Premièrement, en 1970, un Championnat d’Europe des Sport 2 Litres a été créé. Deuxièmement, suite à l’accord entre Matra et Simca, Elf a été mis de côté par la marque de Romorantin qui s’est vue associé à Shell. Elf se retrouve sans programme d’endurance. Elf essaye de convaincre Renault de se lancer dans l’aventure du 2L. Rien n’y fait.

Elf passe alors commande à Renault. Le deal est simple : Renault créée un moteur et adresse la facture au pétrolier.
L’équipe se lance en Avril 1972 et est formée autour de Georges Sauvan, à Viry, qui dirige deux jeunes d’alors : François Castaing et Jean-Pierre Boudy. Pour des raisons d’encombrement et de centrage des masses, l’étude est lancée pour un V6 à 90°. Avec l’aide du Moteur Moderne et de Bernard Dudot qui travaille à Dieppe sur les accessoires, le moteur passe au banc en Novembre et sort déjà 270 ch ! Le V8 3L d’Amédée Gordini développait en 1969 la bagatelle 310 ch ! L’écart est faible.

La voiture en elle-même est présentée le 15 Janvier 1973. Elle a été dessinée par André de Cortanze. C’est une barquette biplace assez classique à conduite à droite. Il s’agit d’un châssis tubulaire habillé par une carrosserie bien dessinée. L’arceau, juste derrière le pilote est caréné, les radiateurs sont placés dans les flancs. Les freins arrières sont accolés à la boîte Hewland, pratique courante à l’époque, c’est une FT200 à 5 rapports.
La voiture fait 3.918 m de long, 1.94 m de large, et 0.98 m de haut. Le poids est contenu à 574 kg.

Les débuts en course ont lieu lors de la course de Magny-Cours le 1er Mai 1973, la voiture se montre performante d’entrée en signant une belle 4e place. Sa deuxième course est à Croix en Ternois où Jabouille l’emporte. La voiture et l’équipe rodées, les débuts se font en Championnat d’Europe.

L’aventure aurait dû commencer à Misano, le 6 Mai 1973, mais l’engagement n’est pas honoré…
Le 3 Juin, Jabouille court au Mugello, et abandonne une nouvelle fois après 16 tours courus.
Le 17 Juin à Charade, une pierre entre dans le moteur pendant le tour de formation.
Deux voitures sont engagées aux 500 km du Nürburgring le 2 Septembre. Jabouille prend le départ et est le dernier pilote à abandonner, une nouvelle fois suite à une casse moteur. L’autre voiture n’est finalement pas engagée.

La voiture ne sera plus présentée en course en Championnat d’Europe. La fin de saison se fera à Nogaro où Serpaggi finit 2e et Jabouille 9e avec une suspension cassée.

La voiture avait de nombreux défauts, la fiabilité en premier lieu, mais également une direction lourde et un moteur peu coupleux.
Elle ne sera plus engagée par la suite, De Cortanze profitant de l’intersaison pour la faire évoluer en A441.

Photos : News d’Anciennes aux Coupes de Printemps 2015.
Source : Alpine au Mans de F. Hurel.

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

4 thoughts on “Modèles à la une : Alpine A440”

  1. Ping : Modèle à la une : Maserati 8 CM – Restauration voitures

Laisser un commentaire