Modèles à la une : Simca Aronde

La Simca Aronde a été l’une des « populaires » les plus vendues. Simca avait placé de grands espoirs dans ce nouveau modèle. Et ils avaient raison.

L’Aronde naît en fait Simca 9. Elle remplace la Simca 8, dont la filiation et la conception revenaient à FIAT. La Simca 9 est présentée le 31 Mai 1951, et tout de suite Theodore Pigozzi et l’état major de Simca décident d’utiliser de grandes campagnes de pubs.

Coté technique la voiture est équipée du 1221cc d’origine Fiat qui équipait également la 8. Il développe 45ch à 4400 tr/min et emmène la voiture à 120km/h.

En 1952 Simca ajoute à son catalogue la Grand Large, une version coach deux portes, mais aussi le coupé Plein Ciel, et la version utilitaire « Commerciale » et sa sœur la « Messagère ».

En 1953, Simca choisit une voiture au hasard sur les chaînes de production. La voiture est suivie de près par des commissaires de l’ACF pendant sa construction. Lorsqu’elle en sort « Strictement de série » elle est amenée sur l’anneau de Montlhéry. Pendant 46 jours et 45 nuits, la voiture tourne. Lorsqu’elle s’arrête elle a parcouru 117.000 km à une moyenne de 104km/h. Pour cette époque c’est un exploit, pour preuve la performance permet d’apporter 17 records internationaux.

Dés 1954 Simca remodèle l’avant de la voiture, la calandre en podium laisse sa place à une version plus arrondie.

En 1955, il y a encore plus de changements. Simca offre à l’Aronde la ligne Océane. Celle ci affine la voiture et crée de petits ailerons en bout d’aile arrière. Mais un autre changement arrive à la fin de l’année avec l’adoption par l’Aronde du moteur Flash. Ce dernier est une évolution du 1221cc, il passe pour le coup à 1300cc et passe de trois à cinq paliers. Il est disponible en deux puissances différentes 48ch et 57ch.

En 1956 la ligne Océane et le moteur Flash sont généralisés. La gamme Aronde comporte six modèles, la Deluxe, l’Elysée, la Grand Large, la Châtelaine, la Coupé et le Cabriolet Week End. Cette année là, l’Aronde est la voiture française la plus produite.

Pour 1957, peu de nouveautés car Simca se concentre sur celles qui arriveront en 1958.

Cette année là, les Arondes deviennent des P60, le P venant de Personnalisation. C’est en effet une innovation que lance Simca, avec la possibilité de personnaliser sa voiture tandis que la mode de l’époque est plutôt à la rationalisation et à l’uniformisation.

La calandre change également sur la plupart de la gamme. La Deluxe gardant la calandre arondie apparue en 54.

En 1959 Simca montre avec Budgetest que sa voiture est réellement économique. Un nouveau moteur arrive également au salon de Paris, le Rush. C’est une évolution du moteur Flash qui passe développe 42ch sur la 6cv (Etoile 6) et 52 sur la 7cv (Etoile 7). Sa version Rush Super développe même 62ch sur les Montlhéry, les Ranch, les Monaco, les Plein Ciel, les Océanes ainsi que sur l’Ariane (vedette à moteur d’Aronde).

En février 1960, l’Aronde est millionnaire. Les Aronde se vendent toujours et l’exportation est toujours d’actualité. Aux Etats Unis les Hells Drivers utilisent même la voiture pour leurs numéros de voltige.

En 1961 l’Etoile 6 se voit enfin parée de la carrosserie des P60.

Enfin pour 1962 et 1963, aucune nouveauté ne sera apportée. Simca prépare alors la 1300 qui remplacera directement l’Aronde.

En 12 ans, ce sont 1.425.329 Arondes qui sont sorties des Usines de Nanterre puis de Poissy.

 

 

 

 

 

En bonus, découvrez notre vidéo d’une magnifique Simca Aronde :

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

4 commentaires sur “Modèles à la une : Simca Aronde

  1. Vérifions les dates de modification de calandre 54 ou 56 sur la P60 De Luxe de 58 ? Je m y perds… En effet une aronde De Luxe livrée en 59, coloris vert Copenhague a une calandre… qui sourit !

Les commentaires sont fermés.