Histoire de moteurs : le Jaguar XK

On vous a parlé de plusieurs moteurs déjà, mais on ne vous a jamais présenté un moteur avec une telle longévité. Le moteur XK est ni plus ni moins que le premier moteur de la marque Jaguar. Car si les SS, Swallow Sidecars l’ancêtre de Jaguar, utilisaient aussi des 6 cylindres, ce moteur n’a pas été reconduit après guerre. Il a été installé sur des Jaguar, des Daimler, des Panther et quelques véhicules militaires de 1948 à 1992 !

P1070331_resultat P1070215_resultat

 

Le moteur naît donc en 1948 sur la Jaguar XK 120, première voiture après guerre dans une version 3.4 L, 3442 cm³ . Le moteur a un bloc en fonte, les 6 cylindres sont alésés à 83 mm et la course est de 106 mm. La culasse en alu abrite deux arbres à cames. La puissance de la version de base est de 160 ch. Il a été monté en premier sur la Jaguar XK 120, mais aussi :

Jaguar XK 140
Jaguar XK 150
Jaguar Mark I
Jaguar Mark II
Jaguar Mark VII
Jaguar Mark VIII
Jaguar 340
Jaguar XJ6

La XK 120 obtiendra avec ce moteur des places d’honneur aux 24h du Mans 1950.

P1090873_resultatIl a été également modifié pour une version compétition. Il passe alors à 210 ch, la culasse est changée pour la Type C et une seconde fois pour la Type D qui le pousse à 250 ch. Cette version possède un beau palmarès avec ces deux modèles.

Aux 24h du Mans ou la Type C, ou Jaguar XK 120 Type C, remporte l’épreuve et signe le meilleur tour en course aux 24h 1951 avec Walker-Whitehead. En 1952, la réussite n’est pas là, aucune voiture ne voit l’arrivée, mais la domination est totale en 1953. Rolt-Hamilton remporte l’épreuve devant Moss-Walker tandis que Whitehead et Stewart finissent 4e.

En 1954 Jaguar introduit la Type D et finit 2e aux 24h du Mans avec Hamilton-Rolt tandis que Laurent-Swaters avec une Type C font 4e.
Au Mans 1955, la Type D finie 1er avec Hawthorn-Bueb et 3e avec Claes-Swaters.
En 1956 la Type D triomphe une nouvelle fois avec Sanderson-Flokhart.
En 1957, c’est le ras de marée, avec un quadruplé des Type D, Flokhart-Bueb devant Sanderson-Laurence, Lucas-Bousselet et Frère-Rousselle. Une autre est 6e. L’année suivante aucune ne sera à l’arrivée.

P1100152_resultat

P1100157_resultat

Mais revenons au moteur, la seconde version, avec une cylindrée 3.8L, grâce à un alésage de 87 mm. Le bloc est désormais chemisé et apparaît sur la Jaguar XK 150 en 1958. Il développe alors 265 ch avec trois carburateurs. Cette version sera montée notamment sur :

Jaguar Mark II
Jaguar Mark IX
Jaguar Mark X
Jaguar Type E dont c’est le premier moteur
Jaguar Type S
et la Panther J72

P1110175_resultat P1110486_resultat

La troisième version à apparaître est certainement la plus montée. Le 4.2 L a un alésage de 93 mm et il y a deux versions, une avec deux carburateurs qui sort 170 ch, une seconde avec 3 carburateurs et 265 ch. Il va être monté sur :

Jaguar Mark X
Jaguar Type E
Jaguar 420
Jaguar 420G
Jaguar XJ6
Daimler Sovereign
Daimler DS 420 Limousine
Panther J 72
Panther De Ville

La XJ6 est la dernière voiture sur laquelle le moteur XK est installé, la dernière voiture à sortir des chaînes de production en 1992 est une Daimler DS 420 Limousine équipée de cette version du moteur.
Mais aussi des véhicules militaires de l’armée Anglaise. Si vous voulez une idée du bruit de ce moteur, on vous laisse regarder cet essai vidéo fait d’une Type E :

Une quatrième version existe, plus petite avec un 2.4 L grâce à un alésage de 76.5 mm. Ce petit moteur est monté sur les versions économiques des Jaguar Mark I, Jaguar Mark II et de la Jaguar 240.

Enfin la dernière version 2.8 L est peut-être celle qui a eu le plus de problèmes, les pistons perçaient souvent et les moteurs remplacés par les concessionnaires. Il a été monté de 1968 à 1975 dans les Jaguar XJ6 Series I & II et dans la Daimler Sovereign.

Une belle histoire ce moteur non ?

P1100312_resultat P1110091_resultat P1110183_resultat P1070208_resultat

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

4 commentaires sur “Histoire de moteurs : le Jaguar XK”

  1. Les 6 Cylindres du 4.2L n’était pas totalement alignés car la place manquait pour tous les aligner dans l’axe du Vilebrequin. C’est donc pour moi le premier VR6, (Moteur en V avec une seule culasse, l’angle n’est que quelques degrés)

Laisser un commentaire